Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 don't get too close ☽ elijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 147
double-compte(s) : je suis seule dans ma tête (pour l'instant).
crédits : (c) Lempika (avatar) ✻ tumblr, dan stevens ressource (gifs).
MessageSujet: don't get too close ☽ elijah   Lun 4 Juin - 5:21


Elijah et Matthew

When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale.



Rien n'y faisait. Les jours s'écoulaient, mais Matthew Asher ne parvenait à se faire à cette ville. Tout semblait étrange ici. Mystique. Tout semblait receler un secret à percer. Lui-même était devenu un mystère, un secret pour lui-même et Matthew n'aimait pas ça. Toute sa vie, il avait apprit à tout contrôler. Les autres, lui-même. Il ne tolérait ni la médiocrité, ni l'échec. Il exigeait le meilleur des autres comme il exigeait le meilleur de lui-même. Et pourtant, il était là, dans cette ville qu'il ne connaissait pas, tout ça pour venir à la recherche d'une ex-petite amie qui était supposée avoir les réponses aux questions qu'il se posait. C'était complètement idiot, ça ne lui ressemblait pas surtout. Faire quelque chose de spontané et d'irréfléchi, ce n'était pas dans les habitudes de Matthew qui donnait toujours l'impression de tout savoir et de tout comprendre. Mais il ne comprenait pas tout. Par exemple, il ne comprenait toujours pas exactement ce qui lui arrivait. Après avoir parlé avec plusieurs personnes dans cette ville, il s'était rendu compte qu'il y avait beaucoup de personnes ici qui semblaient croire au monde surnaturel. Beaucoup de gens semblaient avoir des explications toutes faites. Comme si c'était logique. Comme si ce qu'il était n'était pas totalement contre nature. Pourtant, c'était ainsi qu'il se sentait. Il était une abération, maintenant. Il ne voyait pas comment il pouvait expliquer ça autrement. Et de toute façon, il n'en avait pas envie. Accepter ce qu'il était devenu, c'était considérer que c'était normal. Or, le jeune homme voulait considérer que ça ne l'était pas. Après tout, une maladie, ça peut toujours se soigner non ? Alors, s'il était malade, peut-être qu'un jour, il finirait par trouver un remède. Oui, ce serait une bonne chose, trouver un remède et redevenir l'homme normal, le salop qu'il était avant.

Si Matthew n'était toujours pas prêt à accepter sa condition et à admettre qu'il était différent, il ne pouvait pas ignorer que toutes les pleines lunes depuis le mois de janvier étaient particulières. Il y avait par exemple cette pleine lune, la toute première, où il avait senti la douleur l'envahir. Il aurait juré que ses os étaient tous en train de se briser, en même temps. Il n'avait jamais ressenti une pareille douleur – en fait il n'avait jamais ressenti de véritable douleur tout court – et il avait perdu connaissance, l'espace d'un instant. Et puis, c'était le flou total, mais il se souvenait de s'être réveillé bien loin de chez lui, un goût métallique persistant dans la bouche et lorsqu'il était rentré chez lui, il avait trouvé son appartement totalement saccagé. Alors si le jeune homme avait toujours du mal à croire ce qui pouvait lui arriver, il savait qu'il faisait bien mieux de ne pas qu'il traîne en ville ce soir. D'autant plus qu'on lui avait parlé de chasseurs et qu'il n'avait pas envie de mourir avant d'avoir trouvé un remède pour se soigner. Le jeune homme, depuis quelques jours, avait cherché un endroit où il pourrait s'enchaîner pour la nuit. L'idée de s'attacher comme un animal lui déplaisait fortement, mais après tout, n'était-ce pas ce qu'il était ? Alors, il se dirigeait vers un endroit qu'il avait repéré depuis quelques jours, enfoncé dans la forêt, où de gros arbres solides devraient suffire à l'enchaîner. Il ne savait pas si c'était un bon plan, il était novice dans le domaine. Mais il espérait que ce serait suffisant. Pour ce soir au moins. Sac sur le dos, ses chaînes à l'intérieur, il avait marché de longues minutes avant de retrouver cet endroit. Heureusement qu'il avait le sens de l'orientation, parce que cet endroit n'était pas forcément des plus faciles à trouver. Le jeune homme ne tarda pas à sortir son matériel, prêt à s'enchaîner. Mais un craquement attira son attention. Puis un deuxième. Il n'était pas seul. Et si … si c'était des chasseurs ? Eh bien, il avait toujours une apparence humaine. Alors il pouvait toujours les convaincre de passer leur chemin. Oui, Matthew était naïf. « Qui est là ? », brailla-t-il. Pas de réponse, ce qui en soit n'était pas surprenant. Le jeune homme marcha donc en direction du bruit. Une silhouette apparu devant ses yeux et il l'attrapa par le col de la veste. Il ne se ravisa de lui foutre son poing dans le figure que lorsqu'il reconnu son visage. « Putain mais qu'est-ce que tu fou là toi ? », s'agaça-t-il, fronçant les sourcils. C'était ce même homme qu'il avait croisé au supermarché quelques jours plus tôt et avec qui il s'était prit la tête pour savoir à qui c'était le tour de passer en caisse. Ils s'étaient recroisés depuis, sans se parler, en se jetant des regards mauvais. Qu'est-ce que cet abruti faisait ici ? Est-ce qu'il le suivait ? Si tel était le cas, Matthew jurait de lui faire passer un sale quart d'heure à ce crétin.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 365
double-compte(s) : leandro, le plus beau.
crédits : (c) sweet poison (avatar).
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   Ven 22 Juin - 7:35

don't get too close.
D’ordinaire, Elijah, il était plutôt patient et calme comme type. Il n’était pas du genre à se prendre la tête pour un oui ou pour un non. Il préférait encore s’écraser devant les personnes qui lui cherchaient des emmerdes plutôt que de répliquer. C’était une question de survie après tout. Il n’avait jamais été un gamin très combatif Elijah, alors pour ne pas s’en prendre plein la figure, il était plus sage qu’il reste dans son coin. Mais en ce moment, il avait bien du mal à garder son calme. Peu importait la situation, il avait tendance à s’énerver en un rien de temps. En prime, il était toujours hyper tendu. Il ne savait pas ce qui était en train de lui arriver, mais il avait l’impression qu’il devenait complètement cinglé. Ce qu’il devenait, en vérité, c’était un monstre, une bête sanguinaire, un loup-garou, c’était ce qu’on lui avait dit en tout cas et ça n’avait pas franchement de sens à ses yeux, mais il avait l’impression de ne plus être en mesure de réfuter cette hypothèse, alors qu’il n’avait pas trouvé la moindre explication plus scientifique que ça. Ce n’était pas faute de chercher, de retourner tout le problèmes, de faire des recherches de lire des ouvrages et de passer des heures entières, penché sur son microscope à observer des échantillons de son sang pour essayer de piger ce qui n’allait pas chez lui. Il était allé jusqu’à faire des tests génétiques, divers et variés, parce que c’était son domaine de prédilection la génétique, mais rien n’y faisait, il ne comprenait pas. Ses gènes n’étaient pas normaux, y avait clairement un truc qui clochait chez lui et pourtant, il n’arrivait pas à résoudre cette énigme. Tout ce qu’il voulait lui, c’était redevenir normal, retrouver sa vie habituelle, loin de tous les trucs paranormaux qui lui échappaient complètement. En plus, peut-être que s’il redevenait normal, Louise reviendrait vers lui, indéniablement, sa meilleure amie lui manquait, à Elijah.

Pour l’heure, tout ce qu’il savait, c’était que s’il était vraiment un loup-garou, il allait se transformer ce soir, parce que c’était la pleine lune. Il avait guetté ce jour avec attention et le voilà qui était arrivé. Il n’aimait pas ça. Il ne se souvenait pas franchement de la dernière pleine lune, il avait l’impression d’être victime d’un blackout total et c’était bizarre. Il se souvenait pourtant des douleurs horribles qu’il avait pu ressentir, cette impression que tous ses os se brisaient, les uns après les autres et qu’on lui arrachait la peau, en plus de lui déchirer les muscles. La douleur, c’était la seule chose qui lui restait encore en mémoire et il n’avait pas franchement envie de connaitre un truc similaire encore une fois. Pire que ça, il n’avait pas envie de devenir un monstre qui pourrait aller blesser les autres. Il fallait qu’il trouve une solution à ça et tout ce qu’il avait trouvé, c’était de s’attacher et de s’enfermer quelque part. Là au moins, il ne pourrait faire de mal à personne. Quelques jours plus tôt, il avait mis en place une stratégie, il avait acheté des chaines et on l’avait regardé comme un cinglé en plus de ça, il avait acheté des pièges à ours, au moins, si les chaines ne tenaient pas, peut-être qu’il se prendrait le pied – ou la patte – là dedans et il serait incapable de bouger pour le restant de la nuit. Il avait embarqué son matériel dans un grand sac et puis il s’était enfoncé dans la forêt, histoire d’essayer de trouver un coin calme ou personne ne viendrait lui demander ce qu’il était en train de faire. Il fallait bien qu’il trouve un moyen de protéger les autres de ce machin qu’il était devenu. Lancé en pleine forêt, il ne savait même pas où il allait et ce n’était sans doute pas plus mal, après tout, s’il pouvait puiser dans ses souvenirs une fois transformé en loup, il retrouverait trop vite la sortie, s’il savait où il allait. Ce qui était complètement con comme façon de penser et il en avait bien conscience, après tout, l’instinct même de loup, devait permettre de trouver la sortie des bois et d’attaquer n’importe qui sur son chemin. Le mieux alors, c’était vraiment de rester enchainer dans son coin. Il entendit une voix et resta sur ses gardes pendant quelques secondes, pas assez sans doute, parce qu’en un rien de temps un type l’attrapa par le col. Il ne tarda pas à reconnaitre les traits de l’autre emmerdeur de la dernière fois, une prise de tête débile dans un supermarché, ce n’était pas son style à Elijah, mais ces derniers temps, il n’était clairement plus lui-même. « Quoi ? J’ai même plus le droit de faire un tour en forêt sans me faire agresser ? Lâche moi et j’irais voir ailleurs, t’en fais pas pour ça. » Déjà, sans ce problème de loup-garou, il n’avait pas franchement envie de passer du temps avec ce type, mais là, il préférait vraiment rester seul. Ce type avait l’air d’être un connard fini, il n’avait pas pour autant envie de le bouffer. Il jeta un coup d’œil au ciel, il ne faisait pas encore trop noir, la lune n’était toujours pas là, tant mieux, mais il n’avait pas beaucoup de temps devant lui. « Je suis certain que cette forêt est bien assez grande pour deux. » Il avait quand même envie de lui dire qu’il ferait mieux de rentrer chez lui, au cas où les choses tourneraient mal, mais ce serait le meilleur moyen de faire durer une conversation qu’il n’avait pas la moindre envie de voir durer, alors autant faire vite, qu’il lui foute la paix et qu’il puisse retourner à sa quête de coin pour s’enchainer et espérer ne pas bouger de là de toute la nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 147
double-compte(s) : je suis seule dans ma tête (pour l'instant).
crédits : (c) Lempika (avatar) ✻ tumblr, dan stevens ressource (gifs).
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   Sam 28 Juil - 4:27


Elijah et Matthew

When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale.



Il était parfois surprenant de voir à quel point Matthew avait changé et à quel point, en même temps, il était resté le même suite aux événements récents. Par exemple, avant, d'un naturel plutôt froid et calculateur, il avait tendance à jauger les gens, parfois avec une certaine hauteur, pour les amener là où il le voulait. Maintenant, il n'était plus tout à fait pareille, puisqu'il n'arrivait plus à faire preuve du même self-control que par le passé. Matthew était devenu un homme bien plus mesquin, presque agressif. Au fond de lui, il avait beau nier tout ce qu'il était, il sentait la bête qui sommeillait en lui. C'était plus fort que lui, il se sentait sanguin, parfois violent. Mais Matthew Asher était restait le même crétin arrogant et calculateur qu'il était par le passé. On aurait pu croire que ça faisait de lui quelqu'un de beaucoup plus dangereux mais pas totalement. En un sens, peut-être un peu quand même, mais Matthew était surtout devenu quelqu'un de colérique, qui s'emportait pour un rien. Un centime non rendu à la caisse d'un magasin et c'était tout un drame. Ça le foutait d'autant plus en rogne qu'il savait qu'il n'était pas comme ça. Ce n'était pas son vrai fond. Il n'était pas mauvais. C'était peut-être un trou du cul arrogant quand il s'y mettait, mais sa mère l'avait toujours incité à être un minimum respectueux envers les gens qui travaillaient. Il y avait bien une explication à son comportement, mais le jeune homme refusait de l'entendre. En même temps, accepter cette explication reviendrait ni plus ni moins à accepter que toutes les histoires qu'on se racontait enfant pour se faire peur étaient vraies. Or, Matt était quelqu'un de plutôt rationnel. Ces choses là ne pouvaient s'expliquer par la science, on ne pouvait les prouver. C'était des histoires, des mythes, rien de plus. Alors non, il n'acceptait pas cette explication qu'on lui avait servi. Il n'allait pas croire un malade mental qui s'était pointé chez lui au petit matin pour lui dire qu'il était son créateur et qu'il était l'un des leurs. Ce mec avait sa place dans un hôpital psychiatrique et nulle part ailleurs, si vous vouliez son avis.

Mais pour l'heure, il ne traînait pas dans ces bois pour donner son avis sur les capacités psychiques de cet homme dont il n'avait même pas retenu le prénom. Il avait simplement conscience qu'il devait s'éloigner de la ville. Il y avait toujours des choses qui se produisaient les soirs de pleine lune et même s'il était purement et simplement dans le déni, Matt ne pouvait pas nier ce qui lui arriver. Du moins, il ne pouvait pas nier qu'il se passait des choses assez bizarres. S'éloigner de la ville était une meilleure idée que de continuer à faire le con en ignorant tout simplement ce qui lui arrivait. Même s'il refusait de mettre les mots loups-garous sur sa situation, il se disait que peut-être il souffrait d'une sorte de maladie mentale qui lui faisait perdre les pédales les soirs de pleine lune. Quoi ? Ça pouvait exister. Lui en tout cas il préférait croire à une étrange maladie mentale liée à la pleine lune que de croire à des histoires d'horreur à dormir debout. Mais s'il avait espéré être seul et tranquille dans ce petit coin perdu au fin fond de la forêt, Matthew se rendit bien vite compte que sa tranquillité était remise en cause. La présence d'une autre personne n'était pas prévue dans les plans de sa soirée et franchement, le jeune homme, ça le contrariait énormément. D'autant plus quand il se rendit compte qu'il s'agissait de l'autre abruti, qui lui avait prit la tête au supermarché, il y a quelques jours. Incapable de se mêler de ses affaires, il avait dû intervenir et forcément, ça n'avait pas plus au Asher. Quelle idée aussi de contrarier un mec aussi arrogant. Bref, Matthew ne le portait franchement pas dans son cœur et l'idée de sa présence ici ce soir ne le rassurait pas franchement. Il était partagé entre l'envie de foutre une raclée à cet abruti et l'envie de l'éloigner d'ici. Ce n'était pas parce que c'était un crétin fini qu'il avait forcément envie de le bouffer au clair de lune. « Oh, tu peux bien faire ce que tu veux, mais c'est plutôt étrange de se promener en forêt en pleine nuit », fit-il, avec son petit sourire arrogant en prime. Puis le jeune homme prit conscience qu'il était lui aussi en forêt en pleine nuit et que forcément, ce n'était pas franchement plus rassurant. Le jeune homme soupira, agacé par son manque de réflexion du moment. « Oublie ce que je viens de dire », fit-il finalement en haussant les épaules. Sur ces mots, il le relâcha, conscient que cette confrontation était ridicule et ne rimait à rien. L'idée qu'il reste en forêt cependant était déplaisante. Certes c'était un idiot, mais même un idiot ne méritait pas de savoir ce qu'il se passait dans ces bois. Il y avait les bêtes sauvages, certes. Mais il y avait aussi les chasseurs, dont Matthew avait tant entendu parler sans jamais les voir. Une balle perdue, c'était si vite arrivé. Reculant d'un pas il resta planté devant l’intrus, fronçant les sourcils. « Eh bien je t'en prie, passe ton chemin », commenta-t-il en haussant les épaules. C'était petit ceci dit, même de sa part. Il savait très bien les dangers qu'encouraient cet homme s'il restait dans le coin. Et malgré son arrogance, Matthew n'était pas prêt à supporter l'idée d'avoir tué quelqu'un. « Ceci dit, je préfère t'avertir, la forêt n'est pas sûre. A ta place, je retournerais bien sagement d'où je viens », commenta-t-il. Et en même temps, lui aussi traînait ici, au milieu de la forêt. Mais lui, il cherchait à s'éloigner des gens, pas des bêtes sauvages. « J'ai vu de drôles d'animaux roder dans le coin », ajouta-t-il avec indifférence en haussant les épaules. S'il se faisait bouffer, il ne pourrait pas dire que Matthew ne l'avait pas prévenu.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 365
double-compte(s) : leandro, le plus beau.
crédits : (c) sweet poison (avatar).
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   Dim 12 Aoû - 10:26

don't get too close.
Il ne savait pas comment gérer tous ces changements Elijah, ça faisait trop d’un coup pour lui. Il était scientifique, terre à terre et voilà qu’on commençait à lui parler de loup-garou et autres conneries du style qui n’avaient pas le moindre sens à ses yeux. Lui, il croyait en tout ce qu’on pouvait calculer, prouver, expérimenter et changer d’apparence à la pleine lune, ça semblait complètement impossible. Ce n’était pas logique et il ne supportait pas ça. Pourtant, il fallait bien qu’il se fasse à l’idée qu’il avait changé, que les soirs de pleine lune, il y avait un truc qui n’allait pas chez lui, sans quoi, il pourrait blesser des gens et ce n’était évidemment pas dans ses envies. Il était quelqu’un de gentil Elijah, passif même, qu’on pourrait facilement dire en parlant de lui, alors attaquer quelqu’un sous forme d’une bête sauvage, très peu pour lui. Il ne savait pas comment s’en sortir avec tout ça. La vérité, c’était qu’il avait cruellement besoin de Louise, mais que la jeune femme était partie, sans crier gare, dès qu’il lui avait dit ce qui était en train de lui arriver. Elle avait raison, il était en train de devenir cinglé. Elle était mieux sans lui, plus en sécurité, mais lui, il était d’autant plus perdu que la seule personne sur qui il avait su qu’il pourrait toujours compter, venait de lui tourner le dos. Maintenant qu’est-ce qu’il lui restait hein ? Il avait encore des amis, mais personne en qui il avait assez confiance pour parler de toute cette histoire. Alors le voilà seul, au beau milieu de la forêt, en train de chercher un moyen pour ne pas bouffer des gens dès que la lune se lèverait et plus il se répétait cette phrase dans un coin de sa tête, plus il se disait que c’était complètement absurde, pourtant, c’était la réalité.

Il en avait passé du temps à observer son propre génome, des nuits passées en secret dans le laboratoire dans lequel il travaillait à essayer de mettre du sens sur tout ça, sans que ce ne soit franchement probant. Il n’allait pas abandonner, il allait finir par trouver une explication qui avait du sens et il finirait par trouver un remède aussi, parce qu’il était hors de question pour lui de passer sa vie comme ça. Il voulait se débarrasser de cette malédiction qui coulait à présent dans ses veines. Mais pour l’heure, il fallait faire avec alors quoi de mieux que d’aller chercher un endroit à peu près sécurisé où aller s’attacher ? Quand il était allé acheter tout un tas de chaîne et de sangles, on avait dû le prendre pour un adepte du BDSM, ce qui était loin d’être le cas, vu sa tronche, on pourrait presque lui demander s’il avait déjà vu une femme nue. Enfin bref, tant pis s’il passait pour un type avec des habitudes sexuelles particulières, chacun sa vie après tout. Pour le coup, ça aurait été plus plaisant que ce soit ce genre d’envies l’ayant poussé à acheter tout ça. Non, tout ce qu’il voulait s’était s’enchainer à un arbre ; génial. C’était franchement blasant et c’était sans compter sur la présence de ce type contre lequel il s’était déjà énervé, quelques jours plus tôt, à croire qu’il avait vraiment décidé de le faire chier jusqu’au bout celui-là. Au pire, s’il le bouffait lui, ce ne serait pas trop grave non ? Une pensée qu’il chassa bien vite de sa tête, parce que loup-garou ou pas, il préférait encore ne tuer personne. « Ouais mieux vaut que j’oublie, parce que je pourrais facilement te renvoyer la remarque. » Si c’était bizarre pour lui de se balader dans la forêt alors que la nuit approchait à grand pas, ça l’était aussi pour ce type, alors qu’il lui foute la paix, histoire qu’il puisse faire ce qu’il avait à faire sans avoir besoin de se soucier de ce mec. Au moins, il l’avait lâché, alors il essaya de réajuster son sac sur son épaule sans que le bruit métallique des chaînes ne se fasse trop entendre. « Bon vent alors. » Il avait commencé à faire quelques pas que les propos de l’homme l’arrêta et il se tourna de nouveau vers lui, un sourcil arqué. « Ce conseil aussi, il vaudrait aussi pour toi. » Il haussa les épaules, il savait plus ou moins quel genre d’animaux il y avait dans le coin, il était l’un d’eux maintenant, qu’il le veuille ou non. « Ouais, en plus c’est la pleine lune, faudrait pas trop trainer dans le coin. » Il leva les yeux au ciel, comme si ça n’avait pas de sens. Il savait jouer la comédie mieux qu’il ne l’aurait cru. L’ancien lui aurait pu faire ce genre de remarques en y croyant dur comme fer, celui qu’il était aujourd’hui, il commençait à se poser de sérieuses questions sur l’influence de la lune et sur ce que ça pouvait faire. Il se demandait aussi comment une morsure pouvait changer un code génétique et le rendre aussi suspect que celui qui était le sien aujourd’hui. Ouais, finalement, la pleine lune, il ne fallait pas la prendre à la légère et il était bien placé pour le savoir. Cependant, y avait bien assez de sa meilleure amie pour le prendre pour un cinglé qui croyait en ce genre de choses, pas la peine que ce type s’y mette, par contre, il ferait bien de suivre ses propres conseils et de vite dégager de là, avant de servir de dîner à un loup-garou, à lui, peut-être, parce qu’après tout, il ne savait même pas si ces fichues chaînes allaient tenir le coup.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 147
double-compte(s) : je suis seule dans ma tête (pour l'instant).
crédits : (c) Lempika (avatar) ✻ tumblr, dan stevens ressource (gifs).
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   Sam 6 Oct - 5:33


Elijah et Matthew

When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale.



Matthew n’avait jamais été un habitué des situations qui le dépassaient. En général, le jeune homme était du genre à tout contrôler. Il faisait même partie de ces gens qu’on appelaient généralement des maniaques du contrôle. Alors ce qui lui arrivait, en plus de dépasser l’entendement et les lois les plus simples de la physique, dépassaient aussi tout ce qu’il était capable d’endurer et d’accepter. Il avait parfaitement conscience de se comporter encore plus comme un con que d’habitude depuis que ce drame avait frappé sa vie. Après tout, il avait fait peur à Lenny au lieu de simplement lui demander de l’aide, alors que par le passé, jamais le jeune homme n’aurait prit le risque de s’en prendre à elle, même quand il s’était comporté avec elle de la pire des façons. Mais Matthew aurait aimé trouver une façon simple de se débarrasser de la malédiction qui semblait l’habiter. Comment, il ne savait pas encore, mais il ne pouvait pas continuer à subir ça, c’était une certitude. Il sentait la colère monter en lui régulièrement et il avait parfois l’impression qu’elle allait l’aspirer toute entière. Le jeune homme avait des défauts, mais celui d’être un abruti qui se laissait aveugler par la colère sans raison n’en était pas un. Jusqu’à présent, ça n’en était pas un, tout du moins. Sa vie lui échappait, il la sentait glisser entre ses doigts et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne lui convenait pas. Il n’était pas de ces gens qui se disaient qu’un imprévu mettait du pimant dans sa vie. Encore moins quand l’imprévu consistait au changement pur et simple de qui il était. C’était toutes ses croyances qui étaient remises en question. C’était son existence toute entière qui avait été modifiée. Matthew aurait aimé remettre sa vie sur le droit chemin, sans savoir comment s’y prendre.

Mais ce n’était pas pour ce soir. S’il ne comprenait toujours pas très bien ce qui lui arrivait, il savait en revanche que ce soir, des évènements déplaisants allaient se produire. Il le sentait dans chaque centimètre de sa peau, de son être tendu. La colère montait en lui en même temps que la tension, en même temps aussi que la lune se dessinait dans le ciel. Il avait toujours aimé les soirs de pleine lune par le passé. Regarder cette grosse boule lumineuse dans le ciel faisait parti des plaisirs simple qu’il avait dans la vie. Désormais, il voyait cette boule de lumière comme une menace qu’il ne pouvait contrôler. Mais si son idée première avait été de profiter de cette foret et de ce coin de tranquillité pour se cacher, ses plans avaient très rapidement été remis en cause. Le jeune homme avait espéré se retrouver au calme, pouvoir profiter de sa solitude et ainsi être certain de n’étriper personne ce soir. Mais la présence d’une autre personne contrariait ses plans. Et même si ce type lui avait tapé sur les nerfs à la seconde où ils s’étaient rencontrés, il ne désirait pas que cet homme ne finisse en charpie. Quoi que … Si ce type continuait à lui taper sur les nerfs, il allait peut-être le tuer, mais en étant toujours sous sa forme humaine. « Tu pourrais en effet », concéda-t-il. En tout cas, c’était une question de bon sens. Mais Matthew se fichait pas mal du bon sens. Il voulait simplement que ce type s’en aille. Il n’avait plus beaucoup de temps avant l’apparition de la lune et il voulait avoir le temps de s’attacher. C’était ironique quand on y pense, parce qu’il avait toujours refusé les jeux sexuels impliquant des cordes et des menottes et maintenant, il s’attachait lui même pour empêcher sa forme animale de massacrer toute forme de vie sur son passage. « Mais peut-être que je suis juste un sale type qui fait des choses louches en foret la nuit. Dans tous les cas, c’est pas tes oignons », ajouta-t-il. Bon et maintenant, s’ils pouvaient se séparer et arrêter de parler de la pluie et du beau temps ce serait bien. Depuis qu’il avait apprit l’existence des chasseurs, Matthew n’avait qu’une crainte : se promener dans la nuit sous sa forme animale et ne jamais se réveiller. Il ne voulait pas mourir. Sa vie partait en couilles, certes, mais il ne voulait pas mourir pour autant. Ignorant royalement son interlocuteur, Matthew se contenta de soupirer. S’il voulait rester et mourir après tout ce n’était pas son problème, il avait prévenu. Mais l’homme se décida visiblement à se bouger et Matthew se sentit soulagé. Il le mit cependant en garde et regretta immédiatement ses paroles, puisqu’elles eurent le don de le faire s’arrêter à nouveau. « Eh bien, merci pour le conseil dans ce cas », répondit-il, d’un ton chargé d’ironie. Il était plutôt la menace, plus que la cible. Sauf si des chasseurs se promenaient par ici, bien entendu. Mais il restait toujours le plus dangereux. Matthew s’apprêtait à reprendre le cour de sa soirée, lorsque les mots de l’inconnu le frappèrent. « Quoi ? », brailla-t-il soudain, sa curiosité étant piquée au vif. Certes, il y avait des tas de légendes, des tas de croyances. Mais qu’ils soient deux cons avec un sac à dos au milieu de la foret en pleine nuit, ça ne pouvait pas être une coïncidence. « Pourquoi tu parles de la pleine lune ? Tu sais quelque chose ? », demanda-t-il. Soudain, Matthew était tout ouï. Il était curieux. Et si … et si ce type était comme lui ? Ça lui semblait impossible qu’une telle coïncidence soit possible, mais s’il avait apprit des choses ces derniers temps, c’est bien que rien n’était impossible. .  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 365
double-compte(s) : leandro, le plus beau.
crédits : (c) sweet poison (avatar).
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   Mer 17 Oct - 13:25

don't get too close.
Les loups-garous, les fantômes, les monstres et tout ce qui pouvait aller avec, c’était des choses qui auraient facilement pu faire rire Elijah, avant que ça lui tombe sur le coin du nez. Il l’avait fait, avec sa sœur cadette, dès qu’elle avait parlé de surnaturel, souvent, il lui avait dit qu’elle avait l’air d’une hippie avec ses histoires à dormir debout. Lui, il était scientifique, il aimait ce qui était démontrable par l’expérience ou par le calcul, ce qui était logique. Malgré ça, il se retrouvait en plein surnaturel et étant dire que c’était un terrain inconnu pour lui. Y avait pas de calcul, pas d’équation à résoudre pour redonner du sens à cette situation et pourtant, ça lui aurait été vraiment utile à lui. Il se contentait de faire des recherches, de dresser des hypothèses qu’il ne pouvait résoudre qu’à partir de lectures qu’il faisait ici et là et auxquelles il essayait de croire, même s’il trouvait tout ça absurde. Il se disait que la première étape pour trouver une solution à son problème, c’était d’essayer de le comprendre et pour ça, il fallait au moins accepter l’idée que tout ça, tout ce qui était en train de lui arriver, c’était possible. C’était déjà une grande étape pour lui. Même s’il était concrètement en train de le vivre, qu’il allait jusque dans les bois pour s’attacher pour ne pas risquer de blesser quelqu’un un soir de pleine lune, ça restait très difficile pour lui d’admettre que tout ça, c’était bien vrai et qu’il n’était pas juste en train de devenir complètement cinglé. Il fallait bien l’admettre, tout serait beaucoup plus simple, s’il était simplement fou. Mieux valait passer sa vie en hôpital psychiatrique, plutôt que de dévorer des gens les soirs de pleine lune.

Il espérait pour ce soir qu’il n’allait agresser personne, que les chaînes allaient tenir et qu’il allait se réveiller, encore attaché à un arbre, comme un abrutit. Il se sentirait forcément con, mais au moins, il serait certain de n’avoir attaqué personne et c’était tout ce qu’il voulait lui, pour ce soir. A l’avenir, ce qu’il voudrait, ce serait avoir un remède contre ce truc qui lui pourrissait la vie. Il ne voulait plus être un loup-garou, il voulait être un humain normal et continuer sa vie, loin de ce genre de choses. Il voulait retourner dans un monde où le surnaturel ne serait pas ses affaires. Pour l’instant, c’était encore ses affaires, puisqu’il était en plein dedans. En revanche, il pouvait admettre que ce que ce type en face de lui faisait au beau milieu des bois, ce n’était vraiment pas ses affaires. Il avait d’autres chats à fouetter et surtout, un coin tranquille à aller trouver, pour s’attacher et passer la nuit, aussi tranquillement que possible. Pourtant, il n’avait pas pu s’empêcher de poser indirectement la question à ce type, parce qu’il y avait une part de lui, toujours trop curieuse qui aurait aimé en savoir plus. Mais en même temps, il ne connaissait pas cet homme et sa vie ne l’intéressait pas plus que ça. Il avait juste retenu que c’était un emmerdeur. « C’est pas faux, chacun ses délires. » Il haussa les épaules, ils étaient tous les deux dans les bois, à une heure tardive où le soleil n’allait pas tarder à se coucher, ils étaient tous les deux louches et il n’avait pas non plus d’explication à donner à cet homme sur les raisons qui le poussait à être ici. S’il devait être sincère, de toute façon, il lui rirait au nez, parce que son histoire de loup-garou était évidemment, grotesque. Il avait commencé à s’éloigner, avant d’entendre la remarque de son interlocuteur et il s’était senti obligé de revenir dessus. Il ferait bien d’être prudent lui aussi, parce que d’ici un laps de temps beaucoup trop court, y aurait un loup-garou dans ces bois, à savoir lui. Il ferait mieux de rentrer chez lui, parce que même s’il n’était pas le type le plus agréable du monde, Elijah n’avait pas envie d’en faire malencontreusement son dîner. Il évoqua la pleine lune, comme ça, juste pour rigoler, parce que c’était ce que les gens normaux faisaient et pourtant, il n’avait pas l’air de prendre ça comme une simple plaisanterie. Sa réaction le surpris plus qu’il ne l’avait imaginé en balançant ces quelques mots. « La pleine lune, les loups-garous, tout ça. » Qu’il répondit, trop sérieusement peut-être. Il testait l’homme en face de lui pour voir sa réaction, mais il était évidemment prêt à dire qu’il ne faisait que plaisanter, histoire de ne pas passer pour un type complètement cinglé. C’était la blague commune qu’on faisait à toutes les pleines lunes après tout. C’était comme parler de vampire au coucher du soleil ou d’évoquer la présence d’un fantôme dès qu’une porte claquait. C’était bidon tout ça. C’était en tout cas ce que le brun avait pensé pendant trente ans de sa vie, maintenant c’était un peu différent. Enfin, il n’en était pas encore à croire aux vampires et aux fantômes, il ne fallait pas exagérer non plus.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
werewolf ○ bad moon rising
messages : 147
double-compte(s) : je suis seule dans ma tête (pour l'instant).
crédits : (c) Lempika (avatar) ✻ tumblr, dan stevens ressource (gifs).
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   Sam 10 Nov - 5:32


Elijah et Matthew

When the days are cold and the cards all fold and the saints we see are all made of gold. When your dreams all fail and the ones we hail are the worst of all and the blood’s run stale.



Normalement, Matthew se considérait comme quelqu’un de plutôt rationnel. Du moins le jeune homme l’avait toujours pensé. Ce qu’on ne pouvait pas expliquer, à ses yeux, ça n’expliquait pas. Il n’avait jamais cru aux monstres sous le lit quand il était enfant, c’était une évidence. Ses parents avaient toujours été des gens rationnels et ils avaient déteint sur leur fils, qui était déjà bien trop sérieux et ce depuis son plus jeune âge. Et puis, il avait grandit. Il n’avait jamais cru en Dieu, il n’avait jamais cru à la vie après la mort. Pour lui, la religion, qu’importe laquelle, était faite pour rassurer les vivants. Les Hommes avaient tous tellement peur de mourir, que c’était rassurant pour eux de se dire qu’il y avait une autre vie après la mort. Mais lui, il n’y croyait pas. Alors croire à des absurdités comme des histoires à dormir debout de vampire ou de loup garou, Matthew y croyait encore moins. C’était des histoires qu’on se racontait la nuit ou à Halloween pour se faire peur, tout au plus. Et il aurait continué à croire que c’était impossible, si un soir, il n’avait pas été attaqué dans cette ruelle, si sa vie n’avait pas tout d’un coup changé du tout au tout. Maintenant encore, Matthew n’était pas certain de savoir à quoi il croyait. Peut-être qu’au final, il était tombé dans le coma le soir de l’attaque, peut-être qu’il était en pleine hallucination, peut être qu’il délirait, ni plus ni moins. Cette possibilité, il ne voulait pas la laisser filer. Le jeune homme préférait même croire qu’il était fou plutôt que de croire que toute son existence avait été un mensonge et que ce qu’il vivait aujourd’hui était vrai. C’était trop pour lui, d’accepter sa condition, d’accepter ce qui lui arrivait, sans chercher à trouver des possibilités pour expliquer tout ça de façon purement rationnel.

Mais que tout ceci soit vrai ou pas, il était quand même là ce soir, dans cette forêt, cherchant désespérément un moyen de n’attaquer personne. Visiblement, c’était trop demandé d’avoir la paix. Pourtant, Matthew faisait tout pour ne pas être dangereux, pour n’attaquer personne. Il essayait d’être … une brave bête. Mais le destin avait visiblement un vrai problème avec lui. Certes, ce n’était pas un enfant de chœur, il n’était pas franchement gentil ou bienveillant, mais quand même, est-ce que le destin était obligé de s’acharner contre lui à ce point ? Non seulement il n’était pas seul dans cette forêt, mais en plus, il avait fallu qu’il tombe sur l’un des seuls visages de Blackwater Falls qu’il connaissait et qu’il n’appréciait pas. Comme quoi, où qu’il aille, Matthew était plus à même de se faire des ennemis que des amis. Si seulement il pouvait se débarrasser de ce type. « Exact. Pour une fois, nous sommes d’accord », fit-il en levant les yeux au ciel. Il parlait comme s’il connaissait ce type depuis des années. Enfin, l’avoir vu plusieurs fois, même sans lui parler, avait suffit à l’exaspérer. Tout ceci lui permettait de conclure qu’il était grand temps qu’il lève les voiles et qu’ils se séparent. Que chacun reprenne la route de son côté. Matthew avait besoin de trouver un autre endroit, plus à l’écart, s’il ne voulait pas prendre le risque de bouffer ce crétin cette nuit. Encore que … Au moins il serait débarrassé de lui, ce qui en soit n’était pas négligeable. Mais il n’était pas un meurtrier. La simple idée de savoir qu’il pouvait faire du mal à quelqu’un le répugnait. C’était peut-être un connard, mais il n’était pas violent, il ne blessait pas les gens, encore moins volontairement. Matthew se serait d’ailleurs bien volontiers tiré, si une remarque ne l’avait pas interpellé. Bon, d’accord, peut-être qu’il réagissait bizarrement. Après tout, c’était plutôt courant qu’on parle d’histoires de loup garou les soirs de pleine lune. Mais quand même … Il était sur la défensive, et ça se voyait. Matthew dévisageait son interlocuteur, le toisant comme s’il essayait de juger s’il devait le prendre au sérieux ou pas. Est-ce que cet homme pouvait … Non. Non. Il ne croyait pas aux coïncidences, c’était grotesque. « Des loups garous, bien sûr », répondit-il avec son sarcasme en haussant les épaules. C’était sans doute une blague. C’était une évidence même. Alors Matthew ne voulait pas prendre le risque de passer pour un abruti en essayant d’en savoir plus, en essayant de savoir si ce type était sérieux. A la place, il se contenta de hausser les épaules, bien décidé à reprendre son chemin. Il attrapa son sac, sans remarquer qu’il était mal fermé. Le poids des chaînes, bien trop lourd, eut raison de la fermeture du sac qui céda, dévoilant les chaînes à la vue de tous. « Ah je … », bredouilla-t-il. Lui qui ne voulait pas passer pour un con, c’était raté pour le coup. « Il y a une raison parfaitement logique à la présence de ces chaînes dans mon sac. Si je te donnais cette raison, tu ne me croirais pas. Mais je ne suis pas un tueur en série », ajouta-t-il en haussant les sourcils. Et puis pourquoi il se justifiait déjà ? Ce type allait le prendre pour un mec louche, mais ce n’était pas grave. Si ça pouvait le faire déguerpir, Matthew, ça lui allait.

D’ailleurs, ça l’arrangerait. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: don't get too close ☽ elijah   

Revenir en haut Aller en bas
 

don't get too close ☽ elijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Video : Goalkeeper - Phalanx (CIWS = close-in weapon system)
» Couche pop in (close parent)
» Tous vos avis sur les couches lavables pour ma récap!!!
» Quizz para.
» Le Seigneur des anneaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: the forest-