AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 I stopped fighting my inner demons. (mica)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 793
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: I stopped fighting my inner demons. (mica)   Lun 26 Juin - 14:43


I stopped fighting my inner demons.
We're on the same side now.
mica&suibhne

   

Je pousse la porte du club vers vingt-deux heures, comme toujours. Une cibiche coincée entre les babines, les mains dans les poches de mon blouson en cuir, je circule entre les âmes perdues en suivant mon chemin de croix habituel jusqu'au bar. Je viens peut-être un peu trop souvent, mais j'aime bien l'ambiance. Le staff est plutôt sympa, l'alcool est bon, personne ne vient me faire chier. Le lieu est un chouilla trop hype à mon goût mais bon, je prends ce qu'il y a.

Lorsque j'arrive au bar, Mica, la serveuse, est pas mal occupée. Il y a plein de clients ce soir, on est samedi, et tout le monde se bat pour passer commande en premier. La musique du nightclub est bruyante mais je me console à l'idée de noyer cette bouillie de sons dans un verre whisky bien tassé. J'inhale mon goudron avec délectation, les yeux balayant la foule, inquisiteurs. Toujours aux aguets, toujours méfiant. On n'arrête jamais d'être un chasseur, c'est une religion, un mode de vie. Je pose mes miches sur l'un des grands tabourets et m'accoude au comptoir, pensif. Je joue machinalement avec un sous-verre, dévorant des narines les effluves de cigarette, d'alcool et de débauche qui impregnent l'endroit jusqu'aux fondations. Je répère un petit mec solitaire qui sirote un coktail dans un box près de la piste de danse et lui offre une risette séductrice. Il semble soudain fasciné par l'ombrelle ornant son verre et ça m'arrache un petit ricannement.

Mon regard se reporte alors sur Mica alors qu'elle est en train de servir tous les assoiffés du club. Ses longs cheveux brun cascadent dans son dos, son corps svelte semble presque flotter d'un client à l'autre. Je ne comprendrai jamais comment elle peut supporter ce boulot, nuit après nuit, sans jamais se plaindre. Quoi que... La dernière fois que je suis venu, Mica a réussi à maîtriser un mec balèze d'un battement de cil. Sans mentir, même moi j'aurais eu du mal à le mettre K.O. et pourtant ça ne lui a posé aucun problème. C'était vraiment louche et ça peut sans doute expliquer pourquoi cette petite serveuse est aussi endurante. Je suis maintenant intimement convaincu qu'elle ne me dit pas tout et qu'elle cache plus que quelques ex peu recommandables et un tatouage dans le bas du dos comme toutes les serveuses de cette ville. On se connait depuis un petit bout de temps, pourtant, et je pensais en savoir pas mal sur elle - mais il faut croire qu'on ne peut se fier à personne.

Je suis perdu dans mes pensées lorsque Mica peut enfin profiter d'une accalmie dans la tempête de clients qui débarquent en milieu de soirée. Je lui fais un signe de main pour l'inviter à me rejoindre et l'accueille d'un sourire en coin.

« Salut beauté. Un scotch on the rocks, s'il te plaît. » lui dis-je de mon habituelle voix grave, légèrement éraillée par la cigarette. Je tire une taffe et en expulse la fumée par les naseaux, les lippes toujours avenantes. Je commande la même chose presque tous les soirs, mon opium personnel, le seul qui vaille le coup. Je ne bois pas de la merde, et Mica le sait très bien.

Pendant qu'elle me sert mon verre, je continue de l'ausculter. Se pourrait-il qu'elle soit une créature surnaturelle ? Un vampire, peut-être ? Ça ou la petite est une professionelle du close-combat et je me fais des idées. Les sourcils légèrement froncés, je médite la possibilité de m'être fourvoyé, mais mon instinct m'a rarement trompé en plus de trente ans de chasse. Je décide de creuser la question de manière posée, doucement mais sûrement.

« Alors, comment ça va pour toi ? Du neuf par ici ? »

Rien n'empêche de faire du small talk, je n'ai pas vraiment envie d'éveiller les soupçons.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
— administratrice —
○ messages : 462
○ double-compte(s) : riley, lenny, lester, slade.
○ crédits : avatar par vinyles idylles. signature par hallows.
MessageSujet: Re: I stopped fighting my inner demons. (mica)   Dim 2 Juil - 21:17

i stopped fighting my inner demons

Y’avait du monde, beaucoup de monde. Mais bon, ça avait rien d’exceptionnel. Les samedi soirs, c’était toujours la même histoire. La ville entière semblait se déplacer pour venir prendre un verre. Et il y en avait de toutes les sortes; des habituées, des nouveaux, des jeunes qui essayait de passer le bouncer. Mica n’en était pas particulièrement ébranlée, c’était l’habitude pour elle et même qu’elle était contente pour une fois que ce soit occupé. Elle avait grand besoin de se changer les idées et c’était l’occasion idéale. Elle avait pensé à lâcher ce job, dont elle avait pas vraiment besoin, et qui l’emmerdait plus qu’autre chose – mais la vérité c’était qu’elle avait du temps. Et que sans ce job, elle s’ennuyerait à mourir. C’était peut-être idiot comme motivation, mais depuis qu’elle avait réalisé ça elle se plaisait de plus en plus au bar. Pas au point de sauter de joie à chaque fois qu’elle se levait pour un quart, mais au moins ça l’aidait à passer au travers des longues heures. Les premières lueurs du matin arrivées, elle rentrait auprès de son Jim, enfilait quelques heures de sommeil et pouvait profiter un peu de sa journée. C’était une drôle de routine, qui, elle savait, ne pourrait pas durer. Trop de choses flottait au-dessus de leurs têtes – Cat, par exemple. Mica n’avait pas abandonné l’idée de retrouver sa fille. Elle ne pourrait jamais – pas après tout ce qu’ils avaient traversés. Mais elle s’était rendue à l’évidence. Toutes les pistes étaient trop refroidies pour faire quoi que ce soit. Sa fille restait perdue.

La foule ne cessait de bouger, mais au travers des têtes, Mica en aperçevait parfois des connues. À un moment, elle vit le visage familier de Suibhne, qui était un habitué depuis le temps. Elle tenta de lui faire un sourire, mais un homme lui bloqua la route en lui beuglant de lui servir un rhum and coke. Mica soupira mais obtempéra; après tout, elle devait faire attention à ce qu’elle faisait après l’incident de quelques jours auparavant. Elle s’était un peu trop emportée, et elle avait bien failli perdre son boulot. Heureusement, Asmodée était un bon patron et avait plus admiré son geste qu’autre chose. Mais elle devait se tenir au carreau tout de même – pas nécessairement pour son job, mais pour ne pas trop attirer l’attention.

Finalement, une accalmie permit à Mica de finalement souffler un peu. Promenant son regard sur le reste du bar, elle repéra Suibhne à nouveau. Ce dernier lui fit signe. Sourire aux lèvres, elle s’approcha de l’homme. Sa compagnie, simple et agréable, était bienvenue après tout ce bordel. Cigarette aux lèvres, il la salua. « Salut beauté. Un scotch on the rocks, s’il te plaît. » Mica acquiesça, un petit sourire au coin des lèvres. Y’a des trucs qui changeaient tout simplement pas. « Ça vient. » Acquiesçant, Mica lui prépara rapidement son verre, sentant le regard insistant de l’homme. Elle le savait observateur, mais il semblait avoir quelque chose de différent dans son regard ce soir-là. Mais peut-être n’était-ce qu’une mauvaise impression – peut-être qu’elle devenait tout simplement paranoïaque, après tout ce qui avait pu arriver dans ce club. Mica secoua la tête et revint vers le brun, déposant son verre devant lui.

« Alors, comment ça va pour toi ? Du neuf par ici ? » La question tira un petit rire à Mica, qui s’accouda au comptoir. « Oh, j’ai bien manqué d’me faire virer, mais sinon ça va. » Sourcil haussé, elle secoua un peu la tête. « T’étais là, l’autre soir, j'crois. Quand j’ai du… m’occuper d’ce gars. Bah, faut croire que tabasser les clients fait pas partie d’ma liste de fonctions. » Il était rare que Mica était aussi à l’aise avec les clients, et même avec les gens en général – mais Suibhne était différent. Peut-être était-ce parce que contrairement à beaucoup, il la traitait comme un être humain. C’était rare, dans ce monde, il fallait l’avouer. « Et toi, alors ? T’avais réussi à avoir le numéro d’ce type ou non, l’autre soir ? » demanda-t’elle avec un petit sourire, toujours intriguée et amusée des histoires rocambolesques de Suibhne.
(C) HALLOWS

_________________
he’s raised on the edge of the devil’s backbone, oh i just wanna take him home. +
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
○ messages : 793
○ double-compte(s) : x
○ crédits : dasvitania (ava), miss pie (profil) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: I stopped fighting my inner demons. (mica)   Mar 4 Juil - 8:38


I stopped fighting my inner demons.
We're on the same side now.
mica&suibhne

   


Elle sourit, tout à fait charmante. J'ai vraiment du mal à me dire qu'elle pourrait cacher un sombre secret, quel qu'il soit. Mica est jeune, belle, aimable, bref, elle est l'image-même de la petite serveuse que tout le monde aime et qui aime tout le monde. Mais je ne vais pas faire comme si je n'avais jamais rencontré de créature suffisamment vicieuse pour réussir à me berner, ce serait du bullshit à deux cent pourcent. Les vampires, les démons, toutes ces saloperies savent très bien se fondre dans la masse et grignotter nos vies de petits humains comme un paquet de crackers devant la télé. Ni vu ni connu. Et le pire c'est qu'ils sont souvent sympas, ces connards. Bref, faut pas se laisser embobiner- jamais relâcher sa garde. Alors quand Mica me sert mon verre, je l'observe, je la jauge. Elle semble normale mais rien n'est moins sûr.

Elle me dépose ma boisson sous le nez et j'humecte mes lèvres dans le liquide ambré en faisant tinter les glaçons.

« Oh, j’ai bien manqué d’me faire virer, mais sinon ça va. » qu'elle me dit. Je hôche la tête, c'est pas très étonnant. « T’étais là, l’autre soir, j'crois. Quand j’ai du… m’occuper d’ce gars. Bah, faut croire que tabasser les clients fait pas partie d’ma liste de fonctions. » Ouai, plutôt pas. Une serveuse qui fout un coup de pied au cul d'un client ça fait mauvais genre, n'est-ce pas. Le souvenir de cette situation pour le moins cocasse m'arrache un rire affable et je fais mine de lui porter un toast pour saluer sa prouesse.

« Ouais j'étais là, c'était impressionnant d'ailleur ! Tu m'avais pas dit que tu savais te battre, t'as appris ça où ? » je tire sur ma cibiche, amusé. « Parce que putain, tu lui as mis cher. C'était franchement drôle. »

Même si cette minette est en réalité une créature surnaturelle, j'dois avouer que ça m'a fait plaisir de la voir dérouiller ce mec. C'était un bel exemple de girl power et même si je suis pas du genre nénette activiste c'était quand même beau à voir.

Puis la conversation dévie inévitablement sur nos petits potins respectifs. Parce qu'on se refait pas, j'aime draguer, j'aime bitcher, j'aime raconter des histoires. Et on délire bien là-dessus, avec la petite.

« Et toi, alors ? T’avais réussi à avoir le numéro d’ce type ou non, l’autre soir ? »

Je me mords la lippe, faisant mine d'être embarrassé, mais mon sourire me trahit. Complètement grillé.

« Evidemment Princesse. Qui refuserait de passer une soirée avec cette merveille ? » lui dis-je en désignant mon corps de rêve, plus enjoué que jamais. Je ne peux pas m'empêcher d'ajouter, d'un air entendu, « Et crois-moi, c'était mémorable. ». Oh que ouai, ça l'était. Il a direct mordu à l'hameçon et on a révisé nos classiques toute la nuit. Good times.

Etrangement, par contre, Mica n'a jamais vraiment d'anecdotes à me raconter. Je lui déballe tous les détails croustillants mais j'ai besoin d'en avoir pour mon argent, des fois. Est-ce qu'elle veut garder cette partie de sa vie secrète ? C'est son droit, mais c'est pas commun pour une barmaid. Y'a matière à creuser, là aussi.

« Et toi, Mica ? Tu racontes jamais rien, t'as pas un mec dans ta vie ? Ou une gonzesse ? Ou même un bouquin érotique pour te tenir compagnie ? » Mon petit sourire en coin se fait railleur, je veux tout savoir. Je bois une nouvelle gorgée de nectar, attentif à ses réactions, amusé.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
demon ○ breaking bad
— administratrice —
○ messages : 462
○ double-compte(s) : riley, lenny, lester, slade.
○ crédits : avatar par vinyles idylles. signature par hallows.
MessageSujet: Re: I stopped fighting my inner demons. (mica)   Ven 7 Juil - 21:45

i stopped fighting my inner demons

Au moins, le job n’était pas complètement sans intérêt. Mica se fichait de la plupart des clients qui passaient la porte du bar, mais il y avait de ceux qui faisait plaisir à voir, et Suibhne était l’un d’eux. Y’avait quelque chose chez lui qui plaisait à Mica, et qui rendait la conversation facile. Et certains soirs, c’était plus que bienvenue de servir quelqu’un qui avait le bon sens de donner un véritable sourire. Elle ne connaissait pas grand-chose de lui, en vérité, seulement ce que quelques conversations accoudé au bar lui avait appris, mais ça allait comme ça. De toute manière Mica restait généralement bien discrète sur sa vie privée – elle n’aimait pas trop en parler. Ça lui allait, d’être un genre de fantôme dans cette ville. Ça différait de sa vie d’avant, et de beaucoup – au cirque, tout le monde se connaissait, c’était une grande famille. Et le cirque lui manquait, parfois. Mais cette vie là était terminée – même que la femme qu’elle avait été n’existait plus. Tout avait trop changé, tout était trop différent.

« Ouais j’étais là, c’était impressionnant d’ailleurs ! Tu m’avais pas dit que tu savais te battre, t’as appris ça où ? » Mica eut un sourire. « Parce que putain, tu lui as mis cher. C’était franchement drôle. » Un petit rire s’échappa de la gorge de Mica. « J’vais pas te révéler mon secret, quand même » répondit-elle avec un petit clin d’oeil. « Mais j’suis contente si ça t’a fait rigoler. » Parce qu’elle devait l’avouer, tabasser ce type lui avait franchement fait du bien. C’était sa vengeance contre tous les salopards avant et après lui. C’était dur pour Mica d’apprendre à faire la part des choses, et de pas gueuler contre tout ceux qui la faisait chier – elle avait toujours été comme ça. Mais dans un boulot comme le sien, fallait apprendre à fermer sa trappe. Et elle apprenait, doucement et sûrement. Même qu’elle s’était bien débrouillée, jusqu’à l’autre jour. Mais y’a bien des limites à tout.

Puis, l’expression que tira Suibhne fit rire Mica. « Évidemment Princesse. Qui refuserait de passer une soirée avec cette merveille ? » Secouant la tête, Mica continuait de sourire. Cet homme la mettait juste de bonne humeur, ce qui était une qualité plutôt rare chez les gens en général. « Et crois-moi, c’était mémorable. » Acquiesçant, elle secoua doucement la tête. « J’ai pas de doute là-dessus. » Et alors Suibhne sembla vouloir qu’on lui rende un peu la monnaie de sa pièce. « Et toi, Mica ? Tu racontes jamais rien, t’as pas un mec dans ta vie ? Ou une gonzesse ? Ou même un bouquin érotique pour te tenir compagnie ? » Malgré son sourire, Mica ressentit une petite pointe d’amertume. Elle savait que Suibhne ne faisait probablement que lui rendre sa politesse – mais c’était la première fois qu’il lui demandait des détails sur sa vie. Ça lui aurait plu, de juste rester la barmaid – mais c’était comme ça. Elle haussa simplement les épaules, jetant un petit sourire à Suibhne, attrapant au passage un linge pour nettoyer un peu le comptoir. « J’vais p’t’être te décevoir, mais j’suis pas trop Fifty Shades of Gray. Si c'était d'moi, ça deviendrait vite une histoire d'horreur » dit-elle avec une petite grimace. Non, c’était vraiment pas son genre de littérature. « Mais si tu veux tout savoir, j’suis mariée. Et ça fait un bail. Donc plus de batifolages pour moi. » La pensée de Jim lui tira tout de même un sourire doux. « J’porte pas la bague ici, j’ai pas envie de devoir rembarrer constamment des types qui veulent se taper une femme mariée. » Un petit soupir ponctua ses paroles. « Alors tu vas garder le secret, hein ? » dit-elle avec un petit sourire en coin.
(C) HALLOWS

_________________
he’s raised on the edge of the devil’s backbone, oh i just wanna take him home. +
heyhey :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I stopped fighting my inner demons. (mica)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I stopped fighting my inner demons. (mica)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demons [MàJ du 16/05 ] (cursus médical terminé)
» vente de figs chaos et demons en trop
» Fighting steel de SSI
» Vidéo/Reportage[Japon Fighting Game]
» super turbo dans SF2'hyper fighting

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town-