Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  TWITTERTWITTER  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

on vous invite à privilégier les fantômes et les petits humaiiiiiiins
nous sommes présentement en automne 2017 (septembre, octobre, novembre) I love you
RH célèbre ses deux ans ! merci à tous, on vous aime !

Partagez | .
 

 Nouveau chapitre || Vesper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 521
double-compte(s) : Gabriel, Ipolitt, Oana, Will, Zacarías & Peter
crédits : Avatar par Eilyam, aes signa par Jojofeels, aes profil par Harfang, code signa par Exordium
MessageSujet: Nouveau chapitre || Vesper   Mer 10 Oct - 3:48


C'est étrange, tout ce qu'il a pu arriver. C'est grisant aussi, quelque part. Ce danger qui a couru derrière moi, qui m'a atteint en plein dans la chair, qui a voulu me voler ce souffle de vie. C'est comme si j'avais perdu quelque part. Une bataille, pour remporter la guerre. Pour rappeler la fatalité à un Saul qui a failli partir, percevant de trop soudainement que l'Humanité qu'il veut garder en moi peut mourir à n'importe quel moment. Il a fallu lui faire rentrer dans la cervelle que ça aurait pu être n'importe quoi d'autre, qu'aucun n'a la main mise sur le hasard. Bataille difficile qui m'a usé toutes mes batteries, mis à terre par un pouvoir qu'il a bien trop usé sur moi en cette matinée. J'ai dormi suite à tout ça, des heures entières. Pour m'en remettre, mais pas seulement. Oublier aussi, un peu, il faut bien l'avouer. Oublier la douleur et l'inconfort, oublier cette sorte d'inquiétude dans le fond de ses yeux, oublier le goût des lèvres de Ciulin. Pour mieux me réveiller avec mon téléphone à côté. Plus beaucoup de batterie, forcément. Le crâne perforé encore, une main qui le saisit sans trop réfléchir, pour voir l'appel en absence et les messages aussi. Dont les tiens. Merde... ! Je dois bien reconnaître que tu m'étais sorti de la tête. Ce n'est pas méchamment pensé, mais ouais, j'avais un peu oublié le programme originel du jour. "Je suis à l'hôpital. Chambre 206." Envoyé en vitesse, la fatigue et surtout la morphine qui s'acharne. Concentre-toi, Antoine. Et je souffle, prêt à faire le point avec moi-même, à lutter contre tout ça. Pas de dose rajoutée, la douleur m'assommera un temps avant que je m'en accommode assez pour tenir. Pour toi, Vesper.

On ne l'aura pas volé, ce moment à venir. Ça a été compliqué dernièrement, pas vrai ? J'ai pas cherché à mentir, pour le coup. C'est un éclat brutal qui t'est parvenu par message, mais en même temps... Je me sentais pas de faire comme si je ne pouvais finalement pas venir. Autant te le dire, directement. Dis, tu crois aux wendigos ? Je ne sais pas. Je ne sais pas où tout se situe. Mais je crois que j'ai bien des choses à te dire qui ne concernent pas Saul. Seulement moi. Parce qu'entre vos visites à tous, je l'ai revu. Ce souvenir du passé qui est venu dans ma chambre, qui m'a regardé un moment je crois. Je ne sais pas trop. Je n'ai pas cherché à lui demander. Je me suis contenté de l'observer aussi, l'angoisse terrible dans le creux du ventre. J'ai des questions à te poser, Vesper. Elle est repartie sans un mot, en traînant des pieds, comme si elle-même sentait ce poids sur elle alors que le regard est vide. Dis, tu l'as déjà vu ici ? Y'a une part d'angoisse qui s'est éveillée et qui est encore là, quand t'arrives. Je me sens encore un peu dans les vapes, mais c'est bien mieux que lors de l'envoie du message. T'as l'air de t'être dépêchée, ou c'est juste tes mèches qui ont décidé de se faire la malle sans ta permission. Ou peut-être avec, qui sait. Alors c'est un sourire mal assuré qui t'accueille.

Hey... ! J'ai pas l'air bien fin, je crois. T'aurais pu te coiffer pour moi, oh !

Fais pas trop trop le malin, Antoine. Mais ça me détend enfin, quand même, que le silence soit brisé. Celui que j'ai instauré sans trop savoir pourquoi. Comme si j'avais compris qu'elle était venue chercher du calme. Je me redresse du mieux que je peux, la tête qui tournerait presque. C'était plus facile ce matin, étonnement...

Désolé du faux-bond, j'ai eu un imprévu. Comment va ?

Un sacré, même. Avec des tas de dents et des membres trop longs. Et avec la moitié d'un cou en moins. Tu crois que ça va se recoller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
paranormal ○ walk the line
messages : 204
double-compte(s) : Paul, Amon, Selen & Oliver
crédits : (av) ASTRA (sign) anesidora (aesthetic et gif) ouam
MessageSujet: Re: Nouveau chapitre || Vesper   Dim 14 Oct - 11:47

"Hey salut Andouille, c'est Vescouille ! Dis voir, t'aurais pas paumé mon adresse par hasard ? Non parce que t'as un peu de retard alors hein... bah... hésite pas si jamais hein, c'pas grave ! A toutes ma loutre !"
*BIP !*

"Heeey... C'est encore moi, euh bah, j'vais te renvoyer l'adresse par sms on sait jamais... J'espère que ça va..."

*BIP !*

"Bon, uh. J'suppose que tu viendras plus. T'aurais pu me prévenir mais tant pis. Je... Pff nan, j'préfère raccrocher. Salut."

*BIP !*

"... C'est encore moi. Je, uh... non rien, laisse tomber. Bonne journée."

*BIP !*

Je ne compte plus les appels. Je ne compte plus les messages. Je ne compte plus les bip agaçants. Je connais ton message de répondeur par coeur, à force. Je ne compte plus. Je suis en colère. Et pire encore, je suis inquiète. Regarde dans quel état tu me fous, Andouille. T'auras jamais aussi bien porté ton surnom, ducon.
Je ronge mon frein, je cherche des réponses, de la sincérité dans nos derniers échanges que je parcoure sans relâche depuis ton absence. Pas de trace d'entourloupes, que des excuses et des promesses mises à nues, des banalités et des révélations, des morceaux de toi que je rattrape depuis la maison habitée. Alors pourquoi tu te fous de moi, Antoine ? Pourquoi t'es pas venu, pourquoi t'as pas attrapé cette main tendue alors que je déboîtais tout mes os et même ma dignité pour te la donner ?
Et finalement il vient comme une réponse, d'un seul coup, ce couperet qui vient m'avertir du pire.

"Je suis à l'hôpital. Chambre 206."


Sang qui bout. Esprit qui envoie la raison se faire foutre dans un coin. Elle court, la Vesper, elle court vers le lieu-dit, elle entre et manque de renverser une mignonne petite infirmière au passage. Elle matera des culs plus tard, Vesper, pour l'instant elle a plus important à penser. 200, 201, 202... Ça s'égraine bien trop lentement alors que je martèle le sol couinant de mes rangers. Plus que quelques numéros pour te trouver, et tout te demander. 203, 204, 205... J'ai le coeur rapide comme jamais, la force dans les guibolles que je pensais molles au point de ramper. Je ne sais pas pourquoi ça m'emballe autant. C'est peut-être toi, finalement. Peut-être que ouais, avec ta gueule d'ami et de survivant, ton aura qui a vu le pire sans pouvoir le décrire. Le mystère de ta gueule constellée, Iaco.

Alors peut-être que ouais, Antoine.
Peut-être que si, j'irais chialer sur ta tombe finalement.
Mais c'est pas une raison pour t'y précipiter.

206.

Enfin. J'entre sans demander mon reste, sans penser à vérifier si t'es déjà en compagnie de quelqu'un, présentement je m'en fous, je veux juste vérifier ce qu'il s'est passé. Et ton état me frappe. Uppercut culminant, poing de salut. J'ai le souffle court, la gueule en vrac, les cheveux sont les témoins de ma course effrénée. Et tu manques pas de me le faire remarquer. Tu te moques gentiment. Tu me demandes même comment je vais. Comme si c'était normal. Comme si t'étais pas allongé, et pansé de partout, dans ce foutu lit trop blanc.
Putain que je te déteste, Antoine.

J-Je, euh, hm... Qu'est-ce que ?!... Qu'est-ce qui... et pourquoi tu... ? Hmph, eh, je, je... PUTAIN D'SA MERE LA ! Gueule sans souffle, elle tente de s'arracher, une pile d'inepties tombe de mes lèvres jusqu'à couler vers toi. Ça veut rien dire, c'est de l'émotion brute. C'est un peu trop moi, ça, mais tu le sais déjà. J'ai les pensées un peu floues, quand il s'agit de toi ou de Ciu. Je mords mes lèvres, serre les poings, énervée contre le monde, contre moi-même surtout, d'avoir douté. Faut-il que je sois conne, pas vrai ? J'en sais rien.
Pas envie de réfléchir, quand je te vois comme ça. La tension retombe, les joues ont cessé de faire affluer le sang, et je finis par m'approcher. Je remets quelques mèches en ordre, un présentable pour le pote. Et je te fixe, la tête un peu morne, avant de me poser au coin du lit.

Ça va, moi. J'sais pas si tu peux en dire autant... Tu fais le fier, l'ami, et je comprends la tactique. C'est bien pour ça que j'y crois pas, tu m'excuseras. Les ficelles, je préfère les couper à défaut de les voir venir à des kilomètres. Comment t'as fais ton compte, Antoine... ? Il s'est passé quoi ? T'as intérêt à tout me dire, j'suis pas prête de partir. J'quitte pas ceux qui comptent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nouveau chapitre || Vesper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Winds of Winter] Nouveau chapitre spoilé
» [Question] Picole et Colère, un nouveau chapitre?
» Nouveau Boss, nouveau Dofus !
» [Comics] Nouvelle BD BIONICLE 2010 en ligne
» Composition du Chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: upper town :: hôpital-