en haut
en bas
ANNONCE — le forum fermera définitivement ses portes à compter du dimanche 23 mai.

merci infiniment de votre loyauté durant toutes ces années, et bonne continuation à tous. ♡
informations utiles -- nous sommes présentement en automne 2019 (septembre, octobre, novembre). le jeu se déroule à blackwater falls, une petite ville située en alberta, au canada. les doublons de prénoms ou de noms, ainsi que les initiales dans les pseudos sont interdits. merci de bien lire le règlement (ici) : son application est effective en tout temps, et nous ne tolèrerons aucune infraction. il est également important de bien consulter les annexes et les bottins avant de vous lancer, afin d'avoir en main toutes les clés pour votre personnage. en cas de besoin, n'hésitez pas à consulter le guide officiel de rh !

oyé, oyé !

les chasseurs, les humains
ainsi que les démons
ont besoin de votre amour ♡
chers membres,
on vous invite à
un petit vote sur les top-sites
aux deux heures
peut faire toute la différence !
avertissement
nous décourageons fortement
la création de créatures.

veuillez svp privilégiez
les autres groupes
pour éviter une fermeture ♡
le forum a maintenant
quatre ans et demi de vie. ♡

merci à tous nos membres, passés
et présents, de nous avoir
soutenues aussi longtemps.
on vous aime. ♡
le saviez-vous ? -- la nuit du 31 octobre au 1er novembre est celle de l'année durant laquelle le voile est le plus fin. le soir d'halloween, les fantômes sont donc bien plus faciles à voir que d'ordinaire. pour certains, plus au repos que d'autres, il s'agit même du seul moment de l'année où ils pourront être aperçus. blackwater falls est discrète et isolée, et à moins d'y connaître du monde il est rare qu'on en entende parler. malgré tout ce qui s'y passe, la ville sait garder son secret. une route pour y entrer, une route pour en sortir ; et une fois à l'intérieur, on a tout ce dont on a besoin, ou presque. peut-être pour cela qu'elle ne se popularise pas. la réserve de tall oak cree était autrefois beaucoup plus vaste. sa périphérie a cependant été peu à peu annexée par la ville avec les années. de nombreuses tensions politiques en ont résulté, et perdurent aujourd'hui. blackwater falls est une des villes de la région comprenant le plus de chasseurs sédentaires par rapport à sa densité de population. il n'en reste pas moins qu'énormément de chasseurs sont de passage seulement : la profession reste majoritairement nomade ! le cimetière st. mary possède tout un pan de terrain où sont enterrés les john et jane doe que la police et les médecins n'ont pas réussi à identifier. la majorité, bien sûr, étant à l'insu du monde des chasseurs ou des créatures. curieux d'en lire plus ? viens faire un tour par ici.
Le Deal du moment : -49%
SanDisk Extreme 64 Go Carte microSDXC + adaptateur SD
Voir le deal
12.27 €

 

 Nerves wound up too damn tight ○ Malone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Malone Kavanagh
membre
paranormal // walk the line
multicompte(s) : nelly, charlie, cosmo.
célébrité : james mcavoy.
crédits : théodore ♥ (av+profil intégral) zaja (icon)
MessageRe: Nerves wound up too damn tight ○ Malone » Dim 2 Mai - 16:57

nerves wound up too damn tight

Et il sent bien, Malone. La tension qui monte. Et ça le ferait sourire, l'abruti, de pouvoir toucher juste à ce point. Aime bien, Kanavagh, pouvoir frapper là où il faut. Là où ça dérange, là où il peut remuer un couteau dans une blessure. L'autre se penche et Malone conserve sa position aussi, les amenant à se retrouver rivés l'un à l'autre, penchés au-dessus de la table, comme d'une frontière les séparant de la guerre. Ne sont-ils pas du même côté, pourtant ? Mais les mots, les mots. Ils hérissent les poils le long de ses avant-bras, parcourent son épiderme en multiples frissons. Et ils n'ont rien d'agréables. Parce qu'il comprend. Mais à la suite, il se met à rire. Provocateur, inconscient, assuré, peu importe. « C'est une menace ? » qu'il ricane, amusé par le comportement du russe. À venir lui demander son aide pour finalement se montrer si revanchard, à lui sous-entendre, visiblement, qu'il serait prêt à le descendre. Alors, il croise les bras sur la table, toujours penché. « Ton audace me plait mais tu penses que c'est crédible ? » Hausse un sourcil. Nonchalant, presque insultant, pour le coup. Comme pour lui dire tu crois que tu m'fais peur ?, avec un sourire carnassier suspendu au bout de ses lèvres qui se ramènent à son verre, à en happer la dernière goutte du fond.

Et c'est quand il fait signe au barman de leur ramener de quoi s'épancher la trachée que les mots s'enchaînent de nouveau. Et que cette fois, ça ne l'amuse pas. Plus du tout. Que le sourire glisse, comme de l'eau dans les canalisations. Alors, il soupire. Excessivement, à cacher la tension qui l'anime lui, à présent, dans un haussement d'épaules désinvolte. « Alors, déjà, la mienne de saloperie ne m'a jamais demandé de me rouler dans sa merde. » Bien trop classe pour ça, sûrement. Bien au-dessus. Niveau trop élevé, a préféré taper dans bien d'autres domaines, assurément. « Ce qu'elle m'a fait faire ? » qu'il demande, d'une voix presque trop innocente, à laisser durer le sous-entendu que c'est une elle et pas un il, parce que ça aussi, c'est contraire à la Foi. Que finalement, il a péché dans bien trop de domaines d'une seule fois. Le regard qui se fige dans le sien, à ne plus s'en cacher. Ne le cache jamais, son handicap, mais bien peu savent le déceler pourtant. « Rien de très humiliant, si ce n'est qu'elle aimait bien mon oeil gauche. » Sourire féroce au bord des lèvres. Parce qu'il saura, n'est-ce pas ? Qu'il le lui a donné, de lui-même.

Alors, il se permet de rire. Au-delà de la hargne que ses mots soulèvent, parce qu'il frappe juste, le con. Et ça l'agace, Malone. Il a envie de lui briser son verre vide sur le front mais voilà le plein qui s'amène et il l'attrape dans ses serres pour s'occuper les doigts et s'empêcher d'enfoncer ses pouces dans ses orbites. Parce que la conversation s'est détournée sur lui et qu'il n'aime pas ça, le chasseur. « Bien sûr, que je l'ai butée. » Autant bluffer. Parce que ça sera indécelable, n'est-ce pas ? Plonge les lèvres dans le whisky, il lui semble que le goût est plus amer, soudain. « Et tu t'trompes, le bleu. Le calvaire s'est arrêté à ce moment-là. » Le fixe toujours, insistant. « Tu pourrais avoir raison, en un sens, j'y repense souvent. Tu sais, l'humiliation de s'être fait avoir, sauf que moi, je l'ignorais du début à la fin. Et quand j'l'ai su, j'ai pas attendu une seconde pour lui faire sa peau, à la vermine. Alors quand j'y pense maintenant, c'est plus avec un sentiment de fierté d'avoir pu y arriver, tu vois ? » Parce qu'il est plus fort, plus fort que ça. Hein, Malone ? Bordel. Jusqu'où peut-il vraiment prétendre ? Et à s'imaginer Benedict transpercé de sa propre lame, soudain, il lui viendrait presque la nausée. Mais il lui faut cacher. Il lui faut enterrer ça, il lui faut effacer son visage de son crâne. Non, l'autre ne doit rien savoir. Sinon, c'est sûrement toute son image qui s'effondrera. « Tu sais, qu'il commence en baissant le ton, pour enterrer sa voix sous le brouhaha ambiant et faire en sorte qu'il soit le seul à l'entendre, depuis, j'en ai buté, des sirènes. » Parce que le mot n'est plus tabou, parce qu'ils savent tous deux qu'ils parlent de la même merde. Et pourtant, ça le dérange, ça pulse au creux de son estomac, qu'ça se joue une guerre particulière en lui, d'une partie qui aimerait que ça soit vrai, qu'il soit mort et l'autre, l'autre, putain, qui le craint plus que tout le reste. L'autre, qui le sait très bien, qu'il serait incapable de le buter. L'autre, bon sang, qui sait bien qu'il ne pourrait plus vivre sans lui. Merde. Jure intérieurement, sans savoir s'arrêter, à conserver son air assuré pourtant. « Alors j'veux bien te filer quelques conseils, voire même un coup d'main, parce qu'rien ne me fait plus plaisir que d'éliminer ces saloperies. » Et il se recule, enfin, passe une main dans ses cheveux, revient prendre une gorgée. « Mais ça m'dérange, que tu veuilles faire l'impasse sur la tienne. C'est pas très pro. Et tu sais, c'est comme pour un toxico, hein. » Demi-lune qui revient tordre ses lèvres. Là où il se souvient du goût des siennes. Et qu'il n'y a plus nécessité de venin. Qu'il n'en a, peut-être, jamais vraiment eu besoin. « Le sevrage est toujours pénible mais y a qu'en retirant la drogue qu'on en guérit, même si ça semble impossible, quand on voudrait l'envisager. » Et lui ne s'en passera jamais.

Peut-être que jeter de l'huile sur le feu attisera les braises. « Elle a d'autres victimes, ta dulcinée, tu sais. T'es loin d'être le seul, même si elle te le fait croire. » Et ça te donne pas envie de la buter, ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nerves wound up too damn tight ○ Malone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 / Aller à la page : Précédent  1, 2

≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: tall oak cree :: Qaletaga's Den