AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
n'oubliez pas que les humains et les créatures ont besoin d'amour, eux aussi
nous sommes présentement en mars 2017. le printemps arrive, ne perdez pas espoir

Partagez | .
 

 how it ends (dimitri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
vampire ○ kill of the night
○ messages : 30
○ double-compte(s) : Adémar, Roe & Thomas
○ crédits : oha (ava et sign), tumblr (gif profil et sign), stone sour - sadist (txt sign)
MessageSujet: how it ends (dimitri)   Jeu 18 Mai - 21:21

– how it ends –
dimitri&lance You know what you gotta do. They all depend on you and you already know. Yeah, you already know, how this will end. There is no escape. – devotchka (how it ends)


La vie n’avait pas vraiment été clémente avec lui. C’était vrai. Mais Lance n’avait jamais été malheureux, jamais vraiment, sauf peut-être quand sa mère avait mis les voiles. Au fond, ça avait été plus un choc qu’une réelle peine. Rapidement après qu’il ait été diagnostiqué, elle s’était éloignée, supportant plus que mal les conséquences du syndrome lié à sa maladie. Maladie... sans le syndrome, il devait avouer qu’il ne voyait pas quel était le problème d’avoir les organes en miroir. C’était surtout cette saleté de Kartagener qui avait posé les plus gros soucis. Les contraintes et les conséquences étaient lourdes même si elles n’étaient pas mortelles en soi. Il devait faire gaffe et c’était bon comme ça. Il avait appris à vivre avec grâce à sa sœur, grâce à son père.
Pas mal de gens serait ravi de s’être débarrasser de problèmes de santé potentiellement grave mais pas lui. Le prix qu’il avait payé été trop lourd. Ce prix, il le payait cher depuis un an. Un monstre, voilà ce qu’il était. Il avait besoin de sang, il avait envie de sang et il avait l’impression que tout tournait autour de ce simple et cruel fait. Monstre, meurtrier, il savait qu’il n’était plus humain, c’était évident. Vampire, c’était le mot qu’il avait mis sur ce qu’il était devenu mais, il ne savait rien d’autre sur ce qui l’entourait et il ne savait pas grand-chose de sa condition non plus d’ailleurs. Ce qu’il n’ignorait pas en revanche, c’était qu’il était incapable de se maîtriser et pourtant, il avait essayé de résister. Quoi qu’il fasse, il perdait pied et finissait inévitablement par tuer sa prie, car c’était ce que ces gens étaient, des proies. Il était un prédateur dangereux et il avait peur de lui-même.

La mort -parce qu’il ignorait être mort d’une certaine façon-, Lance aurait voulu l’accueillir, trouver le moyen de mettre fin à ses jours pour ne plus avoir à tuer personne même si pour ça il devait abandonner Claire. De toute façon, sa sœur méritait mieux que ça, elle qui l’avait toujours aidé, soutenu, protégé n’avait pas besoin de lui dans cet état dans sa vie. Il la mettait en danger par sa simple existence et il espérait qu’elle ne le chercherait pas, qu’elle le croyait mort. Ce serait plus facile, plus sûr. Pas plus simple pour elle, il n’était pas égoïste, il en était loin. Il savait qu’elle souffrirait de sa perte, qu’elle en souffrait probablement mais Claire était forte. Elle l’avait toujours été. Plus forte que lui en tout cas.

Claire...

Si elle le voyait, recroquevillé sur un matelas crasseux qui avait connu de meilleur jour, dans des fringues qui n’avait pas vu une machine depuis des semaines, couvert de sang séché, que penserait-elle ?

Alors il pleura simplement, parce que c’était tout ce qu’il pouvait faire. La rage ne lui apportait rien, elle ne faisait que tuer des innocents. Il s’y était laissé aller, il savait que ça n’était pas une option et il s’était juré de limiter le nombre de ses victimes autant que possible. Il avait une conscience et c’était peut-être ce qui poser le plus gros problème. Il savait que s’il n’était pas aussi préoccuper par les autres, par leur vie, leurs aspirations, leurs rêves, ce serait plus facile pour lui. Tuer sans se soucier de qui, de quand. Tellement plus facile. Mais il ne pouvait pas se résoudre à en arriver là, ça n’était juste pas celui qu’il était. Il ne pouvait pas tuer et oublier. Heureusement, ses chasses compulsives aveugles lui permettaient le plus souvent de ne pas se souvenir de leur visage. Malheureusement, ça ne l’empêchait pas de savoir qu’il avait tué. Les corps à ses pieds avant qu’il ne fuit était toujours là pour en attester.


(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ghost ○ ancient light
○ messages : 134
○ double-compte(s) : /
○ crédits : class whore (avatar)
MessageSujet: Re: how it ends (dimitri)   Ven 19 Mai - 11:49

HOW IT ENDS
Lance & Dimitri

✻✻✻ Dimitri se souvenait qu'il fut un temps où il aimait l'hiver. Dès que leur père avait le dos tourné, le jeune garçon qu'il était adorait organiser des batailles de boules de neiges avec son jumeau William et d'autres enfants de la ville. Désormais, cette époque s'était effacée, tous les camarades de jeu de Dimitri étaient morts et enterrés depuis longtemps. La ville paraissait même avoir oublié qu'il avait existé un jour sur cette terre. Pourtant, la neige semblait avoir conservé tous les souvenirs de l'esprit dans son voile d'un blanc immaculé.
Dimitri ne dégageait plus aucune chaleur, il n’y avait plus de nuage de buée lorsqu'il respirait. D'ailleurs il avait complètement oublié ce que ça faisait de respirer, de sentir le vent glacial sur sa peau. Il n'aurait plus jamais froid. Lui qui avait perdu sa vie en même temps qu'il a été libéré de l'emprise du démon.

L'entre-monde n'était qu'un voile de brume, invisible, coupé du monde car régit par les lois de la mort et non par celles de la vie. Dimitri s'occupait comme il pouvait, même si tout ce qu'il faisait était loin d'être suffisant pour combler le vide en lui. Il observait les vies des autres, tentait d'en protéger certaines, en voyait d'autres se terminer. Un monde pouvant sembler routinier et ennuyeux, mais que le surnaturel entourait de son voile de mystère. Dimitri avait croisé une créature surnaturelle récemment. Au début, l'esprit pensait qu'il ne s'agissait que d'un simple humain. Mais intrigué par son apparence et le poids de tristesse qui paraissait peser sur ses épaules, il l'avait suivi pendant quelques temps. L'esprit s'était vite rendu compte qu'il avait affaire à un vampire, et transformé depuis peu car visiblement il ne contrôlait pas sa soif. Le Dimitri humain aurait pu trouver le jeune vampire attirant, même sa dégaine un peu négligée lui donnait un certain charme. Mais maintenant, le fantôme qu'était Dimitri ne ressentait que de la curiosité, le concept d’attirance était devenu étrange, irréel.
La cabane du vampire se trouvait dans la forêt, non loin du manoir Atwood. Et par une journée d'un hiver qui n'en finissait pas, Dimitri décida de sortir de son luxueux mais sombre manoir pour aller voir ce que faisait le vampire. En effet, même si la propriété familiale appartenait désormais aux descendants de William, le fantôme considérait encore la demeure des Atwood comme la sienne. Et la famille vivante de l'esprit se trouvait seulement sous sa protection.

Après avoir glissé en silence sur la neige pendant un moment (la notion même de temps étant devenue abstraite pour le fantôme, il serait bien incapable de dire combien de temps lui a pris ce trajet), Dimitri arriva devant la cabane du vampire. Il entra en traversant simplement les murs. L'invisibilité était ici utile, le vampire ne pouvait pas le voir entrer. De toute façon, la seule chose qui occupait les lieux à cet instant était une silhouette recroquevillée sur un lit crade en train de pleurer. Dimitri vit la crasse et le sang séché, il y en avait partout. Le côté positif était que les odeurs ne pouvaient pas affecter le fantôme... Encore hésitant, Dimitri jeta un œil aux affaires du vampire qui étaient en vrac dans le taudis. Devait-il manifester sa présence ? L'esprit savait qu'il inspirait souvent la peur, alors que lui voulait juste communiquer. Dimitri se sentait mal pour le vampire, lui aussi avait été effondré quand il avait du se rendre à l'évidence qu'il était mort. Cette révélation avait été un choc. Il lui avait fallu longtemps pour s'en remettre. Quand il y pense, en fait ils avaient une chose en commun, ils étaient tous les deux morts mais d'une manière différente.

Dimitri ne voulait pas se révéler trop brutalement au vampire, il ne lui vint qu'une seule idée pour faire les choses en douceur... L'esprit, toujours invisible, commença à rassembler son énergie. Il s'approcha lentement du lit, se doutant que la température de la pièce devait être en train de chuter à cause de sa présence. Tenté par la curiosité, Dimitri approcha sa main du visage du vampire et repoussa une mèche de cheveux brun pour voir son visage. Puis l'esprit se recula vivement, sachant très bien que l'occupant du lit avait du sentir un courant d'air froid lui passer sur le visage et sur la nuque.  
Puis l'esprit se mit à fredonner la mélodie d'une berceuse que sa mère lui chantait quand il était enfant. C'était une tentative pour Dimitri de calmer le vampire, même s'il savait que sa voix, rendue envoûtante par la mort, pouvait faire peur à certains.

Dimitri restait donc invisible dans un coin de la pièce en continuant de fredonner la mélodie de sa berceuse, inquiet concernant la réaction de la personne allongée en face de lui...

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

how it ends (dimitri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dimitri the dwarf
» [Présentation] Dimitri Alves
» Dimitri Poliakov, le criminel de guerre
» Discussion et images de Dimitri Allen
» Commandant en Chef Dimitri Oulianof au rapport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≡ RAISE HELL. :: BLACKWATER FALLS :: coldlake shore-