Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 ≡ topic commun : fête nocturne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1919
double-compte(s) : anthony farnese, alonso de la vega.
crédits : av./rastamachine, gif/tumblr&moi.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Dim 4 Nov - 12:59


Percy a toujours le geste pour te désarçonner et te laisser tomber dans les abysses de l'inconvenance. Et ce depuis votre première rencontre. L'instinct de survie t'avait hurlé de goûter à ses lèvres, de faire de toi de la chair à canon. Maintenant, c'est un sentiment beaucoup plus fort et authentique qui t'attirait à lui comme le magnétisme de deux aimants. Parfois, tu le laisses s'installer et tu profites des quelques instants de bonheur qu'il te procure. D'autres fois, la plupart du temps, tu l'enfouis dans ta poitrine, même si ça fait mal. Ce soir, en sentant les mains du vampire contre tes hanches et son corps se coller au tien, tu ne peux que lâcher un soupire de plaisir et prendre rapidement l'hameçon. L'attrait est trop grand pour que tu puisses y résister. Il n'y a personne -à part ta soeur qui doit te chercher à l'heure qu'il est- et le moment est bien choisi. Il vient égayer cette soirée qui se révélait être un poids lourd sur tes épaules.
Le sourire aux lèvres, farouche, naît aussitôt qu'il prend ton menton en main. T'aimes ce Percy là. T'as l'impression d'être un diamant parmi de simple caillou. Sa langue vient goûter tes croissants de lune roses dans une danse osée. Putain de suceur de sang. C'est son domaine, il s'y connait le gredin, et il prend un mauvais plaisir à t'exciter. Tu renfermes tes mains contre lui et l'attaque sans en dire plus. Les mots ne servent à rien. Peut-être plus tard, mais à cet instant, ce sont tes lèvres qui s'expriment. Elles se posent délicatement sur la peau froide du vampire et parcourt son cou pour venir croquer son lobe d'oreille. Le cheminement te donne un frisson et bien plus encore dans le creux de ton bas-ventre.
Malheureusement, tu ne peux pas aller plus loin. L'endroit et les affaires de Perceval t'y empêchent, malgré le désir qui bat son plein. Tout ton corps est en manque de lui et le demande. Dommage. Tu fais une moue vexée, mais revient à l'attaque de ses sens lorsqu'une idée point dans ton cerveau. Une brillante idée. Tu lâches un petit soupire en t'accrochant à nouveau à lui après l'avoir embrassé lascivement.
« Viens me voir cette nuit, je laisserai la fenêtre de la chambre ouverte. »
Tu ne lui laisses pas le choix. Tu ne peux pas le quitter là en sachant que vous ne pourrez pas finir cette affaire un peu plus tard ce soir.

Et alors que tu te décales pour croiser son regard, la voix de ta sœur fend l'air. Elle t'appelle, pas si loin de là. Elle exclame ton prénom et se rapproche dangereusement de votre petite cachette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
vampire ○ kill of the night
messages : 324
double-compte(s) : le télépathe Tierney, le trio Harker, le démon Tokarev et le loup Irlandais McSteen
crédits : Moi (vava), warrior._.dad76 (vava origine), jakeabeldaily (signa), téthys ♥ (gif), nbcblindspot (gif)
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Dim 4 Nov - 16:08

Alors que tu énonces ta version des faits, le pourquoi tu es ici… il se venge de ton baiser. Alors que ses mains t’empoignes, tu sens ses lèvres qui se baladent sur ton cou. Tu manques de grogner sous le contact brûlant qui t’offres possibilité de lui faire regretter avec douceur ce geste. Tu pourrais faire tellement de chose, tellement de possibilité qui s’offre à toi à ce moment même alors que ses dents savourent ton lobe d’oreille.

-Engel… Tu joues avec le feu…

Que tu murmures alors que des cris au loin te sortent de cette bulle de bonheur. Des cris qui te semblent bien familier, mélangés à de la colère et de l’impatience. Plus loin, c’est la voix de sa sœur qui hurle à plein poumon. Ils vous cherchent. Tu grognes doucement alors qu’il faut que tu t’éloignes de lui. Tu comptes t’éloigner de ton propre chef, mais il s’accroche le chasseur. Il s’accroche et t’embrasse. Encore. Et tu savoures.

-Viens me voir cette nuit, je laisserai la fenêtre de la chambre ouverte.

Un petit sourire s’affiche sur ton visage alors que ton regard brûle déjà d’impatience. Tu t’éloignes un peu, perdu dans la nuit en murmurant à ses oreilles, une dernière caresse sur son cou.

-Tes désirs sont des ordres, mon Ange…


Et tu t’éloignes retombant nez à nez avec le loup Irlandais. Tu lui fais signe de se taire et tu t’avances plus loin. Il grogne avant, marchant à tes côtés rapidement, ne comprenant ton changement de rythme. Tu t’arrêtes et il prend un malin plaisir à enfin te gueuler dessus.

-Putain mais t’étais où encore ? Je…


Un reniflement vers ton cou avant de soupirer.

-Oh bordel… Harker ?


Tu rigoles un peu avant de repartir chercher ton client. Tu n’as jamais été aussi pressé de finir un contrat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 213
double-compte(s) : Ciulin+ Beitris+ Salomon+ Ohanzee+ Klaudia+ Simone
crédits : NOOBODY LE PETIT RIGOLOW
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Lun 5 Nov - 7:13

Je reste bêtement planté à mi-chemin entre le bar et Elehiel qui enflamme la piste. Ma cervelle s'est engourdie d'un seul coup en la voyant bouger. Sensation pas claire qui titille mes récepteurs nerveux : entre la crainte de la voir se casser en mille morceaux, et le bonheur de la voir sourire. Une fascination logée dans les os, qui ne devrait même pas m’effleurer.


Question de principes.

Boire pour noyer le poisson.
OU
Danser avec elle.
Boire pour se donner le courage de danser avec elle.
Boire encore pour éviter les remords.

J'en suis là de mes pérégrinations mentale quand le chahut me ramène à la réalité. Elie vient de bourrer le pif d'un petit gars aux allures de fouinasse. Un pervers qui laisse balader ses paluches ? Tu sais pas à qui tu as à faire, gadjo. Pourtant, la situation tourne à l'étrange. Echanges salés d'amabilités. Ça pue la vieille connaissance, une de celles qui a abandonnée mon étoile filante.


Impardonnable.

Le gnome bat en retraite. Une forme d'invitation détournée à le rejoindre. J'aime peu cette idée. Elle m'irrite. Il gâche tout, tout de cette joie qui irradiait Elie il y a une poignée de secondes.  Jigodie... Et pourtant la gamine me plante là, un bécot pour sucrer l'incongru. Je me retrouve seul au milieu d'un fête que je n'ai jamais désiré. Ça aussi, ça m'irrite.

Je me fraie un chemin jusqu’à la terrasse, non sans difficultés. Je choppe une fin de conversation qui ne laisse rien augurer de sain et lorsque je passe enfin la porte-fenêtre , Elie me percute, tête la première en plein poitrail. Toute ma carcasse vibre de son mal-être. Douleur de l'écho.
Je retire mon stupide casque et pause mes grandes mains sur ses frêles épaules.

- Viens là...

Je la gratifie d'une étreinte bienveillante.

- On peut s'en aller maintenant, où y retourner pour y poser un mot simple : "Fin" ou "Pardon". Parfois, il est nécessaire d'avoir des réponses. Parfois pas. C'est toujours toi qui décide. Moi je suis là, je te tiens la main...

Et joignant le geste à la parole, je glisse sa menotte trop fine, dans ma paume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 802
double-compte(s) : -
crédits : RaniPyaa
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mar 6 Nov - 15:20


HALLOWEEN PARTY — EVENT


La jeune Harker était plutôt fière de sa plaisanterie. En réalité, elle était plutôt fière de toute cette soirée. Trop heureuse de partager pas seulement des chasses avec son frère mais aussi d’autres moments, pour rappeler à son bon souvenir qu’ils n’étaient pas seulement liés par les liens du sang et du devoir mais par quelque chose de bien plus fort que ça encore. Alors Delilah ne se departissait plus de son sourire. Même son frère jouant mal la comédie l’amusa plus que nécessaire. 

« Aaaaah. C'est malin Deli, tu m'as foutu la frousse. Touché. »

Pour toute réponse, toujours le même rictus ravi sur les lèvres avec lequel elle gratifia son grand frère.

«  Je me vengerai de toute façon, fais gaffe. »

Aser lui murmura, faussement menaçant, ce qui ne fit que plus amuser la belle blonde. Elle n'attendait que ça, la vengeance !

‹‹ Même pas peur.  ››

Elle répondit, gamine, provocante. Et puis son aîné se mit, sans prévenir, à courir pour la semer. Après une demi seconde de temps de réaction, Del prit sa suite en riant, s’excusant a demi auprès des personnes qu’elle dépassait un peu trop rapidement. Pendant un moment elle continua à voir Aser et soudain, après quelques tournants un peu trop serrés, il disparu derrière les grands buissons du labyrinthe. 
Deli pensait encore pouvoir le rattraper, après tout il ne devait pas être loin. Il devait sûrement se cacher comme elle l’avait fait un instant plus tôt. 

‹‹ Original, Aser.  ››

Elle marmonna entre ses dents, mi-amer, mi-amusée. Parce que ça lui rappelait peut être un peu trop la fois où il l’avait abandonnée comme ça seule, en forêt, en pleine nuit, qu’elle s’était, suite à ça perdue et que Papa avait dû se déplacer pour la retrouver, en larmes, cachée derrière un tronc d'arbre abattu. A se demander maintenant si c’était elle pour qui cette soirée avait été pire ou pour grand frère qui avait subit les remontrances de Papa...
Avançant maintenant lentement à travers les dédales du labyrinthe, Del restait sur ses gardes, tous ses sens en alertes, prête à esquiver la moindre attaque de son ainé. Mais au bout de quelques minutes sans le trouver, la patience commença à manquer à la belle blonde.

‹‹ Aser ? ››

Elle appela d'abord. Une fois, deux fois, indifférente des regards que lui coulaient les quelques autres personnes que Deli croisa. Et puis elle se mit à hurler à tue-tête le prénom de son frère, quitte à réveiller tout le quartier. Si déjà il la faisait chier, autant que tous ses copains trainant éventuellement dans le coin sache qu'Aser était présent !

‹‹ ASEEEEER ! ››

Et si c'était imprudent ? Et si ça ameutait toutes les créatures du coin connaissant éventuellement le prénom de l'ainé des Harker ? Et si Aser se décidait à se bouger le derrière pour arrêter d'inquiéter sa petite sœur ? Qu'à cela ne tienne, en avançant, toujours plus, s'enfonçant vers le cœur du labyrinthe, Delilah continuait à clamer le nom de son frère, avec la force de son inquiétude grandissante. Avec la peur sincère commençant à se mêler à l'impatience et à l'agacement. Si ça pouvait l'invoquer...
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 170
double-compte(s) : 0
crédits : Asra
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mer 7 Nov - 11:24

@Anthony Farnese



Salutations souriantes et petit croque-en-jambe par respect pour la célébrité adverse. C'est ainsi qu'il était d'usage d'entrer en contact avec une personnalité de connivence. Après tout, chacun ses rituels, les chiens se reniflent le derrière, les drogués échangent une seringue...
 
J'accueille avec magnanimité la riposte de Monsieur Farnese, après tout je l'ai bien cherché.
 
-"Touché". Bien qu'au fond, je me porte bien mieux dans mon exil choisi que bien des aspirants à la gloire à leur épiphanie. Tendre le bâton pour se faire battre est une façon de prendre les devants par l'autodérision. Mais je suis persuadé que mon homologue n'a pas pu s'empêcher de le prendre aussi pour lui dans une partie de son esprit. A-t-il un ego apaisé ou bien se sent-il obligé d'être en permanence validé par les autres? Non pas que je prétende m'en détacher, loin s'en faut, mais je suis fier du nouvel amour propre que je me suis découvert dans les derniers temps de solitude.
 
Un ami...? dit-il? Ma curiosité pointe, mais je n'ose pas demander de qui il s'agit. Je vois à peine venir la pique suivante, qui revient comme un taon. Je manque de pratique. Je sens une ligne de fracture mentale renaître entre le moi mondain et le moi campagnard qui a pris l'habitude de se comporter sans aucune arrière pensée.
 
-"Il faut parfois embrasser son destin. Et puis, certains en sont revenus, Orphée, Dante, Enée... et si vous restiez un petit peu avant de monter, monsieur Farnese?" esquissai-je presque taquin, en ouvrant le bras vers le tabouret de bar vide se trouvant à côté de moi. "Je vous offre un verre. Au nom de cette rencontre improbable."
 
L'éclatement de mon petit scandale médiatique avait façonné mon existence. Même s'il me fallait beaucoup de recul pour voir l'ensemble du tableau et non pas seulement le pavé jeté dans la marre, cela avait été autant une chute qu'une élévation, une chance de me connaître moi-même et de purger tout le reste.
 
J'écoutais avec attention les paroles de Farnese, et restai assez interdit en entendant que le climat ésotérique local le laissait froid de tout imaginaire. Il était pour moi la matrice d'univers tentaculaires qui s'entrelaçaient et s'interpénétraient ; au point que je me demandais si j'aurais le temps d'en explorer la plus petite portion de manière satisfaisante à travers mes écrits. Et justement, parce que la réponse de Farnese était inattendue, elle m'intéressait d'autant plus.
 
-"Je crois que vous seriez surpris de éclectisme de mes goûts.... mais je reconnais que je ne suis pas là pour faire du tourisme. La vérité, c'est que... j'ai pensé couper l'herbe sous le pieds de tous les candidats aux auditions en me présentant directement pour un rôle dans votre prochain film." déclarai-je avec le plus grand sérieux, une expression neutre sur mes traits cendreux.
 
Je laissai planer le message quelques secondes entre nous, avant de me dérider dans un rire léger.
"Je plaisante, bien sûr... Quoique."
 
Plus sincère je repris : "On a beau aimer la célébrité, il vient toujours des moments où cela devient un peu étouffant. J'ai toujours eu l'habitude d'être connu dans les milieux d'initiés.   Depuis la publication de mon livre, je dois composer avec l'intérêt grandissant de particuliers au beau milieu de la rue, voire dans mon jardin. Les intrusions des journalistes. Il m'arrive souvent d'avoir besoin de retourner à l'anonymat pour garder les pieds dans le monde réel et avoir des relations saines. Blackwater Falls est l'une de ces bulles parfaites le temps d'une récréation. Ou plutôt d'une recréation."
 
Evidemment, je ne pus que repenser à la rédaction de la suite de mon autobiographie qui attendait de pieds sur mon bureau depuis des mois, à me culpabiliser, à me poursuivre dans mes évitements, à me tordre et torsader les boyaux de douleur sans parvenir à extraire la moindre goutte d'encre tant le sujet est sensible. Je ne veux rien bâcler de cet opus encore plus personnel. Et bien loin de moi l'idée de révéler que Garance Beauregard, l'écrivaine fantastique, n'est que l'alias de ma propre identité.
 
-"J'espère au moins que vos raisons personnelles vous laissent le cœur de profiter de ces moments différents de la turbulente LA. Nombreux sont ceux qui attendent la sortie en salle de votre prochain film et j'admire moi-même plusieurs des précédents et les influences dans lesquelles ils ont puisés." ajoutai-je en respectant la raison évasive invoquée par Farnese sur son séjour tout en y glissant un compliment de circonstance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 859
double-compte(s) : aser harker, alonso de la vega.
crédits : av./midnight blues, gif/tumblr, userban/marianne.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Sam 10 Nov - 7:08


ft. @ilya cebrián

Rester un petit peu? Prendre un verre? Mes sacs pèsent sous leur poids, mais l'idée de converser un peu plus Ilya Cebrian prend le devant. Will devra attendre quelques minutes, pas plus. Après cela, je m'en retournerai dans notre tanière afin de le convaincre de mettre un manteau sombre et de s'adonner à quelques stands de la fête.
« Très improbable, il faut fêter cela. Ce sera avec plaisir. »
Puis, vient la question fatidique, celle que je mourrai de lui poser dès lors que mon regard eut croisé le sien. Le sérieux de sa réponse hallucinogène me prend de court et je me contente de rester interdis, incertain, les yeux braqués sur sa silhouette inquiétante. C'est une blague? Je plisse des yeux, méfiant, et fais la moue lorsque j'entends son petit rire amusé. Il s'est joué de moi. Touché. Je ravale ma salive difficilement et l'accompagne dans son entrain, le rire faux à souhait.
Ilya Cebrian, quel drôle de personnage.
Je ne suis pas sûr de vouloir le connaître aussi bien que je le souhaitais. Il m'a l'air fort, imprenable, joueur... un collègue de taille que je ne devrai pas sous-estimer. Que faire? M'enfoncer dans son jeu ou sortir rapidement la tête de l'eau avant de m'y noyer. Le dernier choix semble être évident. Seulement, c'est sans compter le débit excité du jeune écrivain. Je me demande si je suis autant bavard avec les autres. Et si mes paroles sont aussi captivantes que les siennes. Une lumière se met à briller alors que la malice m'entraîne sur un chemin dangereux.
« Oh, vous fuyez la presse... je vois. Ce serait assez embêtant s'ils vous savaient ici. »
Je souris intérieurement et me gratte la barbe, arborant un air réfléchi et embêté. Puis, je me laisse entraîner par ses loges. Doux et vils éloges. Diantre. Il est fort. Je m'en contenterai presque.
« Merci, c'est très aimable à vous. Sachez que LA me manque beaucoup et, sincèrement, entre nous, cette ville me met assez mal à l'aise. Je n'ai pas l'habitude de recevoir autant de pluie sur la tête. C'est d'un ennuie terrible. Des promenades gâchées. Des soirées bien déprimantes. Et je ne parle même pas du froid... On m'a prévenu que les températures chuteront dans le négatif. Ça me rend un peu nerveux. »
La température est un soucis qui ne retient pas mon entière attention, j'ai d'autres problèmes sur le dos. Mais je n'ai guère envie d'étaler ma vie privée à cet Ilya, aussi bel homme qu'il soit, revenant tout droit des enfers.
« Pour ce qui est de mon prochain film, il n'est pas encore couché sur papier. Il vous faudra, malheureusement, attendre deux ou trois ans avant de le voir. J'ose espérer que vous ne m'aurez pas oublié d'ici là. »
Arrivés à la buvette, le choix des boissons s'étale soudainement sous nos yeux. Je me retourne vers l'écrivain, l'oeil perçant. Le temps presse, je ne peux rester longtemps.
« Vous êtes plutôt jus de citrouille ou hydromel? »
Chocolat et vin chaud auraient été préférables pour allier ses forces contre le climat, digne d'une veillée de Noël. Je commande une petite bière, de façon à ne pas trahir mes engagements et mon impatience. Une fois dans la main, je m'empresse de la siroter.
« Comme vous avez l'air de vous plaire ici, vous comptez rester longtemps? Le temps qu'il faudra j'imagine... »
Le temps qu'il faudra pour se ressourcer, comme il le dit. J'ose espérer que cela ne dure éternellement et dans l'anonymat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1919
double-compte(s) : anthony farnese, alonso de la vega.
crédits : av./rastamachine, gif/tumblr&moi.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Dim 11 Nov - 4:44


Dernière caresse sur ton cou à la volée et le vampire recule pour s'éloigner et te laisser tout seul. Tu déchantes en le voyant disparaître dans la noirceur des haies et l'opacité de la fumée blanche, effet visuel théâtral que des machines ne cessent de cracher. Un sourire nerveux et amusé se coince entre tes lèvres et tu n'as pas le temps de l'enlever de là que Delilah te retrouve enfin. Elle vient te t'appeler avec tout l'air de ses poumons et tu n'as même pas eu le temps de reprendre tes esprits. Un coup d'oeil vers elle et tu éclaircit ta voix comme pour te donner une certaine contenance et continuer à jouer le jeu du frère joueur et désabusé.
« Oh bah te voilà. Ça fait cinq minutes que je t'attends. »
Réponse classique quand on prend les devants et qu'on joue la comédie jusqu'au bout. J'essaye de faire comme si rien ne s'était passé entre temps, et m'approche d'elle avec un sourire goguenard. Décidément, les grands frères peuvent bien se montrer méchant à l'intention de leur benjamin. Il en a toujours été ainsi et tu ne pèses en rien tes mots.
Cependant, c'était sans compter que le maquillage du vampire a coulé sur la peau de ton visage, te donnant un air complètement brouillé et des plus suspect. On aurait dit que tu as bécoté sévère.
« Allez, fait pas cette tête... j'me rattraperai quand on sortira d'ici ok? Ça te dit un stand de jeu, un verre? »
La culpabilité en voyant les traits de son visage ne peut être plus viscéral, alors t'essayes de ravaler tes piques taquines et de te rattraper coûte-que-coûte. Toujours persuadé de pouvoir gardé l'illusion, ton sourire s'adoucit et tu prends son bras dans le tien pour continuer le méandre du labyrinthe. Vous êtes sûrement bientôt arrivés et rien ne pourrait vous effrayer à ce niveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 802
double-compte(s) : -
crédits : RaniPyaa
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Mar 13 Nov - 16:09


HALLOWEEN PARTY — EVENT


L'inquiétude de Delilah avait atteint des sommets. Et si c'était un piège ? Et si des créatures s'étaient cachées dans le labyrinthe, pas forcément dans le but de trouver un chasseur, mais juste une proie quelconque à se mettre sous la dent. C'était possible, tellement possible... Del l'avait bien dit que les labyrinthes ne finissaient jamais bien ! Et si son frère était entre leurs mains ? Et si en plus ils l'avaient reconnus ? Et s'il était déjà...
La voix de la jeune femme mourut dans sa gorge. Si Aser n'était pas mort, elle s'assurerait qu'il le soit par ses propres mains !
Ses pas étaient rapides, ses yeux fouillaient le moindre recoin alors que son cerveau travaillait à toute vitesse. Qu'allait-elle faire ? Comment trouver son frère ? Que devait-elle faire ? Devait-elle foutre le feu à tout le labyrinthe histoire d'y voir plus clair ? Pouvait-elle appeler quelqu'un ? Devait-elle interroger les gens qu'elle croisait ? Etait-ce Aser là, qui venait de surgir devant elle ?

« Oh bah te voilà. Ça fait cinq minutes que je t'attends. »

C'était une blague, ça devait être une blague. Le feu monta aux joues de Delilah en même temps que dans son esprit. Le soulagement qu'elle ressentit ne fut pas suffisant pour la calmer.

‹‹ ASER DARIUS HARKER TA TÊTE DEVRAIT SE TROUVER SUR UNE PIQUE ! ››

La jeune femme, resta immobile, les poings serrés alors que son frère se rapprochait d'elle avec un air mutin trop léger. S'était-elle assez entrainée pour arracher une tête avec la seule force de ses mains ?

« Allez, fait pas cette tête... j'me rattraperai quand on sortira d'ici ok? Ça te dit un stand de jeu, un verre? »

La petite sœur ignora totalement les propositions de son ainé. Elle était encore trop sur les nerfs. Trop agitée par toute la peur qui l'avait transpercée. Son cœur tremblait encore de toutes les horreurs qu'elle avait imaginées.

‹‹ Plus jamais tu... ››

Et soudain, dans la pénombre mais grâce à la proximité, Delilah aperçut des traces de maquillages barbouillant le visage de son grand frère. Un maquillage qui n'était pas le sien. Elle se retrouva coupée en plein élan, saisie par le bras par son frère qui l'encouragea à avancer alors que Del était encore sous le choc de ce qu'elle venait d'apercevoir.
La colère se dissipa, laissant place à une vive curiosité et une idée soudaine de plan de revenge.
Aser s'était trouvé avec quelqu'un et vu l'endroit où se trouvait le maquillage, ce n'était pas qu'un serrage de mains qui les avaient réunis...
Ravalant un sourire, Del se mit plus volontiers à suivre son frère, une petite idée derrière la tête.

‹‹ Tu as raison. Un verre. J'ai besoin d'un verre ! ››

Et la jeune fille ne dit plus rien jusqu'à ce qu'ils aient trouvé la sortie du labyrinthe ensemble et rejoigne de nouveau la fête.
Il devait avoir l'air malin le grand frère avec du maquillage qui n'avait rien à voir avec son déguisement sur le cou, les joues, les lèvres... Dès qu'ils furent à la vue de tous, la belle blonde laissa enfin son sourire éclater au grand jour.
Puis ils approchèrent d'une buvette où Delilah se contenta de demander une brune, avant jeter un coup d'oeil à son ainé puis de se retourner vers l'agitation ambiante avec un air grande satisfaction sur les traits.

‹‹ Comment s'appelle l'heureuse élue ? ››

Elle se contenta de lâcher soudain, sondant les gens qui passaient dans la foule pour voir si elle en trouvait un avec un maquillage de la même couleur que celui qui traçait maintenant les joues de l'ainé des Harker.

‹‹ Tu sais, au début, j'ai cru que c'était ton nouveau maquillage qui t'avait trahit, mais en réalité, je crois que même sans ça, ton air stupide t'aurait trahit trop facilement. Tu devrais y faire quelque chose tu sais...  ››

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 1919
double-compte(s) : anthony farnese, alonso de la vega.
crédits : av./rastamachine, gif/tumblr&moi.
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   Jeu 15 Nov - 5:37


Le silence mord ta langue alors que tu cherches un moyen pour te faire pardonner. Delilah n'aime apparemment plus te perdre, même du haut de ses vingt-cinq ans. Te perdre était synonyme de traumatisme. Cependant, tu ne trouves rien à redire alors qu'elle vous sort du labyrinthe. Les mots ne sortent pas de ta gorge, tu les juges trop émotionnels pour la situation, trop décalé par rapport à ta personnalité. Alors tu les ravales péniblement et essaye de trouver une distraction. La buvette arrive rapidement devant vous et tu te renfrognes tout en essayant de lire ce qu'ils offraient de bon. Le grand classique, des bières et des boissons pour les enfants. Vous vous accoudez au comptoir et Delilah commande sa brune alors que tu scrutes les alentours sans mot dire. A côté de vous se trouvent deux hommes qui parlent avec un accent californien. Ridicule. Le serveur te ramène à la réalité et tu lui demandes une blonde. Une belle blonde, bien pétillante, qu'il pose rapidement devant ton nez. Tu ne t'attardes pas plus à sa contemplation et y sirote une gorgée... que tu recraches malgré toi en entendant la question de ta petite soeur. Tu la regardes, les yeux écarquillés, comme pris dans le sac. Merde. A mesure que Delilah gratte un peu plus ton petit secret, le malaise prend racine et empoigne ton myocarde. Tu grognes dans ta barbe des mots indistinctes comme pour la maudire du sujet qu'elle aborde. T'aimes pas parler de ces choses avec la famille. T'es plutôt pudique et aime séparer amour et famille, surtout lorsque tes sentiments pour un vampire se trahissent. Alors quoi faire? Nier complètement serait ridicule, car tu as été pris la main dans le sac. Mentir? Omettre des détails?
« J'ai pas d'air stupide. C'est purement... »
Le mot que tu t'apprêtes à dire te fait monter le rouge aux joues. Pas ici, pas devant ta soeur.
« ... récréatif. Y'a rien. »
Avec ta manche, tu viens essuyer la bouche et ses environs pour être sûr d'enlever tout indice. Trahi par du maquillage. Percy, tu fais chier. Tu te demandes même s'il ne l'a pas fait exprès. C'est bien son genre, à avoir de l'avance sur les autres. Quand on dit qu'il ne faut jamais se fier aux suceurs de sang... ce doit être avéré. T'es un peu en colère contre, assez pour lui en faire voir ce soir.
« J'commence à croire que mon déguisement est finalement pas si mal que ça. »
La main sur la pinte, tu désignes de la tête un mec habillé en combinaison de lapin. Tu n'as jamais vu quelque chose de plus ridicule. Ton regard dévie et se pose sur une femme aux yeux de chat, des lentilles sûrement, qui te dévisage. Tu tiltes un peu et fronce des sourcils. Un sourire mesquin s'affiche alors sur son visage. Bizarre. Tes yeux descendent sur les tatouages qui parcourent son cou jusqu'au bout de ses phalanges. Une intuition te donne un petit frisson et tu grimaces aux idées qui croulent soudainement sur ton esprit.
« Mais un peu trop réaliste. Meuf suspecte à six heures. »
Est-ce que vous étiez démasqué? Aucune idée... mais entre le costume et le nom de famille crié à tue-tête, ce peut être le cas. Tu commences à respirer un peu plus vite et à contracter tes muscles sous la paranoïa que possède tout chasseur avéré. Un coup d’œil à Delilah pour lui demander son avis sur la question. Si elle acquiesce, la soirée devra être écourtée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ≡ topic commun : fête nocturne.   

Revenir en haut Aller en bas
 

≡ topic commun : fête nocturne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» (2.2) TOPIC COMMUN
» ✤ UPRISING : topic commun
» Premier topic commun ▬ La parade des Macrales
» (topic commun), radcliff's fair.
» La Nocturne de l'ULB annulée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: FAR FROM ANY ROAD :: out of the furnace :: flashback-