AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
en raison d'un déséquilibre dans la répartition des créatures, les démons et les vampires ne sont plus autorisés jusqu'à nouvel ordre.
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, merci de privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 – the darkness below. (lance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 447
○ double-compte(s) : tadhgán, eli, major, sylvia, jim, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) wild heart. – signature (c) tumblr, bryce fox.
MessageSujet: – the darkness below. (lance)   Ven 2 Juin - 19:36


the darkness below
claire et lance / Can you tell me what is real? Cause I’ve lost my way again. Can you tell me how to feel? Cause I don’t feel anything. Now that I’m down here again, I’m down with the fallen again. – STARSET.

Cette fois, c’était la bonne. Ses tripes le lui criaient, son instinct l’en étouffaient. À chaque pas de plus qu’elle faisait vers la petite cabane dont on lui avait indiqué l’emplacement, elle sentait son cœur s’accélérer. Pour la première fois depuis plusieurs mois, elle avait une piste. Une véritable piste. Quelqu’un qui avait vu un type correspondant à la description de Lance. Quelqu’un qui s’était plaint du comportement dudit gamin. Et lorsqu’elle lui avait montré une photo, il avait acquiescé. Avec agressivité, il avait demandé si elle le connaissait — de toute évidence, oui. Où j’peux le trouver ? Mais au lieu de lui répondre, il s’était énervé, l’avait attrapée par le bras et l’avait secouée. Proférant tout un tas d’ignominies contre le clochard, remonté par ce qu’il avait commis. Mais Claire, elle s’en fichait bien de savoir ce que Lance avait fait. Elle s’en foutait, et ça n’avait pas pris longtemps avant qu’elle ne coupe sèchement le contact que l’autre l’avait forcée à établir. Elle avait retiré son bras, et l’avait brusquement poussé lorsqu’il avait tenté de la rattraper. M’touche pas, qu’elle lui avait aboyé. Et elle avait fait volte-face, sans plus traîner. Ignorant ce qu’il pouvait bien lui crier. Un autre homme l’avait interpellée. Son copain était parti calmer l’autre type, toujours remonté. Et alors qu’elle toisait férocement celui qui lui avait brièvement adressé la parole, il avait levé légèrement les mains en signe de paix. Et il avait répondu à sa question, sans se faire prier. Une p’tite cabane, à l’orée du bois. Il lui avait dit quelle route prendre pour la trouver, comment faire pour y parvenir. Et il l’avait laissée filer, non sans un rapide avertissement. Fais gaffe à toi, c’pas sûr dans c’coin-là.

La semelle épaisse de ses Doc Martens s’enfonçait dans la neige à mesure qu’elle progressait dans la direction qu’on lui avait indiquée. Le nez levé, elle ignorait complètement les quelques bourrasques qui venaient faire voler ses cheveux. Le bout de ses oreilles brûlait sous le froid saillant qui l’étreignait. Et pourtant, il lui semblait qu’elle n’avait jamais eu aussi chaud. Son sang bouillait au fond de ses veines — bouillait d’une ardeur oubliée. Lance était proche, cette fois, et elle le sentait. Après des mois à le chercher, presque une année complète à retourner le pays pour mettre la main sur lui, elle approchait enfin de son objectif. Et si une part d’elle tentait de ne pas crier victoire trop vite, l’autre sentait qu’elle y était enfin arrivée. Elle avait réussi. Elle l’avait retrouvé.

Finalement, la cabane apparut dans son champ de vision, exactement comme l’homme le lui avait décrit. La nuit n’était qu’à quelques heures de tomber, mais c’était bien le cadet de ses soucis. Ce n’était pas la première fois qu’on lui disait que les bois étaient dangereux la nuit. En revanche, c’était la première fois qu’elle choisissait délibérément d’ignorer les avertissements. Ils étaient moins importants que Lance. Moins importants que de le retrouver. Moins important que tout ce qu’elle avait en tête, à cette seconde donnée.

Rapidement, elle avale la distance qui la sépare encore de la cabane. Elle pourrait forcer la porte et rentrer, trouver un moyen pour s’éloigner le plus possible de ce foutu froid sans plus attendre. Mais elle n’en fait rien. Les doigts recroquevillés au fond de ses moufles, elle assène plusieurs coups sur le battant de la porte. Un rapide regard derrière son épaule — personne. Son œil est attiré par la fenêtre, crasseuse et à moitié barricadée. Il n’a pas l’air de faire beaucoup plus chaud dedans que dehors — du moins, pas à en croire le peu qu’elle peut apercevoir au travers du carreau sali.

À nouveau, coupant soudainement la buée qui s’échappe d’entre ses lèvres, son poing retourne s’écraser sur la porte. Y a du mouvement à l’intérieur. Elle le sait — elle le sent. Pourtant, sa voix reste figée au fond de sa gorge. Elle pourrait parler, elle pourrait crier. S’annoncer, tenter de faire réagir celui ou celle qui déambule à l’abri du vent, dans cette cabane. Mais quelque chose la retient. Comme si elle savait, au fond d’elle, que Lance n’avait pas fui pour rien. Comme si elle savait que la joie ne serait pas la réaction instinctive de son frère, au moment où il comprendrait qui elle était.

(c) blue walrus

_________________

Got a touch like a thorn, 'Cause the girl she's hiding horns. She's the beast in my bones. She got two little horns, And they get me a little bit.
☽ ☽ ☽
keur keur :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
○ messages : 36
○ double-compte(s) : Adémar & Tobias
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), a perfect circle - weak and powerless (txt sign)
MessageSujet: Re: – the darkness below. (lance)   Dim 9 Juil - 7:29

–   the darkness below –
claire&lance Paralyzed. Nothing's getting through to me. Hypnotized from all my surroundings. I wanna be something I could never be. I wanna say things that I could never say. – godsmack (sick of life)


Si Lance avait choisi un cabanon abandonné dans la forêt, ça n’était pas pour rien. Il voulait que la terre entière oublie jusqu’à son existence tout comme il aurait voulu ne plus exister. Son seul réconfort était un fantôme, au moins quelqu’un qu’il ne pouvait pas blesser et encore, il évitait de trop le croiser. L’espoir, il n’en avait pas besoin, il n’en voulait pas. En fait, il ne voulait strictement rien qui pouvait le raccrocher à la vie, ce serait ainsi bien plus facile. S’il avait su que les chasseurs existaient, il aurait sans aucun doute choisi d’approcher le pire qui soit pour en finir une bonne fois pour toute mais, les connaissances de Lance en la matière était pour ainsi dire inexistantes.
Dans ce coin perdu et oublié de forêt, il ne mettait que peu de gens en danger, sauf quand le prédateur prenait le dessus et là, il ne pouvait rien pour personne. Il aurait aimé pouvoir ne pas être cette... chose mais, il l’était et rien ne pouvait y changer quoi que ce soit. C’était comme ça et sans faire avec, il essayait de faire son maximum pour épargner le monde du fléau qu’il représentait. Oui, il voulait qu’on l’oublie.

Obstinément plongé dans la contemplation du plafond, il ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’il avait encore faire. Un cadavre de plus, un visage de plus qu’il tenterait d’oublier, se mentant obstinément en se disant qu’il ne pouvait pas se souvenir des visages dans sa frénésie. Le mensonge était grotesque bien sûr puisqu’il reprenait irrémédiablement conscience une fois sa soif apaisée. Et puis il y avait cette fille, cette femme. Il avait été véritablement terrifié et pourtant à la fois soulagé de ne pas l’avoir tué. Un minuscule espoir s’était alors faufilé dans son cauchemar et il s’acharnait à écraser cet espoir depuis. Et s’il arrivait à se contrôler ? Mais avec des si, il pouvait refaire un monde. Non, il ne pouvait pas se contrôler, il avait essayé et il avait toujours échoué. Si elle n’était pas morte, c’était parce qu’il avait eu sa dose de sang comme un junkie avait sa dose de drogue.

Plongé dans son observation, il ne put pas pour autant faire abstraction du bruit des cristaux de glace écrasé. Un pas rythmé, décidé. Il n’entendait jamais de sons de ce genre. Dimitri ne marchait pas. Il flottait. Seuls ses pas émettaient des sons dans les environs. Les autres monstres du coin ne s’approchaient pas à cause du manoir Atwood trop proche. Heureusement que la famille avait oublié une partie de leur terrain. Ce qui n’avait visiblement pas empêché quelqu’un de trouver l’endroit et de le savoir... occupé. Immobile dans un premier temps, il finit par se lever, immanquablement attiré par l’odeur de la personne derrière la porte. Comme à son habitude, il contracta chacun de ses muscles dans l’espoir de se retenir, de ne pas encore commettre l’irréparable, pas alors qu’il était conscient. Surtout pas. Il savait que de dehors, il était presque impossible de voir clairement à l’intérieur. En revanche, sa vue à lui lui permettait de voir et ce qu’il vit le figea d’effroi.

Claire...

Elle était là, devant sa porte à s’acharner comme à son habitude. Comment l’avait-elle retrouvé ? Pourquoi l’avait-elle cherché ? Tout ça était plus que mauvais. Ne pas bouger, ne pas parler ne la dissuaderait pas. Elle resterait ou reviendrait. Instinctivement, il avait envie d’ouvrir, de voir sa sœur, elle lui manquait bien trop mais, il était dangereux et il refusait de mettre la vie de sa sœur en jeu pour une envie égoïste. Au plus profond de lui, il alla chercher ce qu’il haïssait le plus : sa nature de vampire. Avec un peu de chance, la menace dans sa voix suffirait à la faire partir et à l’obliger à l’oublier pour de bon. Il n’était plus son frère, il n’était plus celui qu’il avait été. « Va-t-en Claire ! Tu ne sais pas ce que tu fais ! Dégage ! » Il haïssait lui parler ainsi, il haïssait devoir faire résonner tant de menace dans ces simples phrases. « Oublie-moi ! » Lance avait besoin qu’elle l’oublie, pour lui, pour elle. Les choses seraient bien mieux ainsi et il pourrait faire ce qu’il fallait dès qu’il aurait trouvé comment. Oui, mieux valait qu’elle le craigne, il fallait qu’elle ait peur et qu’elle s’en aille pour être en sécurité loin de lui.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

– the darkness below. (lance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Story] Into the darkness
» doom blade vs grasp of darkness
» [MOC] Les MOCs de darkness(newcomer:E and hell furno v2)
» [Blog] Bionicle Garden adventure in the darkness
» The Black Mages III - Darkness and Starlight : Déception ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest :: cabanes-