AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 – take your toes off the line. (riley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 457
○ double-compte(s) : tadhgán, eli, major, claire, sylvia, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) kinjiki. – signature (c) the strumbellas, tumblr.
MessageSujet: – take your toes off the line. (riley)   Dim 25 Juin - 12:50


take your toes off the line
jim et riley / You wanna live, You wanna fly—Then take your toes off the line. Hey there sister, It's time to rock the boat. Hey there sister, It's time to lose control. Who they gonna see, When you're who you're meant to be? – TJ STAFFORD.

C’était la merde. Ça avait commencé lentement, quelques jours plus tôt. Mais rapidement, tout avait dégénéré. Et maintenant, fallait courir. Courir pour sauver sa peau, courir pour éviter que tous les fous-furieux que Blackwater Falls cachait ne le rattrapent. Heureusement pour lui, les bonnes habitudes ne s’oubliaient pas, et ses jambes n’avaient pas mis longtemps à retrouver leur rythme habituel de petit voleur fuyant le diable.

Le problème, c’était les ennuis habituels. Tous les types à qui il devait de l’argent, tous les types avec qui il s’était déjà retrouvé en affaires. La plupart du temps, ça finissait mal — et malheureusement pour lui, on ne l’oubliait jamais vraiment. Plusieurs de ces types s’étaient donc mis en tête de rectifier le tir. Et lui sauter à la gorge et essayer de l’attirer dans leur bande était visiblement la meilleure idée qu’ils avaient trouvée.

Alors il court, le renard. Il court et il tourne au coin de la rue, essayant désespérément de semer ses assaillants. Devant lui, une forme pâlotte file plus vite encore, sans même toucher le sol. Il ne sait pas où elle le conduit. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il lui fait confiance. Il l’a entendue le héler discrètement, alors qu’il fuyait. Il l’a vue lui faire signe de la suivre. Et sans même hésiter, il l’a suivie. Suffisamment l’habitude des esprits pour comprendre qu’elle ne lui voulait pas de mal. Suffisamment l’habitude de ce genre de conneries pour savoir qu’il avait tout intérêt à écouter quelqu’un qui pouvait passer les murs sans ouvrir les portes pour vérifier si tout était sûr à l’intérieur.

Subitement, la forme bifurque droit dans une vitrine et la traverse. Sans réfléchir plus longtemps, le O’Callaghan tente de passer la porte pour la suivre. Son épaule heurte cependant le battant sans parvenir à l’ouvrir, alors qu’il abaisse la poignée. Verrouillée. Il cogne, nerveusement. Après plusieurs coups, la porte s’ouvre violemment. Sans se soucier du fait que personne ne soit apparemment venu l’ouvrir, le chasseur s’engouffre dans la boutique et la referme, verrouillant derrière lui. L’oreille tendue pour guetter le bruit laissé par ses assaillants à l’extérieur, l’homme jeta un regard rapide autour de lui. Magasin d’armes. Mais jusqu’ici, aucune braquée sur lui.

Plus de fantôme en vue. Par contre, deux grands yeux verts ne le lâchent plus, alors qu’il hausse les sourcils de surprise sans pouvoir retenir un rapide sourire. « Désolé. J’ai improvisé. » Peut-être pas tout à fait. Mais l’intention y était. « Sympa, la boutique. C’est la tienne ? » C’était à se demander pourquoi tous les fantômes qu’il suivait, récemment, la conduisaient à elle. Il résoudrait le mystère plus tard. Pour le moment, il y avait juste à espérer qu’il ne l’ait pas mise en danger involontairement. Manquerait plus que ça.

(c) blue walrus

_________________
I spent a lot of nights on the run And I think oh, like I'm lost and can't be found. And I don't want a never ending life, I just want to be alive while I'm here.
☀︎ ☀︎ ☀︎
keur keur :
 
absente du 17 juillet au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 2239
○ double-compte(s) : lenny, mica, lester, slade, liv.
○ crédits : avatar par timeless, signature par hallows.
MessageSujet: Re: – take your toes off the line. (riley)   Dim 2 Juil - 21:39

Riley avait verrouillé la porte à clé. Techniquement, personne ne possédant pas la clé ne pouvait entrer. Et d’après ce qu’elle avait compris, ce virus ne rendait pas les gens intangibles, ou suffisamment forts pour défoncer une porte comme celle que son père avait installé depuis le dernier incident. Non, techniquement, rien ne pouvait possiblement passer au travers de cette porte. À part un fantôme. Ça, c’était toujours un problème – mais les fantômes étaient loin d’être sa priorité.

C’était ce que Riley se répétait depuis une demi-heure déjà, faisant les cent pas dans la boutique de son père. Il lui avait dit de rester là où elle était, de verrouiller la porte, et d’attendre. Il n’était pas en ville – heureusement. Mais le problème était qu’il ne pouvait pas revenir, étant donné que des barages avaient été installés un peu partout. Riley ne savait même plus ce qu’elle attendait. La fin de tout ce bordel, peut-être ? Mais ce qui était sûr, c’est qu’elle se sentait seule. Affreusement seule. Et si elle était honnête, terrifiée. De ne pas trop savoir ce qui se passait dans les rues, tout en étant capable de se l’imaginer.

Rester calme. Il fallait rester calme. Soupirant, énervée, Riley vérifia à nouveau du fusil de chasse posé sur le comptoir. Chargé et prêt à être utilisé. Et contrairement à ce que beaucoup pouvaient penser, elle savait très bien s’en servir. Et alors que Riley se tournait pour voir si elle avait reçu d’autres messages, une forme grisâtre apparut dans la boutique. Un juron allait passer ses lèvres – elle n’avait vraiment pas la patience pour ça – lorsque des coups se firent entendre et que la porte elle-même s’ouvrit violemment. Sous le choc, Riley resta paralysée une fraction de seconde avant de reconnaître l’homme qui venait d’entrer.

« Désolé. J’ai improvisé. » Riley le fixa d’un air béat. Comment avait-il pu ouvrir cette fichue porte ?! Et qu’est-ce qu’il faisait là, encore, lui, à débarquer comme ça ? Ce n’était pas la première fois, après tout. « Sympa, la boutique. C’est la tienne ? » Riley continua de l’observer, éberluée. Comment pouvait-il être aussi calme ? Pas le temps de faire les civilités en répondant à son interrogation. La surprise était trop grande – il lui fallut plusieurs secondes avant de comprendre les possibles répercussions de l’apparition du bouclé.  Immédiatement, Riley se jeta sur le fusil de chasse et le pointa sur l’homme. « Pourquoi t’es ici ? Comment t’es entré ? » Les mains de Riley étaient stables, tenant le fusil bien droit. « Tu bouges pas. Pas avant d’avoir répondu à mes questions. Sinon j’te jure que j’vais tirer. »

_________________

running through the night, but every perfect summer's eating me alive until you're gone, better on my own.  
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
paranormal ○ walk the line
— administratrice —
○ messages : 457
○ double-compte(s) : tadhgán, eli, major, claire, sylvia, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) kinjiki. – signature (c) the strumbellas, tumblr.
MessageSujet: Re: – take your toes off the line. (riley)   Sam 8 Juil - 13:51


take your toes off the line
jim et riley / You wanna live, You wanna fly—Then take your toes off the line. Hey there sister, It's time to rock the boat. Hey there sister, It's time to lose control. Who they gonna see, When you're who you're meant to be? – TJ STAFFORD.

Jim le savait : y avait mieux comme entrer. Se faire déverrouiller la porte par un fantôme, ça restait suspect. Même aux yeux de quelqu’un qui les voyait. Surtout sous les yeux de quelqu’un qui les voyait. Il tenta de jouer la carte de l’innocence, tenta de faire comme si de rien n’était. Priant pour qu’elle ne le foute pas à la porte avec une balle dans le cul en prime. Car pour le peu qu’il la connaissait, elle en était capable. Et il n’aurait pas donné cher pour voir ce dont elle était capable dans de pareilles situations. La ville était en train de devenir folle, et à en juger par le fusil — sûrement chargé — posé sur le comptoir, et la porte solidement verrouillé, cette fille était parfaitement au courant. Et comme bien trop souvent à son goût, la carte de l’innocence ne prit pas. Et en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, il se retrouva avec le fusil braqué sous le nez. Bon. Au moins, ça, c’était fait.

Ses mains s’étaient levées en signe d’innocence au moment même où il l’avait vue bondir vers l’arme. Mieux valait prévenir que guérir. Il ne pouvait pas l’empêcher de s’emparer de ce fusil, et n’était certainement pas assez suicidaire pour tout de même tenter. Les questions fusèrent dès qu’elle eut l’arme en main. Et les doigts du garnement, eux, restèrent parfaitement écartés dans les airs, en signe de l’innocence la plus complète. « J’te crois. » Ce fut la seule chose qui parvint à dire, les yeux écarquillés, hochant brièvement la tête avec la plus grande des convictions. Oh oui. Il n’en doutait pas. « Je sais pas trop pourquoi je suis ici, à dire vrai. J’me faisais courser par quelques types un peu enragés. Puis j’ai croisé ce gentil fantôme, dont je ne connais pas le nom — c’est quoi ton nom ? » La forme pâle ne sortit pas de sa cachette, et ne fit que s’y enfoncer davantage. Trop apeurée par le fusil que tenait la petite blonde, visiblement. « Quel que soit son joli nom. Elle m’a fait signe de la suivre, alors j’l’ai suivie, et elle m’a emmené jusqu’ici, et c’était fermé, alors elle a ouvert avant que je me fasse repérer par les gorilles dehors — que j’ai réussi à partiellement semer au détour d’un ou deux coins de rue. » Il s’interrompit brièvement, levant un instant les yeux vers le plafond, cherchant s’il avait loupé une question dans le tas. Ne trouvant rien, et se contentant de reposer les yeux sur elle, gardant pour lui un petit sourire qu’elle ne voudrait sûrement pas vouloir apparaître sur ses lèvres. « Je crois que c’est tout. » Il ne lui voulait pas de mal, c’était chose sûre. Et à dire vrai, il ignorait même la trouver ici, au moment où il avait suivi l’esprit.

(c) blue walrus

_________________
I spent a lot of nights on the run And I think oh, like I'm lost and can't be found. And I don't want a never ending life, I just want to be alive while I'm here.
☀︎ ☀︎ ☀︎
keur keur :
 
absente du 17 juillet au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: – take your toes off the line. (riley)   

Revenir en haut Aller en bas
 

– take your toes off the line. (riley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Line-up du clan [CFD]
» Un line array réalisable par tous!!!
» Recrutement Kebab // Line Up 2 // Refusé
» Deniers public et Line Array
» [Web] Bionicle after line

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: SEASON FINALE :: the devil you know-