AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les polymorphes et les fantômes ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, veuillez privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 – inside the fire. (alice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
werewolf ○ bad moon rising
— administratrice —
○ messages : 434
○ double-compte(s) : tadhgán, eli, claire, sylvia, jim, ichabod, bartimeus.
○ crédits : avatar (c) schizophrenic. — signature (c) three days grace, tumblr.
MessageSujet: – inside the fire. (alice)   Mar 27 Juin - 13:23


inside the fire
alice et major / Give your soul to me, for eternity. Release your life to begin another time with her. End your grief with me. There's another way: Release your life. Take your place inside the fire with her. – DISTURBED.

Il s’était fait avoir. Complètement avoir. Il avait encore le goût du sang dans la bouche, et la tétanie dans les membres. Il revoyait les traits crispés de Ness, sentait son poids et sa force herculéenne l’écraser. Il avait beau avoir tenté de résister, rien n’y avait fait. Il s’était fait avoir, et il sentait que les choses étaient depuis en train de dégénérer. L’hostilité des gens à son égard, sur le chemin du retour, avait presque disparu. Et ça lui avait confirmé que quelque chose n’allait pas. Que quoi que Ness avait pu entreprendre, elle avait réussi.

La porte de sa chambre de motel verrouillée, il sillonne la pièce comme un lion en cage. L’impression que sa tête va exploser, que la violence va lui déchirer les veines et le faire imploser. L’impression qu’il va s’effondrer et se transformer, en plein jour. C’est impossible, et une part de lui le sait. Mais il se sent glisser, et il sent les abysses se refermer autour de lui. Incapable de s’échapper. Incapable de remonter à la surface, et de respirer.

On frappe à la porte. Et ça le tire de ses pensées, l’animal. Il relève les yeux vers le battant, le toise un instant comme on dévisagerait un ennemi. Comme si la porte elle-même allait lui sauter à la gorge, et tenter de lui arracher la trachée. Et puis, il se décide à bouger. Il maudit l’absence de Judas et file vers la salle de bain. Une seringue, une dose de tranquillisant à coucher un cheval en quelques secondes. Et il la tient collée contre son bras, cachée à la vue de son visiteur, lorsqu’il ouvre le battant. Il ne sait pas à qui s’attendre, ne sait pas qui pourrait bien avoir l’idée de lui rendre visite. Mais lorsqu’il vit le visage d’Alice, ses traits ne s’adoucirent pas. La mine affreuse, il la dévisagea, cherchant à lire sur ses traits ce qu’elle pouvait bien faire là. Oubliant complètement qu’ils s’étaient fixé un rendez-vous il y avait une heure de ça, et qu’il ne s’était pas présenté. Oubliant qu’il avait oublié. « Alice. » Il regarde par-dessus l’épaule de la jeune femme. Elle a l’air seule. N’est visiblement pas venue accompagner. Mais sait-on jamais.

La moitié du corps toujours cachée par la porte, il repose les yeux sur la jeune femme. Un instinct étrange qui lui tord les boyaux, sa main qui se resserre invisiblement autour de sa seringue.

Il s’est fait avoir.
Il s’est fait avoir, et maintenant il peine à lutter.
Va-t’en, Alice.
Lutter contre lui-même, et contre la bête qui grogne au fond de ses tripes.
Va-t’en, avant que le loup ne t’attrape.

(c) blue walrus

_________________
So what if you can see the darkest side of me? No one will ever change this animal I have become. Help me believe it's not the real me. Somebody help me tame this animal.
☓ ☓ ☓
keur keur :
 
absente du 17 juillet au 15 août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
○ messages : 147
○ double-compte(s) : -
○ crédits : Cupidon
MessageSujet: Re: – inside the fire. (alice)   Jeu 13 Juil - 15:59


Bitten.
Major × Alice

Elle est d'abord comme une envie, une idée fugace qui surgit d'on ne sait où entre les ombres. Puis elle s'efface avant de revenir, encore, de plus en plus souvent et de plus en plus longtemps. Passant de l'envie au besoin puis du besoin à l'obsession. Une obsession puissante, vitale qui ne saurait être apaisée sans être réalisée. Il faut lui céder, lui obéir, se plier à ses moindres désirs jusqu'à passer de l'utilisateur à l'outil. Et de l'âme libre au prisonnier de ses propres folies.



Indiscutablement, immuablement et désespérément vide. 
Entre mes longues mains tremblantes, je tenais retournée la petite boîte en acier creusée vers le milieu de la face avant du mot "menthe", qui ne me quittait jamais. Grande ouverte et rien qui ne s'en échappait. Un soupire glissa entre mes lèvres. Comment avais je pu me laisser être à court ? Le rendez vous avec Major avait sûrement été fixé trop tard... Ou peut-être ma consommation avait elle imperceptiblement augmentée ? Me fournir moi-même aurait certainement été plus rapide mais la réussite moins certaine... Patience donc. Sauf que la patience quand il me la fallait pour des affaires me concernant directement n'était pas vraiment mon fort. Je refermai donc dans un claquement sec la petite boîte à bonbons avant de me lever, d'attraper mon manteau et de glisser l'objet d'acier dans ma poche.
Il faisait encore froid dehors mais l'air mordant avait quelque chose de différent, un détail un peu plus doux, comme une caresse après sa brûlure.
Le chemin jusqu'au lieu reculé du monde que nous nous étions fixés fut rapide, j'avais l'habitude de marcher beaucoup et mon impatience naturelle m'empêchait de le faire à une allure lente. 
Peut être étais je trop en avance ? Un coup d'œil à ma montre me le confirma alors que je resserrai mon manteau autour de moi et que je venais m'adosser à l'ombre d'un mur pour disparaître un peu plus dans l'obscurité.
Le manque était la, dévorant mes entrailles, agitant mon corps dans des tremblement compulsifs que je tentais vainement d'apaiser. Mon esprit pire que tout le reste était dans un état de bazar sans nom. Je n'aurais su dire si j'étais heureuse, stressée, paniquée ou au bord du suicide. Mon appui sur le mur ne tient pas longtemps et je me retrouvais à arpenter la rue d'un bout à l'autre dans l'attente impatiente de mon dealer. Et de plus il tardait de plus je m'impatientait et il me semblait que sombrer dans la folie n'aurait jamais été plus facile.
On aurait très bien pu me voir ainsi et juger aisément d'une attitude suspecte, mais je ne songeais pas à ce genre de choses. 
L'attente était insoutenable, les minutes s'allongeaient comme des heures et j'avais déjà ouvert ma boite une bonne douzaine de fois pour constater toujours le même vide qu'elle contenait, quand je finis par m'apercevoir du retard considérable qu'avait prit Major. À y réfléchir, je ne me souvenais pas qu'il ait une seule fois été notablement en retard. Pas à ce point en tout cas. Mais les imprévus arrivaient. Il pouvait très bien être retenu ailleurs, avoir mal compris la date, l'heure ou bien... ou bien il pouvait être en difficulté. 
Jetant un dernier regard dans la rue derrière moi, je me mit en marche vers le premier endroit où à ma connaissance, je pourrais le trouver. 
Coup de chance : au moment où j'arrivais devant la porte de la chambre d'hôtel du dealer, une agitation à l'intérieur de la pièce m'indiqua la présence d'au moins une personne dotée de vie. Ou de mouvement en tout cas.
D'un geste sec et fort je frappai à la porte.
Après un petit moment pendant lequel j'attendais immobile mais paradoxalement tremblante, la porte s'ouvrit devant moi sur le visage inquiet de mon dealer. Inquiet mais aussi troublé, dangereux et un instant il me sembla presque fou.
« Alice. »
Ni rassurant, ni amical.
‹‹ Major. ››
Je répondais doucement, avec ce qui ressemblait le plus à un sourire vu l'état de manque dans lequel je me trouvais et face à l'étrange attitude de mon vis-à-vis.
‹‹ Tu vas bien ? ››
Pour ma part non, ça allait très mal. Mais soudainement la situation apparente de malaise du blond me semblait bien plus importante que la mienne. En l'espace d'un instant mon instinct protecteur se mit à m'agiter plus encore que la faim dévorante qui me hantait.
‹‹ Tu n'es pas venu à notre rendez-vous, je me suis dit qu'il t'était peut-être arrivé quelque chose... ››
Sondant ses traits, je cherchais à déceler quelque chose, une attitude, un regard, une blessure peut-être qui me permettrait de savoir ce que je pourrais faire pour le sortir de sa tourmente, la main dans ma poche écrasée contre ma boite à bonbons par une sérieuse inquiétude.
‹‹ Je peux entrer ? ››


Code par Azuriel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

– inside the fire. (alice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» [C78] Alice's Emotion - RED
» Problème avec Alice !!!
» Inside of Nabaztag/tag
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: SEASON FINALE :: the devil you know-