Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
on vous invite à privilégier les fantômes, les djinns et les petits humains
nous sommes présentement en hiver 2017-2018 (décembre, janvier, février) I love you

Partagez | .
 

 Max ○ La mémoire dans la peau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
human ○ drink the water
messages : 16
double-compte(s) : .
crédits : (c) amor fati
MessageSujet: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 13:17

Maxine Odina Warren
Il y a des vérités qu’il vaut mieux taire pour préférer vivre



○ âge › Vingt-six ans ○ date et lieu de naissance › Le 20 avril 1991 à Blackwater Falls○ profession › Agent de conservation de la faune (garde-chasse) ○ situation amoureuse › A vide ○ orientation sexuelle › Hétérosexuelle ○ situation financière › Sur la paille ○ groupe › Long walk home ○ avatar › Shanina Shaik ○ crédit › eylika, bonnie, frimelda (vocivus)
○ pseudo › Cya ○ et à propos de toi ? › Et coucou ! ○ comment t'es arrivé ici ? › J’étais déjà passée, avalée par l’IRL puis m’rvla ○ un dernier mot ? › La plume est rouillée, pardonnez !
≡ recensement avatar. (obligatoire)
Code:
<bottin>shanina shaik</bottin> ❖ <bott>Maxine Warren</bott>

≡ recensement personnage. (obligatoire)
Code:
❖ maxine warren
solitaire, incisive, rancunière, naïve, rêveuse, combative, déterminée, impulsive, généreuse, curieuse.
Maxine, elle fume. Un peu trop selon sa sœur. Elle peut paraitre dure, avec la vie – avec les autres mais elle s’émeut toujours devant un paysage, un frémissement de feuilles ou la force d’un torrent. Quand elle s’attache, Max est capable de donner – énormément donner, ce qui fait que les désillusions et déceptions peuvent être brutales. Ainsi, elle se protège des autres pour ne pas souffrir ce qui peut lui donner un côté froid et intransigeant. Mais quand on la connait, elle a cette frivolité juvénile – celle qui lui a tant fait défaut à une époque de sa vie qui aurait dû lui être dédiée. Elle aime son boulot, Max. N’est parfois pas tendre avec ceux/celles qui braconnent et saccagent. Elle a un grand sens moral, qu’elle s’est forgée en grandissant auprès de sa famille d’accueil. La brune possède une trace de griffure profonde dans l’avant-bras droit, cicatrice de son tête à tête avec un loup(-garou) particulièrement féroce.

○ as-tu déjà été témoin d'un événement surnaturel ? Elle était encore jeune agent des forêts lorsque Max a fait une rencontre surprenante dans le cadre de son travail. Elle était sur la piste d’un groupe d’hommes, les suspectant de braconnage lorsqu’elle est tombée sur un cadavre d’homme, la poitrine ouverte et le cœur dévoré. La traque avait manifestement viré de bord. Max n’eut pas le temps de faire appel à des renforts car elle se retrouvait face à face à une bête hirsute, grognant dans l’obscurité. Un loup, massif, agressif et surtout, isolé. Elle eut à peine le temps de dégainer son arme que celui-ci lui sauta au visage. Ce jour-là, elle crut mourir, Maxine. Ce qui la sauva, c’est l’intervention de deux des hommes qu’elle filait depuis quelques jours. Ces chasseurs. Ils abattirent l’animal et chargèrent une Max à demi-consciente dans leur véhicule avec le cadavre de la bête. C’est à l’hôpital qu’elle se réveilla, incapable de mettre des mots sur ce qui s’était réellement passé. Pourtant, quelque chose est resté ancré dans sa mémoire. La certitude que ce loup était en partie humain.

○ 1991 › Naissance de Maxine à Blackwater Falls d’un père rétrograde et profondément misogyne du doux nom de Earl Warren installé depuis des décennies dans le coin, propriétaire d’un lopin de terre en bordure de la ville et à la tête d’un trafic de drogue local toléré par les autorités. Sa mère quant à elle, prénommée Ozalee, est une native Cri, amérindienne de pure souche venue s’installer en ville pour embrasser le rêve américain. Elle enchaîne surtout les petits boulots – bosse dans les cafét’ et se casse en deux dans les usines. Se confronte aux infidélités assumées de son homme qui a déjà deux aînés de deux femmes différentes.
○ 1993 › La mère de Maxine trouve le courage de quitter son père mais il lui interdit de prendre la gamine avec elle. Sa descendance, c’est son trésor – des pions dans son sale petit trafic familial sur lesquels il aime garder la main mise. Contre quelques billets par mois, la mère lâche prise sur sa progéniture. Elle se réfugie un temps dans la réserve avant d’en revenir aux petits boulots qui lui donnent l’impression d’exister.
○ 2002 › C’est dans cette sphère profondément toxique que grandit Max. Elle est la seule fille de la famille, sans compter les poulettes camées ou paumées que son père récupère comme concubines. La dernière vient d’ailleurs de pondre un môme et ne semble pas avoir la moindre idée de comment l’empêcher de brailler. Max va quand même à l’école et possède quelques jouets de fille qui ont bien vite cessé de l’intéresser. Faut dire que les escapades à cheval et les carabines de son paternel que brandissent à chaque occasion les grands frères lui semblent bien plus adaptées à son mode de vie que les barbies poussiéreuses perdues dans sa piaule sous les toits. Ses grands frères n’ont jamais été tendres avec elle – ses grands frères n’ont jamais été bien malins, non plus. C’est d’ailleurs peut-être pour ça que Earl a pris sous son aile le rejeton d’un ami de la famille – un sang-mêlé, lui aussi - qu’il élève comme son aîné et qu’il traite comme son bras droit, promis pour la relève, tandis que les autres semblent être davantage relégués au rang de sous-fifres. Elle l’aime bien Max. Il est comme un frère, un vrai frère. ○ 2004 › Max, âgée de quatorze ans, est enceinte. De cinq mois. L’infirmière du collège le signale et la voilà face à cette flic sortie de nulle part, spécialisée de la protection infantile qui essaie de lui tirer les vers du nez. Dans les couloirs, on cause de viol et la gamine s’enterre dans son mutisme. De toute manière, elle ne se rappelle pas. Earl n’aime pas trop les insinuations, voudrait bien que la gamine avorte mais c’est bien trop tard pour ça. La flic furète et en vient à réveiller l’instinct maternel d’Ozalee, la mère, qui s’insurge et réclame la garde de sa fille. Earl la menace mais Max s’enfuit de la maison familiale pour trouver recours auprès de la communauté amérindienne.○ 2005 › L’enfant naît prématuré et se bat vaillamment à l’hôpital de Blackwater Falls, ce qui lui vaut le nom de Bly, grand, lorsqu’il en sort. Il est mis sous tutelle d’Ozalee, qui l’élèvera comme son propre fils sans jamais lui dire la vérité. Max, quant à elle, est placée dans une famille d’accueil à l’ouest du pays pour l’éloigner de son environnement familial particulier. Si la phase d’adaptation est un peu compliquée, elle s’entend très bien avec sa sœur, Lena, de trois ans sa cadette.○ 2013 › Max, devenue officiellement agent de conservation de la faune depuis près de trois ans, se retrouve nez à nez avec un loup massif et agressif en ayant suivi un groupe d’hommes qu’elle suspectait de braconnage. Elle est sauvée par certains d’entre eux et amenée à l’hôpital. ○ 2017 › Max prend son courage à deux mains et décide de revenir à Blackwater Falls pour faire le point sur ce passé qui la hante. Sur cet enfant qu’elle a laissé et cette famille qui l’a brisée. Elle se fait mandater pour une mission dans la réserve, ce qui lui permet de revenir vers sa mère et son fils. Il faut dire que certaines choses ont changé depuis treize ans. Earl Warren fait toujours tourner son monde – jusqu’à avoir gagné de l’influence auprès des amérindiens. Ozalee a un cancer et Bly a bien grandi.
fiche (c) prima luce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 16
double-compte(s) : .
crédits : (c) amor fati
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 13:17



I

« Qu’est ce qui se passe ? Elle a encore piqué des trucs ? » demande l’homme aux yeux gris et à la voix traînante, suivant du regard la gamine à la mine basse qui se détache du flanc de l’officier de police Franck Burke pour rejoindre le couloir menant aux étages – à la petite chambre sous les toits où elle passe le plus clair de son temps lorsque ça gueule en contrebas. Le détective se pince les lèvres, répondant à la négative avant de loucher en direction de la femme brune aux traits creusés qui fait danser un marmot entre ses bras maigres et blancs. Le malaise est palpable du côté de l’agent qui a les mains dans le fond des poches de son veston distingué. C’est qu’il se demande vaguement de qui il peut être, ce môme.
Earl Warren lui-même ou l’un de ses deux fils ?

« On peut parler ? » Ose finalement l’officier dans un silence pesant tandis qu’Earl fait rouler ses muscles dans une mimique lasse avant d’acquiescer par un borborygme primitif. « La directrice nous a appelé… Maxine ne voulait rien dire mais il semblerait qu’elle soit enceinte. »

L’adolescente se tient dans la cage d’escalier, ramassée sur elle-même, le cœur aux bords des lèvres. « Bon dieu d’merde. » Répond le paternel en se pinçant l’arête du nez. « Non, non, elle n’est pas enceinte. J’vais l’emmener à la clinique dès demain. » Grogne-t-il comme s’il s’agissait d’un simple malentendu – d’une coupe de cheveux ratée qu’il faudrait corriger. « Non, ça ne va pas être possible. Elle est enceinte d’à peu près cinq mois. » Le flic s’éclaircit la voix. Décrit des cercles dans le salon tandis qu’Earl s’est échoué dans son vieux canapé en cuir. Burke connait bien Earl. C’est un peu grâce à lui que ce dernier peut faire son commerce en toute tranquillité. Par habitude, le flic se dirige vers le placard où sont rangés les alcools forts et en sort deux verres qu’il remplit de bourbon avant d’en tendre un à son interlocuteur. Earl jure.
Encore.
Encore.

« Earl, la protection infantile est dessus. » Couinement du fauteuil en cuir lorsque l’officier s’y assied dessus. « Tu vas me trouver une putain de solution. Pas d’interrogatoire. Je vais la marier au gamin d’à côté si il faut. » « T’es en état de choc. » Grogne Burke en se grattant le cuir chevelu. Earl lâche un ricanement sauvage en guise de réponse avant d’avaler son verre d’un seul trait. « J’connais les mômes, Burke. C’est une salope, c’est tout – mais elle est trop jeune pour avoir un bébé. Je ne ferai pas ça à une de mes chiennes. »


Peut-être devrait-elle commencer par parler de son père, Maxine ?

De ce père, bien trop présent.

Ce patriarche à la con – père fondateur, spirituel et biologique de toutes les pauvres âmes errant dans son sillage. Il raisonne comme un chef de meute – se dit que ceux qu’il ne peut pas dresser, il doit les abattre.

Earl Warren est installé sur ses terres depuis des décennies, et la maison familiale, isolée en bordures, jouxtant les landes amérindiennes – domine un peu la ville depuis sa falaise escarpée. C’est une vieille baraque à l’allure branlante et à la peinture écaillée. Les chiens rauquent à la moindre présence importune et le jardin donne au tout des airs de taudis végétalisé. Il ne roule pas sur l’or, Earl Warren, et même si ça avait été le cas, il n’aurait pas porté une montre en or pour autant. Il a des chevaux, de belles armes à feu et une affaire qui roule. Des mômes, toujours une femme pour réchauffer son plumard – de pauvres gens à qui donner du boulot. De quoi le faire se sentir si important pour cette ville, en somme. Et ça, depuis plus de trente ans.
Elle se rappelle de ses frères, Max. Les deux fils aînés de Earl toujours flanqués dans son ombre qui veulent bien faire tout en restant trop simplets – seulement aptes à menacer quand leur père le leur demande. Ils n’ont jamais été de grands stratèges. Auraient pu être de bons gars s’ils n’avaient pas grandi dans cet univers d’arriéré.

Beaucoup diront qu’Earl est quelqu’un de possessif et de protecteur, même si ses mots sont durs et si ses yeux crachent parfois du mépris.
Beaucoup diront qu’Earl aimait Max.
Pas plus que ses chiens, dira-t-elle.


II

La carabine sanglée dans son dos, démesurée par rapport à sa frêle silhouette, Maxine fait avancer son cheval – le visage fermé et l’air frais battant ses cheveux longs tout autour de son visage. Dans la plaine, sa monture baie est comme une tâche sombre au milieu des herbes qui ondulent au gré du vent. Noyée dans ses vêtements trop amples, son col de fourrure baillant à ses épaules, la jeune fille semble prisonnière d’une autre époque. Elle ne jette pas même un regard vers Blackwater Falls. Vers la demeure familiale haut perchée – depuis laquelle la gamine sait parfaitement que son père l’a vue. Ce n’est qu’une question de temps, d’ailleurs, avant qu’il ne se pointe. Max le sait. Dans cette pensée, furtive, elle donne un coup sec de talon à sa monture et reprend le chemin jusqu’aux abords de Tall Oak Cree. La réserve est le seul endroit qui lui semble être sûr même si elle n’est pas certaine de ce qu’elle doit protéger. Le regard chute dans ses frusques trop larges, là où un petit cœur bat.

« Maxine, est-ce que tu sais ce qui t’arrive ? Tu sais pourquoi ton ventre grossit ? »
Silence. Le regard reste rivé vers la surface froide de la table. L’agent a un regard doux et patient. Une voix qui appelle aux confidences.
« Tu le sais, n’est-ce pas ? » Répète-t-elle.
« Il y a un truc là-dedans. » Répond Max, consciente que ce n’est peut-être pas normal. Du moins, pas à son âge.


Elle voudrait se rappeler. Elle presse les paupières à s’en faire mal, la gosse. Est réveillée par le sentier cahoteux qui la mène à la réserve lorsqu’un moteur rugit à quelques mètres. Le cœur repart dans un tumulte sourd. Elle tire sur la bride, Maxine. Braque son cheval lorsque le range-rover fait crisser ses pneus juste devant elle, soulevant des volutes de poussière. Max bascule et retombe sur ses pieds. Plie sa charpente le temps d’épauler la carabine de chasse et se redresse lorsque le canasson s’écarte. Earl sort du véhicule, un rictus moqueur à la gueule. « Ce truc tuerait tout juste un lapin. Tu fais quoi, Maxine ? Tu crois aller où comme ça ? Dans cet état. » Elle serre la mâchoire, la brune. Presse la détente. Tire dans un genou et fait rauquer le paternel qui se penche pour endiguer le sang qui reflue de la plaie. Il crache une insulte quand elle le met au défi d’un regard mauvais – bien trop mauvais pour une fille de son âge – d’avancer d’un pas de plus. Il s’étrangle d’un rire, Earl Warren. Mutine, Max range son arme et grimpe à nouveau sur sa monture pour la faire avancer jusqu’au sommet du sentier – habitée par la certitude qu’il ne fera plus rien pour l’empêcher de rejoindre la réserve.

Et il ne fit rien.

III

« Je crois que je suis prête, tu sais. »

Les pupilles perdues dans la profondeur de ce ciel obscur moucheté de points lumineux incandescents, Maxine inspire longuement la fragrance poivrée des conifères qui les entourent. A ses côtés, Lena louche sur la cigarette éteinte dans le cendrier avant d’attraper sa bière pour la porter à ses lèvres. C’est esthétique, ce tableau qui se dépeint – toutes ces formes dentelées noires qui épousent l’immensité de ce ciel étoilé de fin d’été. Autour d’elles, règne un calme absolu. Un calme pourtant si animé de par les noctambules qui remuent.

« Alors laisse-moi t’accompagner. Tu ne devrais pas être seule. » Répond la jeune fille aux cheveux clairs et au museau espiègle relevé par quelques taches de rousseur. Max renverse la tête vers l’arrière, sur son siège qui grince sur la petite terrasse en bois. « C’est là où tu te trompes. » Elle voudrait tendre les doigts pour se saisir des siens. Juste pour se rassurer – s’entendre dire que c’est une bonne idée de confronter son passé. Revenir aux sources et assumer ce qui a été fait. Même si elle ne sait pas. Même si elle ne sait rien.

« Il a douze ans. » Le constat se perd un peu dans le silence envoûtant.
A quoi ressemble-t-on à douze ans ?
Douze ans, c’est deux ans de moins qu’elle quand elle l’a eu lui. Qui est-on à douze ? Un enfant ou un jeune homme ?

Cette pensée la transperce d’un frisson désagréable. Parce qu’elle a très peur dans le fond – de voir que rien n’a changé, là-bas. Que son père est toujours vivant - puissant malgré sa dégaine de vieux loubard des campagnes. Que ses frères sont toujours à sa botte, adeptes des putains et de la bouteille – créchant probablement toujours sous le même toit. Sa mère est probablement toujours dans cette usine de traitement de déchets qui lui pourrit la santé à essayer de subvenir au besoin d’un adolescent peu conscient de la fracture qui l’a vu naître.

Dans un soupir, Max souffle cette pensée comme elle exhale la fumée de sa cigarette.

« T’en fais pas va. Ça va bien se passer. »

fiche (c) prima luce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hunter ○ ultraviolence
messages : 2134
double-compte(s) : hannah horowitz.
crédits : yavanna (avatar), tumblr & kaspark (img).
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 14:12

bienvenue parmi nous.
pauvre poulette, elle n'a pas eu la vie facile.   bon courage pour la suite !
d'ailleurs, je ne connaissais pas shanina, elle est si belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 396
double-compte(s) : /
crédits : (c) Chrysalis <3 <3/Nanami
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 14:41

Bienvenue par ici
Ce pseudo a la vibe life is strange J'adore !
Ce personnage est vraiment intéressant, j'ai hâte de la voir débarquer en jeu
Bon courage pour la rédaction, je te souhaite de t'éclater parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 16:06

Bienvenuue avec cette belle demoiselle le début est déjà un régale à lire amuse toi bien sur RH
Revenir en haut Aller en bas
avatar
demon ○ breaking bad
messages : 1270
double-compte(s) : kindness (merrill), shame (jane), pain (thomas) & revenge (rhaena).
crédits : cliffs edge (avatar), myself (sign), the devil within/digital daggers (lyrics)
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 16:37

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
shapeshifter ○ leave my body
— administratrice —
messages : 1334
double-compte(s) : riley, blair, bazyl, maya, darcy, leilani, graham. (aussi lenny, slade, arabella)
crédits : avatar (c) self, icons (c) self, gif (c) dylan le frérot.
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 16:44

moi qui voulais appeler mon prochain perso maxine, je ne peux qu'approuver ce pseudo
bienvenue sur RH bon courage pour ta fiche déjà bien remplie
si tu as besoin de quelque chose, hésite pas !

_________________

look me in my eyes, tell me everything's not fine.
click here :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 16
double-compte(s) : .
crédits : (c) amor fati
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 18:21

Merci beaucoup pour vos messages J'ai hâte de croiser vos plumes, hell yeah !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 62
double-compte(s) : nope
crédits : (ava) Lux aeterna, (sign) Lazare, (icons) DANDELION/me
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 18:59



Ouhlàlàlàlàlà mais t'es allée beaucoup trop viiiiiiiiiiiiiiite
Comment je kiffe cette fiche. Je kiffe Maxine. Je suis trop contente que tu es là. Je te kiffe !

Ca va swinguer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 538
double-compte(s) : leora, tobias & nicodemo.
crédits : (c) renegade vicky chérie ♥ (avatar), (c) vicky (crackship ♥♥♥), (c) old money (code sign)
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 20:37

Bienvenue parmi nous petite Maxine !
J'ai beaucoup aimé ta fiche et ton style d'écriture, néanmoins avant de te valider il y a un point que j'aimerais éclaircir Tu dis qu'elle a gardé une trace de morsure du loup qui l'a attaquée, et visiblement ce n'était pas qu'un loup mais un loup-garou ... Mais si elle a réellement été mordue par un loup-garou, alors elle en est devenue une elle aussi, forcément. Si ce n'est pas le cas, alors soit elle n'a pas été mordue (elle peut avoir été griffée à la place), soit ce n'était pas un loup-garou mais juste un loup qui avait faim Dans tous les cas, il faudrait que tu le clarifies dans ta fiche pour qu'il n'y ait pas de confusion possible, merci !

_________________

I loved and I loved
and I lost you, and it hurts like hell.

(a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 16
double-compte(s) : .
crédits : (c) amor fati
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 20:49

@heloise eming Tu me l'as re-sorti !!! J'ai hâte de voir ce qu'on peut faire toi et moi

@sarah townshend Merciii beaucoup ! Et quelle con que je fais pour la morsure, j'avais même pas calculé ! Je viens de modifier en partant sur une griffure du coup, ma miss étant humaine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
— administratrice —
messages : 538
double-compte(s) : leora, tobias & nicodemo.
crédits : (c) renegade vicky chérie ♥ (avatar), (c) vicky (crackship ♥♥♥), (c) old money (code sign)
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 21:06

Ahah, parfait alors si elle a été griffée c'est bon, elle peut rester humaine et innocente

congratulations !
Oh yeah, ça y est, te voilà validé ! Maintenant que t'as ta couleur et ton groupe, les choses sérieuses peuvent enfin commencer.

Pour commencer, on te suggère fortement d'aller jeter un oeil au registre des avatars, pour être bien sûr qu'on n'aurait pas oublié de le recenser en même temps que de te valider. Après ça, n'hésite pas à visiter toutes les rubriques ci-dessous, histoire de te familiariser avec le forum, et d'intégrer ton personnage au jeu. N'hésite pas non plus à investir le flood ! Et si tu as besoin de quoi que ce soit, n'oublie surtout pas que Riley, Eli et Leora te sont entièrement dévouées (ou presque), et que leurs boîtes MP sont grandes ouvertes ! I love you

Sur ce, on te souhaite un excellent jeu sur RAISE HELL.


(c) prima luce

_________________

I loved and I loved
and I lost you, and it hurts like hell.

(a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 16
double-compte(s) : .
crédits : (c) amor fati
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 21:29

Merci à toiii ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
human ○ drink the water
messages : 27
double-compte(s) : Jordan El-Hadji, Pavel Czerny
crédits : (c) NooBody
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   Dim 7 Oct - 21:30

Validation express omg même pas le temps de lire ce petit trésor. Hâte de te voir évoluer et au plaisir de te croiser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Max ○ La mémoire dans la peau   

Revenir en haut Aller en bas
 

Max ○ La mémoire dans la peau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bien dans sa peau (Skin Drink)
» Comment aider une personne qui se sent mal dans sa peau?
» Zita dans la peau d'une femme obèse sur M6
» DANS LA PEAU DES ANIMAUX
» et les troubles de la mémoire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: GESTION :: death will have your eyes :: fiches validées-