AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains, les fantômes et les polymorphes ont besoin d'amour, eux aussi.
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir
en raison d'un déséquilibre dans la répartition des créatures, les démons et les vampires ne sont plus autorisés jusqu'à nouvel ordre.
veuillez noter que les télékinésistes et les troisième oeil sont pour le moment fermés, merci de privilégier d'autres dons

Partagez | .
 

 ≡ le contexte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
pnj ○ come with me now
○ messages : 205
○ double-compte(s) : pnj.
○ crédits : avatar (c) hallows.
MessageSujet: ≡ le contexte.    Lun 16 Mai - 19:01

contexte du forum

Ferme les yeux. Laisse la noirceur t'envahir. Ralentis ta respiration au même rythme que les battements de ton coeur. Si un frisson te parcourt, ne le laisse pas te secouer. Si un bruit t'effraie, ne le montre pas. Si tu sens un souffle dans ton cou, ignore-le. Si une voix murmure ton nom, ne l'écoute pas. Reste droit, tes orteils plantés dans le sol, tes talons enfoncés dans la boue. Peu importe si tu as l'impression que la terre va t'avaler : ne bouge pas. Si tu bouges, tu meurs. Et tu le sais. Il est là, tout près. Si tu bouges il t'entendra. Si tu bouges il te verra. Rappelle toi ce que je t'ai enseigné. Relaxe tes muscles, laisse-toi envelopper par le brouillard. Ne fais qu'un avec les arbres qui t'entourent, avec les feuilles tombantes, avec les insectes sous tes pieds, avec la lune qui brille au loin. Je sais que tu as peur. Mais garde les yeux fermés. Éteins ton propre corps, ne te concentre que sur ta respiration. Et attends. Il n'y a rien d'autre à faire que d'attendre.

Le vent souffle à travers les arbres, doucement, trop doucement. L'odeur poivrée des épinettes s'incruste dans tes narines. La boue s'enfonce sous tes ongles, épaisse et froide. Mais tu n'entends rien, en-dehors du battement de ton propre coeur. Il bat à vive allure, sans hésitation, frappant violemment ta cage thoracique. Le sang glisse à travers tes veines en vagues infernales, tes poumons pompent l'air de manière saccadée. Ta vision est voilée, par la terre et le sang dans tes yeux, et par le brouillard grisâtre dans l'air. Tes doigts cherchent désespérément à s'accrocher à quelque chose, à quelqu'un, à la vie. Mais même cette dernière se défile. Personne ne viendra te sauver, tu es seul et tu le sais. Tu as essayé de courir. Mais c'était déjà trop tard, il t'a vu au moment où ce hurlement soudain a fendu le silence et t'a fait sursauter. Ton corps se tend et se désarticule, tes os se cassent et ta chair se fend. La forêt est noire et profonde, tu es allé loin, beaucoup trop loin. Ici, des choses se cachent, se dissimulent, et elles attendent. Elles attendent la provocation, les visiteurs solitaires, les âmes tourmentées et les coeurs battants. Elles attendent, patiemment, qu'on les appelle, et qu'on les ramène dans le monde des hommes. Tu écoute tes propres hurlements, tu sens ton propre sang tacher ta peau, tu sens ton corps entier se briser, se consumer, se détruire. Tu lève les yeux vers le ciel, tu te laisses envahir par sa beauté, et tu attends, encore. Une dernière fois.


Blackwater Falls, février 2017. Il y a quelque chose dans cette ville. Quelque chose d'inexplicable, partout et nulle part à la fois. Ça se ressent dans l'air et dans les tripes. Ce voile, il provoque des choses. Des choses inexplicables, des choses terrifiantes, qui arrivent tous les jours. Vivre ici, c'est accepter qu'on n'est jamais à l'abri. C'est accepter que les ombres ne sont pas que des ombres ; que cette impression de ne pas être seul n'est pas qu'une impression, que cette porte qui se referme n'est pas un courant d'air ; que rien n'est une coïncidence et que rien n'est un produit de son imagination. Une fois qu'on a accepté ça, il ne reste plus qu'à ouvrir grand les yeux, et à regarder par-dessus son épaule. Qui sait qui, qui sait ce qui peut se tenir juste derrière nous ? Prenez une grande inspiration. La nuit sera longue.
(c) hallows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

≡ le contexte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contexte
» Règles, contexte et personnages
» ≈ le contexte.
» RPG hors contexte ?
» 02 + Le contexte.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: ADMINISTRATION :: on the devil's backbone-