AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en mai 2017. le printemps est doux et ensoleillé
n'hésitez pas à aller vous inscrire aux nouvelles missions juste ici

Partagez | .
 

 the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Dim 9 Juil - 18:37



the lost art of keeping a secret.

   

Les bars de cette ville sont tous les mêmes. Les rades, les clubs, les salons de thé, on y croise les mêmes personnes et on s'y fait toujours plus ou moins chier. La seule solution pour supporter tout ça est bien évidemment de se pinter la gueule et c'est ce que je fais ce soir. ça tombe bien, je suis passé maître en la matière. y'a pas de boîtes gay dans le secteur et ça me conviens très bien- y'a pas de challenge dans ce genre d'endroit, on sait à qui on a affaire. moi ce que j'aime, c'est tchacher un mec au hasard et croiser les doigts pour que ça marche. faire sombrer les hétéros un peu trop curieux, même, y'a rien de plus drôle.

Enfin, ce soir je suis en terrain connu. je viens dans ce pub assez souvent, y'a de la bonne musique rock, la bière est au taquet et y'a souvent du petit cul pas trop farouche qui se balade. c'est un peu le paradis, mais en plus sale. et en plus glauque. heureusement, jerry ici présent se dévoue pour tromper mon ennui. j'ai déjà trois pintes dans le nez et je marre à la moindre blague, même aux miennes, donc le petit à peu de chances de me laisser un souvenir inoubliable- il fera l'affaire, à défaut de mieux. On est assis au bar et mon admirateur a relevé la manche de mon t-shirt pour admirer mes tatouages. je saute sur cette occasion de faire mon intéressant et je lui explique la signification de tel ou tel motif pendant qu'il me caresse l'épaule. personne fait vraiment gaffe à nous, la salle est blindée, y'a des cris, de la musique, les vapeurs d'alcool qui isolent un peu chaque groupe dans son petit monde perso. jerry et moi on est de plus en plus proches, j'ai une main posé sur sa cuisse et je sais même pas comment elle est arrivée là. y'a encore quelques cicatrices sur mes phalanges, souvenirs d'Isaiah et de mon mur. je suis dans un état d'ébriété quasi-permanent depuis ce soir-là et j'sais pas trop pourquoi ça m'a foutu un coup à ce point. mais bref, jerry est là, avec son look de petit punk du dimanche, chaîne à la ceinture et jean troué. plutôt sexy dans le genre, et il est partant. j'me pose pas plus de questions.

je vais pour finir mon verre et je scrute la salle pendant que mon nouveau pote me raconte sa vie. je m'en fous complètement donc je pense à autre chose. à ce qu'on fera dans vingt minutes, à ce que je ferai demain avec ma copine dépression. et là, je vois un revenant, au bout de la salle. je manque de m'étouffer avec ma bière et jerry en profite pour me prendre par les épaules, l'air inquiet. Il me demande si ça va et je lui réponds d'une voix bourrue, comme d'hab.

« Ouai ça va, t'inquiètes pas. J'ai cru voir- quelqu'un. Rien d'important. » Je relance un regard au bout de la salle mais y'a personne. je vois un peu flou, j'ai sûrement rêvé. quel est le pourcentage de chances qu'isaiah soit dans le même bar que moi alors que j'ai pas vu sa gueule depuis deux semaines ? Depuis ce fameux soir. Je suis méfiant maintenant, mais aussi trop bourré pour réfléchir. Je laisse jerry cinq minutes pour aller fumer une clope. Tout seul. il me roule une pelle avant de me laisser me dégourdir les jambes, histoire de marquer son territoire. ça me fait sourire.

Dehors, ça caille. je suis encore en t-shirt, j'ai oublié ma veste sous les miches de jerry. tant pis. je cale une cibiche entre mes dents et me réchauffe un peu au briquet, adossé au mur. j'ai la tête qui tourne mais pas encore envie de gerber, tout va bien. j'espère que c'était pas isaiah, bordel.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Dim 9 Juil - 20:48

j’me sentais bien, j’me sentais mieux sans lui dans l’secteur- c’est pour ça que j’voulais pas de lui à blackwater falls. pour pas voir son numéro de tombeur alcoolique à la don juan. j’me suis posté plus loin après avoir commandé un gin tonic. parce que si ce connard était en charmante compagnie- et encore qu’il faudrait revoir la définition du mot charmante- moi j’étais seul comme un gros con. j’le regarde faire son cirque. montrer ses tatouages et j’me revois d’emblée les détailler un par un quand il dormait. il y en avait des moches mais il en était beaucoup trop fier pour dire quoi que ce soit. j’ai soulevé mon verre sans le boire, bien trop absorbé par le triste spectacle qui m’était offert. putain, c’est qui ce mec? j’ai arrêté de regarder, ça me tapait sur le système d’le voir faire juste sous mon nez. j’ai froncé les sourcils et j’ai vidé la moitié d’mon verre. j’pouvais pas m’permettre de faire une scène- parce que j’étais qu’un sale junkie de merde. puis j’voulais pas qu’il fracasse la tronche d’un type par ma faute non plus. non. il avait la main sur sa cuisse, il rigolait comme un con, il s’amusait y a pas à dire. j’regarde ce type lui rouler une pelle et ça fait automatiquement désordre dans ma tête, putain. de. merde. mais j’vais l’brûler au chalumeau lui s’il continue. c’était trop dur de superposer cette merde, à ce qu’il me restait de suibhne.
j’ai pas attendu longtemps pour lui emboîter le pas, normal. quand je l’ai trouvé suibhne, il était déjà cibiche au bec. serein, tranquille. j’me suis pointé pile devant lui. furieux. sans trop savoir quoi lui dire. salut. oui, c’était pas mon style. mon style c’était d’lui piquer sa clope et, éventuellement, de l’écraser pour l’emmerder. suib, il avait pas l’air très frais, pas ivre-mort non plus, mais plutôt guilleret. je m’suis rasé les joues inconsciemment, nerveusement. j’savais pas comment aborder une discussion de type normal. à cause de c’que j’venais d’voir mais aussi à cause d’il y a deux semaines. pas que mon amour-propre ait pris un sérieux coup de taloche mais en fait si. comme quoi personne n’est invulnérable. loin de moi l’idée de faire disparaître ton nouveau mec dans un fossé, mais j’me suis dit qu’on pourrait, tu sais bien? parler. ouais c’est carrément moins alléchant qu’une partie de baise mais, j’avais besoin de contrecarrer ses plans pour la soirée. surtout que contrairement à la dernière fois, j’étais pas en manque, je m’étais fait une dose hier soir. j’avais les idées claires et la future pleine lune était dans plus de trois semaines. j’ai fait des trucs que je m’explique pas et j’ai un peu honte d’avoir essayé d’te baiser. au sens propre et figuré- je m’arrête. c’est dingue comme ça sonne creux et vide et comme on comprend rien quand j’essaie d’causer bien comme tout le monde. ‘fin au sens propre j’sais pas, peut-être pas tant que ça et c’est justement ça qui m’pète les couilles. voilà, comme ça c’est dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Lun 10 Juil - 6:49



the lost art of keeping a secret.

   

Y'a personne dans la ruelle, la plupart des gens traînent sur la grande rue devant l'entrée principale du pub. Je ferme les yeux pour savourer ma clope. j'ai les bras croisés et je me gèle un peu les miches mais j'ai connu pire. je sens alors une présence et quand je rouvre les yeux il est là, devant moi. bordel, c'est bien isaiah. il a pas l'air commode, pas l'air heureux. « salut. » qu'il me dit. j'hausse les sourcils. depuis quand on se fait des politesses ? en temps normal il m'aurait déjà insulté cinq fois, au moins. et puis je repense à la dernière soirée et à la peur que j'avais vue dans ses yeux- j'ai un peu honte. j'ai pas vraiment de réaction, par contre, parce que je sais pas quoi dire. je tente un micro-sourire, pour détendre l'atmosphère. « Eh.. salut. »
il me laisse pas le temps de réfléchir à autre chose, il enchaîne directement. il déblatère, comme s'il était pressé d'en finir. il sait pas où se foutre. « loin de moi l’idée de faire disparaître ton nouveau mec dans un fossé, mais j’me suis dit qu’on pourrait, tu sais bien? parler. » dans un fossé. ça me fait rire. c'est tellement bizarre comme formulation, y'a que lui pour me sortir des trucs comme ça. j'hausse les épaules en tirant sur ma cigarette. « il peut attendre, j'suis pas pressé. » depuis que je suis revenu à blackwater falls on a jamais vraiment pris le temps de parler. et après ce qui s'est passé y'a deux semaines, j'crois bien que y'en a besoin. sauf que je me suis pinté la gueule et que j'arrive pas bien à penser- et ce qui me gave le plus, c'est qu'isaiah a l'air frais comme un gardon. il a bien choisi son moment pour venir m'emmerder, parce que je suis pas au top niveau répartie et il a l'avantage sur moi. je le scrute, curieux. il a meilleure mine et putain, il est toujours aussi baisable, même si c'est un peu macho de dire ça.

« j’ai fait des trucs que je m’explique pas et j’ai un peu honte d’avoir essayé d’te baiser. au sens propre et figuré- ‘fin au sens propre j’sais pas, peut-être pas tant que ça et c’est justement ça qui m’pète les couilles. » hein ? quoi ? j'ai rien compris. je récapitule sa phrase dans ma tête pour la remettre dans l'ordre et j'crois que je vois où il veut en venir. Je me passe les mains sur le visage, pour l'emphase. « P'tain Isa je- » ça sonne comme une excuse, son truc. je crois. ça se reproduira peut-être pas alors autant jouer le jeu. « on a tous les deux merdés. alors j't'en veux pas. » je pourrais lui dire qu'il a effectivement eu tord de me faire vivre ça mais il le sait très bien. et vu ce qui s'est passé, je suis pas tout blanc non plus alors autant éviter de jouer les hypocrites. je déambule, quelques pas dans la ruelle pour ne pas avoir à le regarder dans les yeux. l'alcool me fait ouvrir la bouche comme une pauvre comère, me force à parler alors que c'est pas du tout dans mes projets. « tu sais que je pourrai jamais profiter de toi. pas dans cet état. » j'en ai eu envie, mille fois envie et encore maintenant j'y repense et je me dis que ça aurait été super. mais je peux pas être aussi immonde, saloper quelqu'un qui n'a pas le choix, bouffer ses faiblesses. j'inspire profondément la fumée de ma clope pour me donner du courage. je lui tourne le dos et je jette un nouveau coup d'oeil à mes phalanges légèrement abimées. « je sais que j'ai dit- que j'ai fait pas mal de choses. et je regrette. même si ça change rien. » ouais, ça change rien, mais ça fait du bien à l'âme de l'dire.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mar 11 Juil - 18:23

évidemment qu’il peut attendre, il devrait même attendre toute la fin de sa misérable existence. ou alors. j’sais pas, pas sous mon nez et pas comme ça. moi aussi j’peux m’trouver un plan cul si c’est que ça. y a de quoi faire dans ce bar, faudrait juste que je sois moins. moins à regarder les faits et gestes de suibhne peut-être. surtout dans cet état, pas sûr qu’il comprenne quoi que ce soit dans cet état. déjà qu’il comprend pas une simple phrase, bon. j’me demande pas à combien de verres il en est, j’ai très bien compris. j’essaie de mettre bout à bout ce qu’il me raconte. pour sûr que j’ai merdé, et qu’il a merdé aussi. pour l’ambiance générale, c’est zéro. se faire cueillir avec un flingue c’était moyen. se faire traîner par terre c’était pas top non plus. j’y ai repensé, évidemment, et j’sais toujours pas si j’regrette ou pas. comme si il y avait un flou artistique. j’sais pas si c’est bien, si je fais bien ou non d’venir lui parler, là, tout de suite. j’ai pas envie qu’il s’en cogne. j’veux qu’il me voit au fond du bar et qu’il s’dise, merde. parce que j’devrais lui botter l’cul. parce qu’il va m’faire mourir s’il continue.
ouais, j’pense qu’il peut attendre, deux mecs c’est easy peasy à gérer pour toi, t’façon. sourire, tendu. ah merde, j’ai sorti ça tout seul, vraiment? t’façon son potentiel plan cul va virer parce que ça m’soule beaucoup trop. ça fait remonter des trucs pas super agréables, comme des égouts.
tu sais que je pourrais jamais profiter de toi. pas dans cet état. j’ai bien vu, ça m’aurait arrangé que oui, même encore maintenant. parce que ok, j’faisais sûrement peine à voir. ok j’aurais foutu ma propre mère sur le trottoir pour une dose mais bon. j’restais baisable, et lui aussi il restait baisable. vraiment? moi j’aurais profité d’toi direct. oui j’ai pas trop de principes et puis quoi? il aurait fait exactement la même chose suib- si j’avais pas marchandé pour avoir une dose en échange. alors voilà, soyons honnêtes pour une fois. ‘fin à y réfléchir c’est pas plus mal, ça m’évite la masse de maladies vénériennes j’suppose. petite taloche pas finement envoyée, c’est son connard de mec aussi. ça m’fait vriller, c’est comme ça, j’y peux rien. j’me demande déjà comment j’vais faire pour m’en débarrasser. comment j’vais le convaincre suib, d’le lourder. sauf que lui il est pas dans la même optique. lui, il m’fait son mea culpa. et j’avoue ça m’fait relativiser un minimum. il devrait boire avant de s’adresser à moi, j’pense que c’est le mieux qu’il puisse faire désormais. wouaaah. j’ouvre grand la bouche. ok, je m’y attendais pas trop mais. merci? il est possédé ou comment ça s’passe? tu regrettes quoi au juste? ouais mon truc c’est d’faire des listes. de lui faire cracher ce qu’il veut pas dire, pas forcément pour l’humilier mais parce qu’en dépit de ma langue acérée, j’en ai besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mer 12 Juil - 5:23



the lost art of keeping a secret.

   

Isaiah, il sait pas jouer gentiment. même quand ça part d'une bonne intention, sa grande gueule le rattrape toujours et il plombe l'ambiance sans même s'en rendre compte. « ouais, j’pense qu’il peut attendre, deux mecs c’est easy peasy à gérer pour toi, t’façon. » ouais, vu son sourire crispé j'crois qu'il sait qu'il aurait pas dû reparler de ça. parce que ça va me foutre en boule. j'en ai vraiment ras le cul qu'on en revienne toujours à ça, c'était y'a dix ans putain de merde. je fais genre tout va bien, je lui offre mon sourire le plus moqueur, ma voix la plus détachée. « Oh, je suis même un expert en la matière. T'en sais quelque chose. » petite dédicasse des familles, ça fait toujours plaisir. je suis bourré de toute façon, mes scrupules ont déserté depuis un moment et j'ai pas de problème à me vanter de choses dont je devrais pas.
« vraiment? moi j’aurais profité d’toi direct. » je sais qu'il aurait pas hésité, et puis c'est un peu ce qu'il a commencé à faire quand il a foutu sa main dans mon froc, faut dire. en vérité, j'aurais tout donné pour qu'il continue, mais sans son ultimatum de merde. et je ne vais sûrement pas le lui dire. « ‘fin à y réfléchir c’est pas plus mal, ça m’évite la masse de maladies vénériennes j’suppose.. » je ricanne. mec, c'est une blague. c'est l'hôpital qui se fout de la charité, la fait passer sous le bureau et lui pisse dessus. mais puisqu'il veut pas parler comme un adulte, j'vais pas me faire prier pour lui rendre ses tacles. « c'est toi qui dit ça, Lapin ? un mec qui se vend aussi facilement ça sent la chtouille à plein nez, j'suis pas fou. » ce mec est prêt à vendre son cul pour une dose. je. me. marre. dieu sait ce qu'il a déjà fait pour sa kéta- des trucs sûrement pire que d'essayer de me ramener dans son pieu. je préfère même pas y penser, parce que ça aussi ça va me foutre de travers.

Bon, évidemment, je suis toujours un putain de sentimental. enfin, surtout quand j'ai bu- et ça m'fait bien chier parce que je suis pas du genre à m'excuser de quoi que ce soit. c'est vraiment humiliant mais ça me frappe une demi-seconde trop tard, quand les mots sont déjà sorti. bordel. « wouaaah. ok, je m’y attendais pas trop mais. merci? » je lui tourne le dos, je peux pas voir sa gueule. je suis sûr qu'il a son air triomphant là, celui que j'aime pas parce qu'il me donne l'impression de perdre le débat. je me suis écrasé. j'aurais pas dû. je referai pas cette erreur. « tu regrettes quoi au juste? » voilà. c'était obligé, hein. au lieu d'accepter mes excuses et de passer à autre chose, il veut me faire cracher le moindre mot, pour me traîner encore plus dans la merde. mais j'suis pas une lavette, et je suis certainement pas à ses pieds comme un putain de cocker. je me retourne pour lui faire face et je bombarde ma cibiche pour me calmer, pour pas m'énerver- encore. il me casse les couilles, c'est pas croyable. « j'regrette d'avoir choisi ce pub ce soir, si c'est pour me farcir tes conneries. » je retourne me caler contre le mur mais un peu plus loin, pour pas être trop près de lui, au cas où la bière me ferait encore péter un câble. j'évite de le regarder. « du coup t'es juste venu pour me balancer des fions ou y'a une vraie raison ? » j'ai la tête qui tourne et je me passe une main sur la tronche pour me remettre les idées en place « parce que j'ai un mignon sur le feu, là, donc j'ai pas trop le temps de jouer. » en vrai j'ai déjà oublié le petit punk qui se fait chier au bar. il m'ennuie, ces mecs m'ennuient tous. d'ailleurs ma phrase sonne faux parce que j'suis pas spécialement pressé d'y retourner, mais j'ai envie de faire chier Isa. visiblement il veut ruiner mon plan cul et je vais pas me priver pour lui mettre le nez dedans.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mer 12 Juil - 15:32

oh, je suis même un expert en la matière. t’en sais quelque chose. j’suis resté droit comme i, façon piquet d’bois. son sourire moqueur me fait serrer les poings, si je m’écoutais j’lui claquerais sa jolie gueule- mais j’suis pas de bon conseil donc on va s’abstenir. j’ai rien dit, j’me suis contenté d’un sourire entendu. c’est vrai qu’il s’en balance lui, il a l’bon rôle. il a toujours l’bon rôle. faudrait rien lui dire pour pas effleurer son ego. j’crois bien que ça m’fatigue de tirer dans le sens inverse pour obtenir quelque chose de lui. même pas de la kéta, juste de la considération. un minimum. histoire de pas m’renvoyer encore en pleine tronche que j’suis une grosse pute comme il en a l’habitude. parce que non, ça va peut-être l’étonner mais j’ai pas le trou du cul en chou-fleur. je lève la tête, légèrement, j’me marre. je prends mon portefeuille dans la poche arrière de mon fute, j’sors une capote. je la lui montre, limite si j’la lui fous pas sous l’nez. j’sais pas si t’es au courant mais ceci existe depuis 1930. faut t’mettre à la page papy. j'acquiesce un sourire, léger. on peut dire que j’me fous d’sa gueule un peu. ça lui apprendra à m’prendre pour un con. je range.
suib, il est pas trop dans l’affrontement, plutôt dans l’évitement. j’vois bien qu’il a mieux à faire. et il s’en cache pas, bâtard. mais j’vais pas l’supplier, ni chercher à l’convaincre même si ça m’file quasiment la gerbe. du coup t’es juste venu pour me balancer des fions ou y’a une vraie raison? mais. mais. la prochaine fois, même pas je m’excuse. quel connard. je fronce les sourcils. parce que j’ai un mignon sur le feu, là, donc j’ai pas trop le temps de jouer. ouais, je vois. la blague. j’me décale, j’me rapproche, comme si j’traçais son putain d’GPS. je plaque une main contre le mur, juste au-dessus de son épaule, j’lui pique sa clope du bout des doigts. qui t’as dit qu’je jouais? bon je l’emmerde un peu, histoire de passer l’temps mais voilà: j’veux pas qu’il parte suib. j’veux pas qu’il parte avec ce type. parce que même si j’me trouve un plan cul dans l’heure, j’y penserai encore demain matin. je prends une taffe, et j’sais pas pourquoi. j’ai toujours trouvé ses cibiches dégueulasses. mignon. mignon vite fait. t’as baissé tes critères récemment ou c’est l'alcool? je donne un léger coup d’pied dans la fourmilière pour l’faire douter. on sait jamais. il a l’air un peu à côté d’ses pompes aujourd’hui suib.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mer 12 Juil - 17:23



the lost art of keeping a secret.

   

Tiens, pour une fois il répond pas. c'est pas si souvent que j'arrive à lui couper le sifflet- ça arrive même jamais, en fait. d'habitude Isa c'est le premier à répliquer, à surenchérir dans les conneries, mais là j'ai juste droit à un sourire crispé. on est en progrès. bon, évidemment ça dure pas et je crois bien que ça lui plait pas que je lui rappelle qu'il avait voulu troquer son cul contre de la drogue. genre, pas du tout. peut-être qu'il a vraiment honte, finalement, mais c'est toujours difficile de cerner ce mec. un coup il dit oui, un coup il dit non, et moi j'ai trois grammes dans le sang et franchement pas envie de chercher à comprendre. il sort une capote de son portefeuille et me la fait pendouiller sous le nez comme si j'en avais jamais vu de ma vie. « j’sais pas si t’es au courant mais ceci existe depuis 1930. faut t’mettre à la page papy. » je lève les yeux au ciel mais ça m'amuse un peu quand même et mon sourire en coin doit me trahir. « merci pour le cours d'histoire, heureusement que t'es là putain. » ça lui ferait trop plaisir que je continue le débat sur qui est la pute de qui et j'en ai marre de toujours entrer dans son petit jeu, de lui donner raison.

Du coup je m'éloigne, c'est la seule parade que j'ai trouvé pour garder ma logique intacte, pour pas me laisser aller comme y'a deux semaines. parce qu'Isaiah, il sait très bien qu'il arrive toujours à me pousser à bout, il me connait trop bien. quel bouton appuyer, quelle vanne pour me vexer, comment me gaver en trente secondes chrono. et ce soir j'suis pas en état de négocier les bails, ça me casse les couilles. lui, il abandonne pas- je suis sûr qu'il se sait en train de gagner du terrain parce qu'il me suit et plaque sa main contre le mur, juste au dessus de mon épaule. « qui t’as dit qu’je jouais? » on est face à face, franchement proches. tellement proches que je vois limite mon reflet dans ses yeux couleur bleu fillette et ça me fait drôle. dans l'estomac. un peu plus bas, aussi. il me pique ma cibiche et tire une taffe dessus, j'avoue que c'est une vision dont j'ai pas l'habitude vu qu'il me cassait toujours les couilles à me dire qu'elles étaient dégueulasses, mes clopes. là il me cherche et j'avoue que ça marche. un peu. je soutiens son regard, je le défie en levant légèrement le menton, impassible. finalement, j'abandonne complètement ma logique parce que j'ai chaud et que j'ai envie de faire bouger les choses. je passe un index à sa ceinture pour l'attirer vers moi « Tu joues pas, là ? T'es sûr ? » je reste agrippé à lui et récupère ma cigarette d'entre ses doigts, lentement, en le scrutant avec attention. je tire une taffe en le regardant droit dans les yeux.
« mignon. mignon vite fait. t’as baissé tes critères récemment ou c’est l'alcool? » j'hausse les épaules en affichant un air désabusé, c'est un peu ma spécialité. « sûrement les deux. j'ai décidé d'arrêter la sobriété, ça m'emmerde. » sourire entendu, juste pour lui, « mais j'me demande bien pourquoi t'as la rage contre ce p'tit gars. si je te connaissais pas j'dirais que ça sonne comme de la jalousie. » et c'en est, on dirait bien. ou alors il fait sa connasse, comme d'habitude, et va pas tarder à me mettre une tarte avant de rentrer se droguer avec son plan cul du moment. j'sais pas trop mais je viens juste de décider que je m'en branle. il faut bien s'amuser un petit peu.
black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 13 Juil - 6:06

j’me fais pas trop d’bile, je sais qu’en dépit de ses allures de macho man, suibhne, il est pas frais. il est un peu comme un capitaine de costa concordia. il y a plus personne à l’intérieur. y a plus qu’à tirer les ficelles lentement, au moment opportun. c’est pas bien compliqué: suib, si tu l’cherches, tu l’trouves automatiquement. au début c’est toujours un peu surprenant parce qu’il a des réactions totalement disproportionnées. mais l’avantage, c’est qu’on s’ennuie jamais. il y a pas cette routine plan plan chiante à mourir. moi ça m’emmerde, j’suppose que lui aussi.
suib, il est juste en face de moi et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il empeste l’alcool et le mauvais tabac. si j’avais une éthique, j’abuserais pas de son amour pour la boisson, mais j’en ai pas donc c’est le cadet de mes soucis. surtout que j’ai pas à faire grand chose pour lui faire oublier son gentil minet- qui doit probablement s’impatienter tout seul à sa table. pauvre type. parce que suib, il rentre dedans directement, il jauge, provoque surtout. moi j’me penche un peu plus en avant, recrache la fumée tout en ne le quittant pas des yeux. il peut dire c’que j’veux, j’me suis entraîné dur de quinze à vingt ans pour avoir l’air fuckable en crapotant de moitié. parce que mon truc, c’est pas d’fumer des pauvres cibiches à la con. c’est clairement pour les tapettes. suib, j’le vois agrafer ma ceinture avec son doigt et j’le laisse faire, impassible. j’fais pas la tête de la victoire parce que j’ai rien à célébrer. quoi? t’as peur que je m’évapore? un grand garçon comme toi? je rase sa joue histoire de l’infantiliser bien comme il faut. je t’ai dit que non. tu veux une déclaration sur l’honneur? que j’passe un contrôle antidopage avant d’te sucer? pas d’blagues. j’attrape sa nuque, le jauge, histoire qu’il me fasse pas faux bond pour son connard de copain. on parle quand même de suibhne, pas de n’importe qui. et non, j’étais pas jaloux. mais tu me connais donc. si j’étais jaloux, tu serais déjà six mètres sous un parterre de pétunias. je force le sourire, ironique. qui veut dire ferme ta gueule maintenant.
au pire s’il y tient tant que ça, à son p’tit gars, il peut toujours aller l’rejoindre. ça m’évitera de me projeter, trop tôt, le reste de la soirée. pas que j’ai pas confiance mais on peut monter très haut avec suibhne et redescendre aussi sec. et c’est pas forcément agréablement alors. alors. j’ai pas la rage, fais ton choix c’est tout. ne sois pas si putassier. j'peux encore changer d'avis. j’cherche à l’défier, un peu, pas question qu’il me fasse miroiter cent sept ans. j’le connais son manège et j’suis lassé d’avance. il est trop proche, trop proche pour me laisser de marbre suib, même si je tente de faire bonne impression en affichant un sourire provoc. j’ai envie d’le plaquer contre ce maudit mur, j’ai envie d’le frapper, j’ai envie d’le sentir sous mes doigts et sur ma peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 13 Juil - 9:04



the lost art of keeping a secret.

   

Isa il fume pas souvent, voire même jamais. mais là il exhale sa fumée d'un air carrément illégal, le genre qui me donne envie de le désaper entièrement pour lui apprendre les bonnes manières. j'ai aucun doute sur le fait qu'il en joue, plus que jamais- ça se voit dans ses yeux et ça me rend dingue. quand je passe mon index à sa ceinture pour l'attirer vers moi, il trouve le moyen de faire le malin, comme d'habitude. « quoi? t’as peur que je m’évapore? un grand garçon comme toi? » il se moque, effleure ma joue comme on le ferait à un gosse et je me mords la lèvre inférieure pour lui faire comprendre que ouais, j'ai peur qu'il s'évapore. qu'il me laisse en plan pour aller retrouver un autre mec. « j'ai peur de rien, tu l'sais très bien. » okay, c'est un peu cheesy comme réponse, mais je vais quand même pas répondre un truc de gonzesse genre "me laisse pas bébé", j'ai encore un minimum de fierté. « je t’ai dit que non. tu veux une déclaration sur l’honneur? que j’passe un contrôle antidopage avant d’te sucer? » je ricanne. sa main sur ma nuque, c'est un signe qui ne trompe pas, celui qui me fait comprendre qu'il en veut autant que moi. la main que j'ai accrochée à sa ceinture se faufile sous son t-shirt, autour de sa taille, mord sa peau avec avidité. « j'dis jamais non à ça, dopage ou pas. alors fais gaffe à ce que tu proposes. » j'crois que j'ai complètement oublié mon petit punk. il m'attend sans doute toujours au bar mais j'ai aucune envie d'y retourner. je pense vaguement à ma veste qui est restée là-bas mais tant pis- d'façon je garde tous les trucs importants dans mes poches. je me focalise entièrement sur isaiah, je me rends compte à quel point nos échanges c'est du grand n'importe quoi. on gueule, on se balance les pires saloperies, on se cherche et là j'ai envie de le baiser comme jamais je l'ai baisé jusque là. ça devient une habitude, en fait, et je sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose.

« mais tu me connais donc. si j’étais jaloux, tu serais déjà six mètres sous un parterre de pétunias. » sa risette sonne faux, c'est hilarant. « j’ai pas la rage, fais ton choix c’est tout. ne sois pas si putassier. j'peux encore changer d'avis. » bien sûr qu'il a la rage, sinon il ne serait même pas venu m'emmerder avec ça. il aurait juste passé son chemin et merci-bonsoir. parce qu'au final, il est comme moi isaiah. il connait pas la demi-mesure, les décisions responsables, ce genre de conneries. c'est aussi pour ça que même quand on ne peut pas s'encadrer on finit toujours par se retrouver. et là mon choix est vite fait, son refus d'avouer sa jalousie est une preuve suffisante. j'écrase mon mégot par terre sans le quitter des yeux. « j'vais faire semblant d'te croire, juste pour ce soir. » puis je l'attrape par le col et l'attire brusquement vers moi pour l'embrasser. mes doigts glissent dans ses cheveux pendant que mon autre main remonte le long de son dos, le griffe presque. j'ai envie de le dévorer et je pense que j'vais vraiment finir par le faire. j'ai assez attendu.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 13 Juil - 13:54

fais gaffe. c’est quoi? un avertissement? j’vais pas ironiser sur la taille de sa queue mais ça serait vachement drôle. j’garde ça en tête pour la prochaine fois. parce que j’ai plus envie qu’on s’tourne autour comme deux vieux routiers, plus maintenant, pas ce soir. c’est comme s’en injecter une bonne par intraveineuse. ça prend au corps et aux tripes instantanément. j’ai juste envie d’me laisser porter, d'être juste bien. j’en ai soudainement rien à foutre de tout. des tromperies et des salopages en tous genres. des mauvais côtés de suibhne, et dieu sait qu’il y en a un tas. sa main se faufile sous mon tee-shirt et j’le sens suffisamment chaud pour abandonner son mignon sur le feu. c’est une bonne chose, parce que j’ai tout sauf envie d’arrêter sur ça.
fais gaffe. en vérité, j’suis bien incapable de changer d’avis. j’vais faire semblant d’te croire, juste pour ce soir. petit con. m’ouais, ça m’ennuie. de voir tanguer le navire sans moi. ça l’amuse mais moi, ça m’file envie d’encastrer tous les murs alentours. de parader, dérangé sur les grands boulevards. et j’suis moins regardant que lui. c’est une belle corde pour se pendre. alors ouais, embrasse-moi. je quitte sa nuque, ma main agrippe ses cheveux pourtant pas très longs. j’amoche sa dégaine. jalouse. j’repense à ce baiser et, inconsciemment, j’me mets à l’mordre comme un putain d’piranha. puis j’le repousse mais contre la poubelle cette fois. avec les ordures. j’esquisse un sourire, j’aurais pas pu trouver mieux en y réfléchissant plus. on va bientôt voir qui fait des propositions dans l’vent. moi j’me tiens à c’que je dis- c’est lui qui se dégonfle, qui reste dans l’flou comme une photo intemporelle. et on souffle, le chaud, le froid sans logique, sans excuse valable. on va nulle part. parce que j’veux plus qu’une baise vite fait dans l’arrière d’une ruelle sombre. mais j’ai que ça. plus que ça. j’déboucle sa ceinture, la fait glisser le plus lentement du monde, jusqu’à la foutre par terre tout en ne le quittant pas des yeux. i’ve got youu. d’une certaine façon, j’le tiens par les couilles, ouais. j’baisse son fute, qu’on puisse nous voir, c’est pas dérangeant. au contraire, c’est l’genre de truc qui m’fout personnellement la trique. j’pose un genoux à terre, la main dans mon froc et l’autre sur sa queue. j’aurais dû commencer par ça la dernière fois, ça m’aurait évité la crampe du siècle.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 13 Juil - 18:03



the lost art of keeping a secret.

   

ce mec. ce mec me casse les couilles modèle géant. voilà, c'est dit, on revient pas dessus. parce que quand je l'embrasse, il me rend mon baiser, et j'vois bien qu'il en a envie. on est bien là, y'a rien d'autre à ajouter, mais finalement il change d'avis et me mord la lèvre. je douille, normal, et isaiah me pousse contre une poubelle. « putain mais c'est quoi ton problème isa ? » là je commence à gueuler. soit tu dis oui, soit tu dis non, mais en ce qui concerne la baise y'a pas cinquante réponses possibles ou alors faut qu'on m'explique. visiblement isa il a pas compris la leçon de la dernière fois- ou pt'être qu'il a vraiment envie que je lui en mette une, au final. j'sais qu'il a un côté maso, limite pire que moi. je vais pour répliquer, le pousser, n'importe quoi, mais au final il se contredit direct. il reviens sur moi, sur mon fute. rien que ça. « on va bientôt voir qui fait des propositions dans l’vent. » je suis acculé contre une poubelle et il fait glisser ma ceinture avec une lenteur d'agonie. nos yeux sont verrouillés et mes lèvres esquissent des mots que j'entends pas moi-même. « qu'est-ce que tu fous encore... » je sais que je devrais bouger ou faire quelque chose. regarder autour si y'a personne, lui dire de se calmer deux secondes, mais je crève d'envie qu'il continue ce qu'il est en train de faire. il baisse mon froc et je sais qu'il est sobre (plus ou moins) et qu'il le fait pas pour de la kéta- donc honnêtement, j'en ai rien à foutre de ses motivations, là maintenant tout de suite. le voir mettre un genoux par terre me fait planer, parce que je sais ce qui vient ensuite et que je dis jamais non à ça. on va pas se mentir, si y'a bien un moment où la grande gueule d'isaiah me vend du rêve.. sa main se referme sur ma queue et je garde mes yeux plantés dans les siens. j'veux voir ce qu'il fait, c'qui se passe dans sa tête pendant qu'il le fait. et j'veux savourer, parce que putain ça fait du bien. je m'agrippe au couvercle de la poubelle pour garder l'équilibre et ma tête tombe en arrière, je me contrôle plus. j'enroule mes doigts dans ses cheveux pour lui faire comprendre qu'il peut continuer comme ça toute la nuit s'il veut. je suis pas égoïste, il aura droit à la même chose après.

sauf que les bonnes choses durent jamais longtemps et la porte du pub s'ouvre, au coin de la rue. on est un peu cachés par la pénombre et les poubelles, mais pas tant que ça et je vois alors le petit punk - mon petit punk - qui scrute la ruelle avec mon blouson dans la main. J'vais surprendre personne si je dis qu'il kiffe pas des masses le tableau qui se présente à lui. moi non plus. « merde- » je sursaute et je remonte mon froc à la va-vite, sans faire gaffe à isaiah. mon plan cul s'approche de nous en gueulant. « hey ! mais c'est quoi ce bordel là ! » il me fout un pain dans le nez et ça pique un peu- il est plus badass que ce que je croyais, bon point pour lui. il balance ma veste au milieu des ordures et j'en conclus qu'il est pas hyper content de la tournure qu'a pris la soirée. je suis pas trop d'accord pour qu'on ruine mon cuir comme ça, mais c'est p'têtre un peu mérité. « espèce de fils de pute, tu me fais poireauter cinq plombes et pendant ce temps-là tu te fais branler par n'importe qu'elle chienne dans la rue ? » il désigne isaiah d'un geste dégoûté et un vieux sourire moqueur reprend ses droits sur mon visage. « désolé mec, sérieusement- c'est pas contre toi. » je lui dit de ma voix la plus posée, les mains en l'air genre je veux régler ça pacifiquement. y'a du sang qui coule de ma narine et je m'essuie du dos de la main. je suis à deux doigts de lui péter une clavicule mais si je peux éviter de finir encore au poste ça m'arrangerai.
black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 13 Juil - 20:28

j’sens son regard, sur moi alors j’lève les yeux vers lui une fois sur deux. juste pour le surprendre prendre son pied. pour m’dire qu’il est agréable quand il se la ferme. la scène est pas bien glorieuse parce que l’endroit est mal choisi mais à y réfléchir c’est mieux que rien, même si être acculé contre une poubelle, bon. voilà. c’est pas fou. mais j’ai jamais été romantique et lui non plus donc j’pense qu’on peut sauter la nuit au miteux motel du coin. puis suibhne, c’est pas un pauvre gars fraîchement débarqué de dieu sait où. suibhne, j’ai plutôt intérêt à l’avoir dans ma poche, pour plus tard. non pas que je calcule tout. je préfère avoir une vision globale des choses. un minimum de pragmatisme. alors j’ouvre les hostilités, tant qu’à faire, je rectifie le tir. et je garde, ma crampe à l’estomac. l’envie d’le faire languir. encore une fois j’le regarde et j’y vais le plus lentement du monde. histoire de le frustrer rien qu’un peu. et puis d’un coup. merde- il a remonté son froc suibhne. genre le mec pris en flag mais qui assume pas trop. fallait qu’il flippe pour que dalle, en plus. j’ai gardé mon mal en patience et j’me suis tourné vers l’illustre inconnu. ah. j’ai vaguement essayé de dissimuler mon plaisir de le voir débarquer là tout de suite. il pouvait pas choisir meilleur timing que celui-ci ce con. surtout pour voir suib se prendre un pain dans la tronche sans répliquer. j’me suis redressé lentement contre le mur d’à côté. c’était clairement pas mon affaire. qu’ils s’étripent en m’foutant la paix si possible, merci bien. mais non, c’est qu’il les choisit à son image suibhne. il s’aime tellement ce gros con. blablabla-tu te fais branler par n’importe quelle chienne dans la rue? what? pardon? j’ai pas l’temps de répliquer, non. parce que l’autre, il rapplique, il s’excuse. vraiment? on va où là? on va où? ça lui fait peut-être mal au coeur d’être exposé et élu connard de l’année mais moi ça m’va pas. d’ailleurs j’ai pas une once de compassion pour lui, je m’en fous comme de l’an quatorze. alors je fonce, je fonce sur son dernier plan cul en date et j’lui colle mon poing dans sa gueule. continue et j’te jure que j’déterre ta grand-mère pour l’arroser. ou que j’salope ta mère. peu importe. c’est pas un jean troué qui va m'impressionner. parce que j’suis calme- ouais, mais si j’ai bien appris un truc dans la rue c’est qu’le respect s’perd mais ne s’gagne pas.
le mec surenchérit, normal. faut pas sortir d’harvard pour deviner la suite. une sorte d’anéantissement mutuelle. j’aurais dû y penser avant de taper des phalanges. mais j’pouvais pas le laisser m’insulter, surtout en voyant suibhne s’coucher devant lui comme un pauvre clébard arrosé au kärcher. j’ai pas de dignité ok, mais j’ai encore un minium de fierté- ou d'orgueil, faut pas déconner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Ven 14 Juil - 4:55



the lost art of keeping a secret.

   

se mettre bien au milieu des poubelles, c'est pas ce qu'il y a de plus classe, faut bien l'admettre- mais ça a un petit côté exhibitionniste qui m'excite encore plus. et les regards qu'isaiah me lance pendant qu'il me touche, c'est le summum du baisable. je m'en lasse pas. sauf qu'on se fait surprendre et que ça se barre en couille en moins de deux. dommage.
depuis que j'ai passé trois ans à l'ombre j'ai une règle immuable. enfin, j'fais tout pour qu'elle le soit, au maximum- ne pas s'attaquer aux humains si j'peux l'éviter. parce que de un ils cassent trop facilement et y'a pas de fierté à leur péter la gueule. et de deux ils portent plainte pour un oui ou pour un non et j'ai franchement pas envie de connaître l'intérieur des prisons canadiennes. on m'y reprendra pas, merci bien. donc j'essaye de jouer les pacifiques, je reste posé, je négocie. ça me fout un peu la honte parce que je viens de me prendre un pain et qu'en temps normal je lui aurais déjà cassé deux dents, mais bon. le seul bon point de tout ça, au final, c'est que ça fait désouler vite fait.
sauf que j'ai même pas le temps d'être un adulte responsable parce qu'isaiah se jette sur le p'tit punk pour lui mettre son poing dans la gueule. « continue et j’te jure que j’déterre ta grand-mère pour l’arroser. » c'est quoi cette menace à deux balles cinquante ? est-ce que c'est pour me défendre ? non, c'est probablement juste parce qu'il vient de se faire traiter de chienne- c'est plutôt vrai mais il assume pas ce côté charmant de sa personnalité. je lève les yeux au ciel, on dirait un sketch, avec les punchlines merdiques d'isa et l'autre qui réplique pas plus poliment. je prends trente secondes pour admirer la petite catfight qui se met en place. deux beaux gosses qui se battent pour moi, franchement ça fait rêver. mon sourire s'éternise sur ma tronche, même si j'ai putain de mal au nez.
enfin, il faut pas plus d'une minute pour que les choses dégénèrent. les deux connards commencent à se mettre sérieusement sur la gueule et j'ai pas d'autre choix que de les remettre d'équerre. « putain d'abrutis. » je choppe isa par le colbac et l'éloigne, le jarte contre un mur. en face du punk je laisse tomber mes scrupules et lui met une beigne dans le nez, histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce. je lui attrape le bras et le lui tord dans le dos. un coup de pied bien placé à l'arrière de la jambe le fait tomber à genoux. Je me penche au dessus de lui, impassible. « c'est bon, t'es calmé jackass ? ou t'en veux encore ? » son épaule craque légèrement parce que j'suis à deux doigts de la lui déboîter et il pousse un cri de douleur. ils ont la gniaque les deux cons, mais j'ai pas le temps de jouer à ça. je passe ma vie à chasser des démons et des vampires, c'est pas pour finir dans des bagarres aussi lamentables. « va te faire foutre ! j'vais vous casser la gueule ! »
je jette un rapide coup d'oeil à isaiah pour lui faire comprendre de pas s'en mêler. il a assez fait de conneries pour ce soir. le gars se débat et je sors un cran d'arrêt caché dans ma godasse, je le lui fous sous le menton. il se fige, bouge plus d'un muscle. faut dire que là où les poings marchent pas, une lame réussit toujours. « sans déconner, lâche l'affaire. » je lui dit ça de ma voix la plus détachée, j'suis pas là pour être le gros dur de service, ça me gave. j'veux juste qu'il parte tranquillement, parce que j'ai eu tord et que j'veux pas lui péter le bras en plus du reste. j'avoue que le cran d'arrêt c'est un peu de l'overkill, mais ça a le mérite de couper court à l'excitation de tout le monde.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Ven 14 Juil - 17:34

j’en oublie suibhne, j’en oublie suibhne parce que son plan cul est plus coriace que c’que j’imaginais. il frappe fort et bien ce bâtard. je réfléchis pas au pourquoi du comment, pourquoi c’est moi qui ramasse les pots cassés en fait? j’ai pas le temps de m’affranchir d’son boy. j’pourrais pas situer le moment où j’ai basculé, mais j’ai basculé, c’est indéniable. il y avait plus que des jointures blanchies au fer rouge, galvanisées par l’envie de frapper plus vite, de laisser une accroche. d’abîmer autant que possible. avec les poings, les genoux, les pieds. peu importe la manière. suibhne, j’le vois pas, j’le vois plus- jusqu’à ce qu’il me traîne en arrière, qu’il me dégage ni plus ni moins, comme un vulgaire pantin. je m’occupe plus de rien, crache un filet de sang discret sur le pavé. j’arrive pas à considérer où j’ai le plus mal mais j’ai mal. j’ai mal et j’suis à cran. la faute à ce fils de pute. non, c’était définitivement pas le bon timing. je lève les yeux vers suibhne, fronce les sourcils, ouvre la bouche. aïe. il traque pas les vilaines bébêtes pour rien. ça lui donne un côté flicaille sexy.
va te faire foutre ! j’vais vous casser la gueule ! c’est qu’il est hargneux le petit. à sa place j’taillerais ma route, c’est pas comme si suib en valait le coup. ‘fin un peu mais c’est pas une situation méga engageante faut avouer. j’me garde d’me foutre de sa gueule face à sa pauvre posture mais j’ai quand même ce sale petit rictus vicieux sur la tronche. on s’refait pas. suibhne se tourne vers moi, genre il va gérer sa merde et j’me dis que c’est pas trop tôt. j’croise les bras en l’attendant, stupéfait d’le voir sortir un cran d’arrêt de sa godasse. il est sérieux à s’trimballer avec ça? what. the. fuck. je prends mon mal en patience pour ne pas surenchérir, j’essaye même la veste de suibhne pendant c’temps. ouais, on peut dire que j’en ai clairement plus rien à foutre maintenant.
j’le mate vite fait, lâcher du lest, l’autre se barre. c’est pas trop tôt. eh bé, tu gardes ça sur toi pour sacrifier des poulets? j’pointe du doigt son couteau, le moque gentiment quelques secondes puis accuse le coup, passe mes deux bras autour de sa taille. mon sauveur. j’me retire, acquiesce avec un sourire railleur. ok c’est plus facile en menaçant quelqu’un avec une arme blanche, n’empêche que moi pas besoin de ça pour lui mettre sur la gueule. je m’adosse contre le mur, le mate de haut en bas, j’ai toujours sa veste sur le dos. au moins j’ai récupéré ta veste. j’hausse les épaules. et tu peux m’payer un verre. et on peut reprendre à là où on en était aussi. même si cet interlude me laisse un sale goût métallique dans la bouche. et que j'aurais préféré ne pas être interrompu, de base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Sam 15 Juil - 4:25



the lost art of keeping a secret.

   

isa et le p'tit punk s'empoignent comme deux camionneurs à un concert de black métal, c'est n'importe quoi. si j'étais romantique ça m'aurait flatté que ces deux abrutis se battent pour moi. mais j'le suis pas. amusé, oui. énervé, aussi. pas flatté. j'envoie isa valdinguer contre le mur pour pas qu'il se fasse casser la gueule. il se défend mais l'autre réplique bien et j'ai pas envie de le ramasser à la petite cuillère parce que ça risque de ruiner un peu notre soirée baise.
je maîtrise mon plan cul et j'vois isa avec son habituel sourire de petit con. ce sourire-là, il est pour moi d'habitude, donc ça me change de le voir adressé à quelqu'un d'autre. j'vois bien qu'il est à deux doigts de se foutre de la gueule du mec mais mon regard lui fait comprendre que c'est pas le bon moment. le cran d'arrêt rend tout le monde silencieux et c'est l'effet escompté. le jeune hésite et finit par se tirer en vitesse, sans même jeter un regard en arrière. quand je me retourne je vois isaiah avec ma veste sur le dos et je lève les yeux au ciel, faussement exaspéré. toujours à me piquer mes fringues, celui-là, pire qu'une lycéenne. sans compter que je me gèle toujours les miches et que ça m'emmerde de pas pouvoir me couvrir. « eh bé, tu gardes ça sur toi pour sacrifier des poulets? » j'ai toujours le couteau à la main et le replie d'un geste. petit rictus moqueur. « ouais, et j'm'en sers aussi pour me raser quand je fais du camping. » je le cale dans ma godasse et quand je me redresse isaiah me prend dans ses bras. juste une demi-seconde, pour déconner. « mon sauveur. » son sourire me montre bien que c'est ironique et j'hausse les épaules, faussement humble. j'aime bien qu'il  m'appelle comme ça, même s'il en pense pas un mot. « hé oui princesse, toujours là pour te sauver les miches. »
il se cale contre le mur pour mieux me scruter. son attitude d'aguicheur est de retour aussi vite qu'il l'avait perdue. ça me fait ricaner. « au moins j’ai récupéré ta veste. et tu peux m’payer un verre. et on peut reprendre à là où on en était aussi.. »
les mains dans les poches, je viens me planter juste devant lui et le scrute, de bas en haut. il a son aura de p'tit con prétentieux et j'peux pas dire que ça me titille pas. je suis toujours un peu moqueur. « alors, t'es un gros dur maintenant, tu vole mon blouson. tu tabasse des mecs... » je plaque une main contre le mur, au dessus de son épaule, exactement comme il l'avait fait avec moi avant qu'on soit interrompus. mon autre main se faufile sous la veste, sous son t-shirt, pour venir caresser son bas-ventre et mes yeux ne quittent pas les siens. « j'avoue que c'était plutôt sexy- et ça mérite bien un p'tit verre. » à ma grande surprise, je me remets dans l'ambiance plutôt facilement. le voir amoché comme ça, avec du sang au coin des lèvres et les cheveux en bataille, ça me donne des envies de brute. j'ai envie de le froisser entre mes doigts, qu'il joue au macho pour finalement le faire céder, le dominer un peu plus. je déboutonne son jean et glisse ma main dans son froc. juste retour des choses. mes lèvres effleurent son oreille. « sinon on peut aussi aller chez moi- je suis garé en bas de la rue. » je commence à jouer sur sa corde raide avec un rictus amusé « à toi de décider... »

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Dim 16 Juil - 6:20

à sa tentative désespérée de faire de l’humour, je comprends que notre dernière altercation est déjà à des années-lumière très loin derrière. il a beaucoup trop l’habitude de sortir soit sa bite soit son gun suibhne. bon. c’est pas aujourd’hui que je vais m’en plaindre, bien au contraire. je me masse la joue parce que son crochet du gauche m’a limite anesthésié la gueule. je regarde suib, faudrait déjà qu’il se rase un jour pour me faire gober ça même si sa boutade a le mérite de me décrocher un sourire franc. j’sais pas s’il se rend compte ou non que j’me fous explicitement de son syndrome-complexe-j’sais-plus du sauveur. parce que son besoin d’aider les autres, peut être franchement agaçant. ok là tout de suite c’est pas forcément problématique mais faudrait pas qu’il creuse davantage. parce que suib, il peut faire ça par altruisme mas pas tout le temps, dès fois c’est juste pour faire son intéressant. parce qu’il se pense tout bêtement supérieur ou plus intelligent. princesse. j’me marre. si j’étais véritablement une princesse comme il dit, il s’plierait à toutes mes volontés- sauf que c’est pas son genre, alors. j’ai rien d’une princesse. j’serais plutôt la petite cuisinière sympa qui s’laisse sauter parce qu’il faut bien s’occuper.
alors, t’es un gros dur maintenant, tu voles mon blouson, tu tabasses des mecs... comme si j’ai attendu après lui pour tabasser des mecs. suibhne, j’le vois pas trop arriver, comme une fleur, j’ai encore la tête qui tourne. il plaque sa main au-dessus de mon épaule et j’vois très bien où il veut en venir. j’me redresse légèrement, sa main se faufile sous mon tee-shirt, j’esquisse un sourire. j’peux même te fouetter le cul si tu demandes gentiment. j’me retiens de rire. parce que je sens qu’on avance- enfin. j’avoue que c’était plutôt sexy- et que ça mérite bien un petit verre. j'acquiesce. évidemment que je mérite. de nous deux c’est toujours moi qui vient l’asticoter l’premier. qui me tape ses réflexions débiles. sauf que là, il déboutonne mon fute pour y glisser sa main et j’me sens défaillir. j’le regarde faire en me mordant les lèvres. vas-y putain mais continue. j’ravale une gorgée de sang et décolle mon bassin du mur, attrape son poignet pour plus qu’il bouge. on va chez toi que si tu continues c’que tu fais dans la bagnole. même en conduisant ça devrait être dans ses cordes à suibhne. ou alors j’pourrais le lui faire et ça pourrait être tout aussi drôle. bon. j’soupire, enlève sa main d’mon froc même si c’est pas moral d’me laisser avec un début de trique comme ça. d’ailleurs j’prends pas la peine de reboutonner mon froc, j’rabats simplement mon tee-shirt au-dessus. j’te suis casanova.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Lun 17 Juil - 18:19



the lost art of keeping a secret.

   

il se marre, j'crois bien que j'ai une touche. si j'avais quinze ans je serais tout fier, parce que c'est pas si facile de faire rire isaiah et c'est presque une garantie pour pouvoir le foutre dans mon pieu. le délire avec what's-his-name est déjà loin. je l'avais bien dit, qu'il allait pas me laisser un souvenir impérissable. pour résumer, je suis à bout, il faut que je le baise, isaiah. parce que c'est lui que je veux, j'ai fait mon choix.
« j’peux même te fouetter le cul si tu demandes gentiment. » ah ouais, d'accord. j'dis pas non, je lui rend son sourire. « t'es pas sorti de l'auberge si tu commences à proposer des trucs comme ça. just sayin'.»
la tête qu'il fait quand je commence à lui astiquer l'égo est fabuleuse- comme mon coup de main d'ailleurs, donc ça ne m'étonne pas. il se mord la lèvre et j'ai vraiment envie de participer à ça. je suis bien parti mais il m'attrape le poignet pour m'arrêter. sérieusement ? je suis sur le point de gueuler mais ce qu'il me dit me calme direct. « on va chez toi que si tu continues c’que tu fais dans la bagnole. » je goûte à son cou, juste un peu. « j'ai pas l'intention de te laisser t'en tirer à si bon compte, t'inquiètes pas.» on pousse un soupire ensemble quand il enlève ma main de son froc et je suis un peu déçu. mes fantasmes d'exhibition, c'est terminé pour ce soir. tant pis. « j’te suis casanova. » ça me fait marrer, c'est pas faux du tout.
je récupère ma ceinture qui est encore par terre et la roule en boule dans ma poche. ça sert à rien de la remettre, je vais pas garder mon fute longtemps. je fais un signe de tête en direction de la ruelle sombre et accompagne isaiah en le prenant par les épaules. ça m'aide à marcher droit et ça me donne une excuse pour le garder dans ma sphère d'influence. faudrait pas qu'il ait l'idée de se tirer, ce p'tit con. quand on arrive à mon carrosse je ne prends pas la peine de lui ouvrir la portière et monte direct pour allumer le moteur. on va chez moi et c'est pas loin du tout, donc mon petit sourire satisfait est de retour.
comme promis, ma main se glisse à nouveau dans son caleçon pendant que je conduis. je garde les yeux sur la route mais je prends soin d'afficher cette victoire sur ma tronche. ouais, j'suis un gamin, parfois. je suis de bonne humeur et il faut qu'isaiah le soit aussi si j'veux qu'il continue d'être aussi accueillant- et ça passe en général par quelques caresses bien dosées. juste ce qu'il faut. quand on arrive chez moi je le fais rentrer mon appart sans allumer les lumières et le plaque contre un mur pour relancer les hostilités. la vie est trop courte pour attendre plus longtemps, merci bien. si cette soirée avait un nom, ce serait sans doute dépression et touchage de bite- faut rectifier le tir, d'urgence.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mar 18 Juil - 15:15

il est un peu frustré suibhne, peut-être qu’il aurait préféré qu’on fasse notre affaire là, au milieu des poubelles- ‘fin, c’est lui qui me propose un plan chez lui alors après, j’vais pas non plus m’excuser d’préférer pieuter cette nuit. là où il fait venir tout blackwater falls. pour baiser. pas pour pieuter. mais moi j’ai envie de jouer les funambules. parce que just sayin’ suibhne il a pas besoin de spécifier quoi que ce soit, j’sais exactement ce qui le fait bander. d’avance. ça doit être ça l’avantage d’se taper son ex. c’est pour ça que c’est si tentant. même si ça change pas, et que. j’pense toujours que c’est le roi des connards. j’le sais mais là tout de suite j’y pense plus vraiment. j’pense que j’ai envie d’baiser maintenant. j’ai pas l’intention de te laisser t’en tirer à si bon compte, t’inquiètes pas. et je m’inquiète pas, y a pas d’risques. parce que ça demande déjà un petit effort d’le faire attendre. mais j’sais pertinemment que ça sera aussi bien chez lui, ou ailleurs, ou dans cette ruelle toute pourrie, n’importe où. j’pourrais prendre mon pied n’importe où avec suibhne.
mais pour l’instant, il semblerait qu’on prenne comme convenu la direction d’sa caisse. il m’attrape par les épaules, et moi, j’ai l’air assez con à remonter mon jean pendant tout le trajet. mais qu’il garde ses mains sur moi s’il veut, ça m’va parfaitement. j’espère simplement qu’il a pas trop picolé pour conduire même si, pour être honnête, rentrer en vie c’est pas ma priorité là tout de suite. j’monte sur le siège passager juste à côté. je scrute pas vraiment sa caisse, je m’en fous. j’veux qu’il arrête la voiture au plus vite. et qu’il continue d’me branler, faut pas s’leurrer. ce qu’il fait très bien à peine la voiture démarrée. il m’parle pas et j’dois admettre que c’est bizarre parce que c’est pas son genre à suib. mais à la rigueur c’est pas plus mal, j’allonge légèrement mon siège et j’me cale sur l’appui-tête en profitant. j’ai soudainement l’impression qu’il habite à l’autre bout du monde suibhne. il a vraiment pris le chemin le plus rapide ou? ou j’commence à parler avec ma bite? il se gare enfin. me fait enfin rentrer dans son appart. il est aussi merdique que dans mes souvenirs. mais j’ai pas l’temps d’me retourner vers suibhne qu’il me plaque contre un mur. il fait noir. j’sais pas s’il a l’intention d’allumer mais s’il pouvait la laisser éteinte sa lampe, ça m’éviterait d’passer un interrogatoire surprise j’suppose. j’affiche un fin sourire prétentieux. parce que putain, j’ai quand même fait un coup de maître ce soir. j’attrape ses fringues, l’attire vers moi et lui roule une pelle contre le mur. j’lui fais retirer son tee-shirt en moins de deux secondes. et ces maudits tatouages je les vois pas pour une fois, et c’est pas plus mal, ça m’empêche de penser à son plan drague de tout à l’heure. ma main glisse le long de son échine, jusqu’à dans son froc, je lui pince le cul. en temps normal j’ai toujours un truc con à souligner mais là j’ai rien. son silence m’angoisse un peu. mais j’suis pas du genre à m’débiner pour rien. t’allumes pas la lumière hein? soit il va l’prendre en mode t’veux pas voir ma gueule? t’es vraiment un connard. soit il va m’prendre pour une petite pucelle mais c’est pas pire que d’lui dire la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mer 19 Juil - 17:52



the lost art of keeping a secret.

   

bon, là je vais avouer un truc : conduire en branlant quelqu'un, c'est pas hyper facile. Parce que si t'es vraiment studieux et que tu veux faire les choses bien, bah t'es à l'écoute de ton patient, tu fais en sorte que ça roule. et bon, ça roule avec isa, parce que je sais exactement ce qu'il aime et que je suis un dieu du sexe, mais niveau orientation c'est pas non plus une randonnée pédestre. il fait nuit, je roule à deux à l'heure- et du coup j'parle pas beaucoup. pas du tout, même, parce que je m'en voudrai de ne pas entendre les petits bruits que fait isaiah et que ça me donne encore plus la trique. bref, j'dois être un peu perdu dans mes pensées. on arrive chez moi avant que j'ai eu le temps de me repasser en tête toute la soirée, et je me gare un peu maladroitement sur une place vide. je cogne même un peu la bagnole de devant mais j'en suis au stade où j'en ai plus rien à foutre.
je le fais entrer chez moi et le plaque au mur comme si j'avais pas baisé depuis cinquante ans. lui en tout cas, je l'ai pas baisé depuis une éternité et j'en peux plus d'attendre. isa aussi, on dirait, parce qu'il m'enlève direct mon t-shirt et ça me fait sourire. il me pince le cul et ma main retourne à ses petits activités dans son froc, pressée de passer aux choses sérieuses.  « t’allumes pas la lumière hein? » quoi ? pourquoi pas ? je me fige une demie-seconde, à moitié con. « pourquoi ? t'as peur du noir maintenant ? » je me moque « ou alors t'as pris du poids et t'as peur que je le remarque ? » mon rictus est de retour et je l'embrasse à nouveau. je me fous bien de savoir pourquoi il veut pas de lumière. peut-être qu'il veut juste pas voir ma gueule, mais dans ce cas il se serait trouvé un autre plan cul. bref, j'm'en tape un peu et je l'attrape par la ceinture pour l'attirer jusqu'à ma chambre. j'arrache ma veste de ses épaules, son t-shirt et ce qu'il reste de ses réticences avant de le faire glisser sur mon pieu.
Bref, on s'embrasse, tout va bien, et en carressant ses côtes mes doigts rencontrent une sorte de cicatrice. comme s'il avait évité une balle de justesse. j'ai un moment de bug, je dois avouer. parce qu'isaiah c'est pas le genre à se mêler de trucs louches au point de se faire tirer dessus- ce mec c'est pas un gangster, c'est un petit junkie de rien du tout. « isa. qu'est-ce que tu t'es fait, là ? » je murmure. me demandez pas pourquoi. j'ai l'impression de parler de quelque chose d'intime, de quelque chose que j'aurais pas dû voir. je me penche vers la table de chevet et allume la lumière pour mieux l'ausculter. parce que n'empêche, ça m'intrigue. j'ai très envie de passer outre et de lui faire sa fête - et d'ailleurs ça ne va pas tarder - mais je reste un chasseur et je connais bien les embrouilles qu'on peut rencontrer dans cette ville de merde. et si isa s'est encore foutu dans la merde, ça va vraiment me péter les couilles.


black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 20 Juil - 5:25

ahah. je me garde de rire. il a mangé un clown au déjeuner ou c’est comment? j’réplique pas, j’esquisse un sourire en pensant à sa nouvelle bedaine alors qu’il plaque de nouveau ses lèvres contre mes miennes. je passe une main dans ses cheveux, en profite pour défaire son fute une deuxième fois. au moins personne ne nous dérangera ici et putain heureusement, parce que ça m’avait quand même bien frustré comme il faut tout à l’heure. suibhne il perd pas d’temps pour m’emmener dans sa caverne et m’désaper tout aussi rapidement. j’me laisse tomber sur son pieu, le débarrasse finalement d’son fute, d’son froc et du reste. et j’pensais que ça roulait très bien, on s’cherchait et on s’trouvait très bien- jusqu’à ce qu’il s’attarde quelque part. là où il aurait pas dû. la majorité des mecs s’en foutent comme de l’an quatre mais suibhne, fallait qu’il aille de son expertise, évidemment. isa, qu’est-ce que tu t’es fait, là? il allume la lumière, j’me redresse légèrement pour observer de plus près ce qui le freine à ce point puis soupire. ouais, ça. ça c’est quand la lune se fait pleine et que des connards se pointent pour être auréoler de gloire. des connards comme suibhne, avec des intentions louables ou non. comme si ça m’éclatait d’être devenu un. putain. de. loup-garou. j’éteins la lumière rapidement, j’ai pas envie de faire l’étalage de mes nouvelles cicatrices. franchement, j’sais pas. et c’est vrai, j’me rappelle pas, j’me souviens juste que ça faisait un mal de chien. et que j’ai pris une dose juste après. et que ça faisait beaucoup moins mal. peut-être que la balle et encore là. peut-être pas, j’sais pas vraiment. j’étais trop défoncé. au vu du passif que j’me traîne ça serait pas étonnant. et ça m’arrange pour une fois d’éviter d’répondre. de faire dans la demi-vérité. parce qu’il est peut-être inquiet, mais ça sera une tout autre histoire s’il venait à apprendre que sa proie habituelle s’est invitée jusqu’à dans son pieu. et ça me crispe faut bien admettre d’imaginer une telle scène. désolé d’être un foutu junkie. c’est pas solennelle, c’est vraiment que pour la forme, qu’il oublie ce qu’il vient de voir à l’instant et qu’on puisse reprendre -pour la trois centième fois- là où on en était. t’inquiètes j’vais pas te claquer entre les pattes pendant qu’on baise, si ça peut t’rassurer. je l’embrasse de nouveau, pour le presser. j’me frotte volontairement à sa queue pour lui signifier que c’est cool qu’il se préoccupe de mon état de santé mais que moi j’ai envie d’baiser. parce que la dernière fois remonte à trop loin et que ça sonnait plus comme du sexe de réconciliation de deux heures et demi grand max.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Ven 21 Juil - 13:51



the lost art of keeping a secret.

   

je comprends pas trop pourquoi, mais isa n'a pas l'air à l'aise avec le fait que j'allume la lumière. il me jette un de ces regards, un vieux mélange de stress et de ferme-ta-gueule-stp qui ne me plait que moyennement. il cache vraiment un truc ou quoi ? mes doigts effleurent la cicatrice. à vue de nez j'dirais qu'il n'y a pas de balle là-dedans- ça a juste éraflé sa peau. il s'en tire bien. mais isa est un petit con et il éteint la lumière avant que j'ai vraiment le temps d'inspecter tout ça sérieusement.

« franchement, j’sais pas. j’étais trop défoncé. » je lève les yeux au ciel. « désolé d’être un foutu junkie. » non mais oui, c'est pas comme si ça m'étonne, on va être honnête. enfin, c'est quand même un peu facile comme excuse, parce qu'en général on ne se fait pas tirer dessus quand on est en train de se défoncer à la kéta, et même complètement à l'ouest j'suis pas sûr qu'on puisse oublier ce genre de douleur. je pousse un soupire. « tu vas essayer de me faire croire que t'as rien senti quand on t'as tiré dessus ? tu me prends pour un con ? »
j'ai comme l'impression qu'il ne me dira rien de concret maintenant, de toute manière. il est comme ça, isaiah, faut toujours lui tirer les vers du nez pour avoir une réponse qui fait sens. sinon il se contente de t'embrouiller avec sa gueule d'ange jusqu'à ce que t'oublie ta question de départ. « t’inquiètes j’vais pas te claquer entre les pattes pendant qu’on baise, si ça peut t’rassurer. » il m'embrasse et vu les efforts qu'il fait pour changer de sujet je décide de laisser tomber pour le moment. je lui offre un sourire de réconciliation. « t'as pas intérêt, j'ai des projets pour toi. »  le frottement de son corps contre le mien finit de me convaincre et je commence à déposer des baisers sur son cou, son torse, sa nouvelle cicatrice de gangster, et plus bas encore. pour lui faire comprendre qu'on peut oublier nos engueulades pour ce soir- et que je vais me venger autrement de son attitude de petit salaud. après tout, c'est lui qui a tout fait pour que je vire mon plan cul de base. il va devoir assumer, c'est moi qui vous l'dit.

par contre, isaiah serait très con de croire que je vais oublier ce que j'ai vu. parce que quand mes lèvres caressent sa blessure, un truc me revient me tête. une chasse dans les bois, où j'ai tiré sur un loup-garou. en le manquant de justesse. j'sais pas trop pourquoi je fais le lien entre ce fail monumental et la blessure d'isaiah, mais la ressemblance est quand même- troublante. je fais une note mentale. demain matin, je vais me pencher de plus près sur cette cicatrice. déjà, je n'aurai plus quatre grammes dans le sang et ça m'aidera sans doute à y voir plus clair. ensuite, isa sera endormi et je n'aurai pas à l'écouter déblatérer, ce qui est toujours un bon point.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mar 25 Juil - 19:08

j’distingue pas exactement son visage mais c’est suffisamment, faut pas être un génie pour comprendre qu’il y croit pas une seule seconde. pourtant ça m’paraît plus cohérent que de lui dire qu’un de ces chiens m’a bouffé la jambe alors que je pissais sur les orties. tu vas essayer de me faire croire que t’as rien senti quand on t’a tiré dessus? tu me prends pour un con? je ravale ma salive, temporise. essuie ses doutes comme un beau diable. non, c’est pas ce soir qu’il me fera abdiquer. sexuellement oui, mais faut peut-être pas déconner sur le reste. j’suis pas aussi facile et malléable. j’ai pas l’intention de pleurer sur mon sort, pas sur son épaule à lui en tout cas. j’suis pas fou au point de lui accorder ma confiance une deuxième fois. je rase sa joue d’une main. je temporise son interrogatoire, j’ai pas envie de faire ça maintenant. j’ai ressenti... un picotement. j’me dis qu’avec un peu de chance il me foutra la paix suibhne, qu’avec un peu de chance on pourra baiser avant d’affronter monsieur reid, juré de la cour. on dirait un film B, mais dans la catégorie mauvais thriller. j’affiche un large sourire en le voyant battre en retraite. j’sais pas si j’ai été convaincant ou si c’est parce que ça le démange de tirer son coup mais dans tous les cas: je suis soulagé. c’est rare qu’il cède du terrain suib. qu’il marchande pas. t’as pas intérêt, j’ai des projets pour toi. j’hausse les épaules par habitude, l’habitude de lui tirer dans les pattes. eh bah, j’demande à voir. j’fais le mec faussement mitigé alors qu’il dépose un baiser sur l’objet de notre future discorde. ça me met mal, intérieurement— de savoir que c’est des mecs comme lui qui veulent ma peau.
mais le reste suffit à me convaincre. amplement. le reste. les mains sont encore froides, et j’effleure plus que je touche. ça se regarde longuement sans s’embrasser, sans se dire quoique ce soit. y a plus besoin de mots pour parler. ça dénude les fils, l’envie, la frustration. l’appréhension. l’ardeur surtout, dans un vrombissement inespéré mais attendu depuis tellement longtemps. ça mélange des couleurs qui n’ont rien à voir entre elles. et j’oublie l’espace d’un instant, à quel point je le déteste.
à quel point je le détestais.
putain de suibhne.
c’était obligé, que le souffle se coupe, se bloque, que le dos se cambre puis craque. j’ai l’impression d’avoir raté. le bon moment. pour pardonner, alors ça accroche. ça l’accroche lui, la respiration caillassée.
et ça s’endort sur un côté du lit, de dos, satisfait mais angoissé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Jeu 27 Juil - 14:10



the lost art of keeping a secret.

   

le roi de l'euphémisme, c'est bien isaiah. dans le genre pas crédible, ça se pose là. il se débine comme un gamin, en prenant un air blasé, mais j'le connais et je sais qu'il me balade. « j’ai ressenti... un picotement. » j'ai vraiment envie de me foutre de sa gueule, de lui dire d'aller se faire voir, ou j'sais pas, de lui dire quelque chose qui fera qu'il arrêtera de me mentir tout le temps, mais je ne trouve pas les mots et j'en ai marre de me battre. alors je passe à autre chose, pour le moment. je lui donne ce qu'il veut parce que j'en meurs d'envie aussi, et qu'on s'entend mieux quand on ferme nos grandes gueules. mes yeux sont plongés dans les siens et l'expérience tient ses promesses- sauf qu'elle est parasité par cette rancune de merde qui salit tout et qui nous empêche de dire ce qu'on devrait dire. on se connait plus. on ne peut plus laisser voir trop de faiblesses, parce qu'on s'en servira un jour contre l'autre. alors je l'embrasse partout sauf sur les lèvres, maintenant, parce que ça lui laisserait voir des sentiments que j'ai pas envie de partager. et quand les choses commencent à s'emballer, y'a plus de sentiments. juste nos corps, toute cette colère et ces non-dits qui se dévorent l'un l'autre. au milieu de ces envolées lyriques mes mains ne se privent pas pour l'explorer et rencontrent une autre cicatrice, sur sa cuisse. j'interromps rien, évidemment, mais mes doigts gardent en mémoire l'endroit pour revenir le chercher plus tard. isaiah cache trop de choses, c'est pas humain. au final, bah c'est peut-être ça le problème.
et après plusieurs combats, on s'enchevêtre. zéro classe, comme d'habitude. j'ai le sourire aux lèvres, parce que ça en valait la peine. j'me sens mieux. isaiah s'endort en me tournant le dos, toujours aussi malpoli. je le regarde longtemps, j'arrive pas à quitter des yeux sa nuque, les griffures que je lui ai laissées. ma main se pose sur son épaule, mes doigts caressent son bras, et puis je me rappelle qu'on est pas amis et que c'est pas le genre de trucs que tu fais avec un plan cul. je pousse un soupir et roule sur le dos pour mieux admirer le plafond. une clope avant de dormir, ça m'aide à apprécier la baise qu'on vient d'avoir. à relativiser toutes les conneries d'isaiah, à juste garder en tête son petit cul et son intelligence physique, les seules choses qui permettent de tolérer son attitude merdique.

***

quand j'ouvre les yeux le soleil se lève à peine. je suis du matin alors ça ne me perturbe pas vraiment. les rayons se faufilent à travers le store et je profite de la lumière pour jeter un oeil à isaiah, pour chercher cette deuxième cicatrice qui me taraude légèrement. lui, il ronfle comme un gosse, profondément, et il a bien de la chance. je le désappe de son morceau de drap pour mieux regarder ses blessures de guerre et je tombe sur une cicatrice encore plus dégueulasse que celle de la veille. y'a pas vraiment de doute possible, c'est une morsure. et pas la morsure du caniche de jeannine la voisine, si vous voyez ce que je veux dire. je chasse ces créatures depuis une éternité et je sais reconnaître une gniaque de loup-garou quand j'en vois une, putain de merde. ça mérite un facepalm, parce qu'honnêtement je ne vois pas trop quoi faire d'autre. et puis là, je commence à comprendre pourquoi ce petit con est aussi casse-couilles- clairement, il ne veut pas que je sois au courant. et il ne me fait pas confiance.
je pourrais jouer le gars outré mais c'est de bonne guerre alors je décide de le laisser pioncer pour le moment. je remets mon fute pour aller faire du café et me pose dans le canapé avec une cibiche. j'ai un peu mal au crâne mais j'ai connu des gueules de bois pires que celle-là, alors je saute l'étape du doliprane et passe directement à celle des menaces en posant mon flingue sur la table du salon pour qu'isaiah puisse le voir en se levant. je ne sais pas combien de temps je reste là à fumer une clope, puis une autre, à m'enfiler des cafés, mais au bout d'une éternité la belle au bois dormant sort de ma piaule et je l'accueille avec un sourire en coin.

« salut princesse. bien dormi ? » je tire sur ma clope, pour l'emphase. « comment va ta morsure ? »

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
○ messages : 205
○ double-compte(s) : not yet
○ crédits : (c) LΛZΛRE/avatar+sign
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Lun 7 Aoû - 17:27

j’ai pas bien l’temps d’me rendre compte. il fait déjà jour et le soleil rend la pièce étouffante. se retrouver là, c’est comme compter avec une gueule de bois. et encore que j’ai pas cette excuse contrairement à suibhne, qui ne va pas tarder à se donner le bon rôle comme à chaque fois. je soupire, j’ai bien envie d’me tirer par la fenêtre mais elle donne directement sur un muret au bout de quelques mètres. je passe une main, mécanique, entre les draps. j’regarde le vide. le manque de couleurs. il s’est tiré, ailleurs suibhne. et j’ai pas envie d’me réveiller. le reste m’indiffère. 11:23. ah. j’essaie d’ouvrir les mains, en sachant pertinemment que c’est pas une bonne idée. je frotte mes paupières pour oublier. mais ça part pas, y a son odeur partout. j’me redresse légèrement, pas aussi inspiré que la veille. et je regrette, à moitié, de m’être précipité dans ses bras comme un débutant. de m’éteindre dans l’fond d’son verre quand les lumières se confondent. et j’prends l’eau, on peut l’dire, j’suis la piscine qui s’improvise dans la cale. qu’on évacue plus. qui se languit de la houle. j’reste un moment assis à m’dire que j’suis un beau connard et j’me rhabille entièrement. jusqu’au tee-shirt. jusqu’à m’attarder sur cette cicatrice. c’est pas si affreux qu’il le prétend suibhne. je passe la porte pas franchement réveillé. j’suis encore entre hier soir et ce matin. et lui il clope.
furieuse habitude. sa piaule me file le cafard. l’odeur du tabac froid qui imprègne les murs et sa manie d’se balader avec un flingue constamment me donne le bourdon. salut princesse. bien dormi? je devrais répondre non. mais j’ai pas aussi bien dormi depuis? depuis un bail. même si, un café offert par la maison serait plus appréciable que sa toupie endimanchée pointée dans ma direction. j’hoche la tête pour ne pas dire oui, mais c’est un oui. comment va ta morsure? je fronce les sourcils. mon poignet tique nerveusement dans la poche de mon jean. quoi? ma voix part dans les aigües pour m’affliger d’un loupé malheureux. c’est beaucoup trop. ingérable. de quoi tu parles putain? j’sais pas quoi répondre, j’admets. c’est pas une phrase qu’on me répète souvent au saut du lit. y a pas de quoi être fier, en plus tu m’as griffé j’le sens de fou. t’es pire qu’une nana j’te jure. j’esquive le truc, j’emballe comme il faut avec un beau packaging. je fais. avec un beau sourire qui passe bien. et je prie très fort pour qu’il ne s’agisse pas de cette morsure-là. parce que ce flingue vise à ma paranoïa et que j'vais pas tarder à craquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
— animateur —
○ messages : 939
○ double-compte(s) : x
○ crédits : moi (ava) et ziggy stardust (sign)
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   Mar 8 Aoû - 7:19



the lost art of keeping a secret.

   

il émerge, isaiah, comme un iceberg que je m'apprête à percuter de plein fouet. j'ai plus la patience pour ses petits jeux, j'ai le flingue qui me démange - et je parle de mon vrai flingue là, pas de celui qu'il a astiqué cette nuit. il s'est entièrement rhabillé, ce con, donc ça veut dire qu'il veut se barrer au plus vite. maintenant que j'ai décuvé, j'me rend compte qu'isaiah a tout fait pour que je largue mon plan cul. et maintenant il veut jouer la victime, peut être ? faire comme si je l'avais séduit, comme si c'était une erreur. j'sais pas, mais ça commence déjà à me souler. et aussi parce que visiblement, avouer qu'il a bien dormi lui arrache la gueule. il hôche la tête, pour pas admettre que c'était bien, et ça me renvoit à l'époque où on ne s'érafflaient pas à la moindre occasion, juste pour le plaisir. je ne me rappelle même plus ce que ça fait de ne pas se prendre la tête avec isaiah, c'est devenu un concept abstrait.
la mention de sa morsure a un effet quasi immédiat. si c'était pas aussi dramatique, franchement j'aurais ri. quoi? de quoi tu parles putain? sa voix saute une octave, il trésaille et je continue de cloper en analysant sa réaction. y a pas de quoi être fier, en plus tu m’as griffé j’le sens de fou. t’es pire qu’une nana j’te jure.
j'hausse les sourcils. une mauvaise foi pareille c'est surréaliste, j'vous jure. sa risette de chérubin trompe personne, il me la fait à chaque fois et je me suis déjà trop laissé avoir. je lui offre un petit sourire narquois et me lève pour le rejoindre, la cibiche au coin du bec. t'as adoré, viens pas me la jouer.
je prends une tasse dans l'évier et lui verse un café avant de venir me planter devant lui pour lui barrer le chemin. je force la tasse entre ses mains, magnanime. mais j'parle pas de ça, là, alors arrête de faire le con. je le vrille du regard, la mâchoire serrée. on en est plus au stade de la rigolade, même si j'ai le ton léger. lui et moi on doit parler business, maintenant, et il a plutôt intérêt à y mettre du sien s'il veut rester dans mes bonnes grâces. je tire sur ma clope en le regardant de haut, pour mieux le jauger, puis laisse planner un moment de silence, histoire qu'il ait le temps de préparer sa défense. je croise les bras en m'appuyant contre le rebord du plan de travail. quand est-ce que c'est arrivé ? et pourquoi tu m'as rien dit, espèce de connard ingrat ? j'ai surtout envie de le secouer. est-ce qu'il est rancunier au point de croire que j'aurais refusé de l'aider ? bravo la considération. je suis qui, moi, le voisin qu'il croise en allant chercher le courrier ? je vaux pas plus que ça, visiblement.

black pumpkin

_________________
SO DON'T BREATHE
when I talk cos you haven’t been spoken to
i’ve got a gun for a mouth and a bullet with your name on it but a trigger for a heart beating blood from an empty pocket.
©️ ZIGGY STARDUST.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]   

Revenir en haut Aller en bas
 

the lost art of keeping a secret (suibhaiah) [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [TEST] Lost Odyssey (Xbox 360)
» [WII] Another Code: R - A Journey into Lost Memories
» Beta Test The Lost Planet: Red Zone par XTrophx
» Lost Planet 2
» Let's Go Island - Lost on the Island of Tropics

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: bars et restaurants-